L’amour à l’excès T.1 : l’excès au service de nouvelles aventures…

amour-exces-1-panini

L’amour à l’excès – Tome 1

Nouveau shôjo chez Panini Manga : L’amour à l’excès signé Nana Haruta à qui l’on doit Love Berrish, Chocolate Cosmos ou encore Stardust Wink (dont on attend toujours la fin en France…). Si le titre ne révolutionne pas le genre, il reste qu’il s’avère être une comédie rafraîchissante où bons sentiments et envie d’avancer vont de pair.

Résumé :

Tsubasa, une toute jeune lycéenne, pense avoir trouvé l’âme soeur en la personne de Sugiyama un camarade qui, elle en est persuadée, l’a secourue sur le chemin du lycée un jour où elle avait fait un malaise. Mais devant l’empressement de la jeune fille, Sugiyama se défile et lui demande de ne plus l’importuner. Pour se consoler de ce cuisant échec, Tsubasa accepte d’aider sa meilleure amie au club de basket. Sa rencontre avec l’équipe va totalement bouleverser son existence.

Source : Manga-News.

Avis :

Nouvelle série de Nana Haruta à qui l’on doit notamment Stardust Wink. Et si vous connaissez le travail de l’auteure, vous savez qu’elle reste toujours dans une veine « pur shôjo ». Ce titre n’y échappe absolument pas, mais il remplit parfaitement sa mission de divertissement. On n’est donc pas dans quelque chose de foncièrement original, mais on ne passe pas non plus un moment si désagréable.

L’un des risques majeurs quand on se risque à lire ce type de shôjo, c’est de retrouver des incontournables et là encore, on ne les évite pas. Les héroïnes de la mangaka se caractérisent souvent par un petit côté « naïf » et Tsubasa en est une représentante. La jeune fille a clairement la poisse en matière d’amour, une notion qu’elle idéalise d’ailleurs beaucoup trop : il suffit qu’elle pense que c’est Sugiyama-senpaï qui lui a porté secours un jour dans les transports pour qu’elle commence à lui porter des sentiments. C’est forcément un peu simple comme procédé. Aussi, sa désillusion sera totale quand elle apprendra qu’il n’est jamais intervenu. Aussi, il est aisé de voir que la jeune fille est totalement novice et fait preuve d’une grande candeur dans ce domaine. Mais on sait que même si elle va conserver ce trait de caractère, elle est tout de même destinée à évoluer un peu (comme avec Anna dans Stardust Wink). Heureusement pour elle, sa meilleure amie qui est assez terre-à-terre est là pour lui remettre du plomb dans le cerveau. Ce côté réaliste chez son amie m’a d’ailleurs plu, même si c’est un procédé assez connu également. Mais il y a également sa rencontre avec Aki qui pourrait tout bouleverser.

9782809455663_pg

L’amour à l’excès – Tome 1 ©Panini Manga

La romance n’est pas encore bien présente pour le moment, mais les sentiments de la jeune fille vont commencer à vite (trop vite peut-être) se tourner vers ce jeune homme taciturne, mangeant comme deux et complexant un peu sur sa taille. En intégrant le club de basket, elle va tout doucement commencer à raisonner différemment. Manquant cruellement de confiance en elle, la jeune fille va alors constater qu’elle n’a pas forcément besoin d’être différente pour être appréciée et c’est au contact d’Aki qu’elle va en prendre conscience en même temps que ses sentiments vont croître pour lui. Les choses semblent donc vouloir se faire en douceur d’autant que le personnage d’Aki reste assez impénétrable (formant ainsi un bon Beau Brun Ténébreux). Si le personnage fait preuve d’une certaine bienveillance à l’égard de Tsubasa, il reste assez mutique. Même si l’ensemble reste assez simple, on reste quand même assez touché par la façon dont il se trahit parfois. Je dois même dire que la mangaka excelle plutôt bien dans la façon de retranscrire les émotions de ses personnages. On ne sait pas encore réellement comment la romance va s’amorcer puisque les deux paraissent assez réservés globalement.

0994673e71330d6330ace9cc7814f43b

L’amour à l’excès – Tsubasa

A côté de cela, on découvre un peu le noyau amical qui se forme autour de l’héroïne grâce à son intégration dans le club. On se cantonne notamment à Yûma et Yoshinari, les deux amis d’Aki qui pourraient faire office de figurants mais la mangaka introduit un élément sur Yûma qui pourrait peut-être intriguer. On ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec lui en fait…

« C’est la première fois que je me sens comme ça. » – Tome 1

Il ne faut donc pas s’attendre à des personnalités réellement étoffées. Elles sont « sympathiques », mais pas transcendantes et je ne pense pas que la mangaka cherchera à aller plus loin (enfin, qui sait…).

Du côté des dessins, on reconnaît le trait très « shôjo » de la mangaka. C’est donc quelque chose d’assez classique, mais si on connaît le travail de l’auteure, on ne s’en étonne pas réellement.

A noter que ce titre a fait l’objet d’une adaptation en anime avec huit épisodes.

Un début démarrant un peu timidement et de manière relativement convenue, mais l’ensemble remplit son rôle et on ne passe pas un mauvais moment. Le tome 2 pourrait réellement permettre de faire davantage décoller l’intrigue.

Informations :

Titre VO : つばさとホタル – Tsubasa to Hotaru
Titre VF : L’amour à l’excès
Genres : romance, comédie, tranche-de-vie
Nombre de tomes VF/VO : 2/7 (en cours)
Auteur : HARUTA Nana
Édition VF : Panini Manga
Prix : 6,99€

Une réflexion sur “L’amour à l’excès T.1 : l’excès au service de nouvelles aventures…

  1. Bright Open World dit :

    Un autre manga que j’ai abandonné (décidément…) ^^’
    Le début m’avait vraiment bien plu. Je trouvais les personnages sympathiques, j’aimais bien l’humour, et puis on avait aussi un petit côté sportif, c’était bien jusqu’à ce qu’on entre vraiment dans la romance. Comme dans la plupart des shôjos on se retrouve avec un triangle amoureux, des complications qui ne m’intéressaient pas, j’en ai fini par ne plus apprécier l’héroine et j’ai donc abandonné le manga. C’est dommage parce qu’au début j’aimais bien le petit groupe qu’elle forme avec Aki, Toba et Karasuma. Mais finalement c’est loin d’être aussi bien que Stardust Wink (dont j’attends toujours la fin d’ailleurs) où la romance est plus intéressante et les personnages bien plus attachants, notamment Anna.
    [Par contre quelle idée de traduire « Tsubasa to Hotaru » par « L’Amour à excès » ? Ah… les éditeurs français… xD]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s