Les foudres de l’amour T.1 : Est-ce que j’ai des raisons d’espérer?

foudre-amour-1-panini

Les foudres de l’amour T.1 – © by YOSHINAGA Yû / Shôgakukan

C’est durant cet été 2018 que l’on a pu découvrir en France une nouvelle mangaka chez Panini Manga : Yuu Yoshinaga avec son titre Les Foudres de l’amour. Cette série parue en 2016 au Japon est terminée en 5 volumes. Découverte de ce titre qui vaut pour la fraîcheur et spontanéité de son héroïne.

Résumé :

Néné Koizumi mène une vie de lycéenne ordinaire, où chaque jour n’est qu’une répétition lassante de la veille. Sa rencontre avec Hajimé Sakuraba va briser cette routine… Car au premier regard, c’est le coup de foudre! Cependant, de quatre ans plus âgé, Hajimé est déjà un adulte et il ne semble pas partager les sentiments de Néné. La jeune fille va donc tout faire pour se rapprocher de celui qui a mis des couleurs dans sa vie!

Source : quatrième de couverture.

Avis :

« Les histoires d’amour ont toujours concerné les autres. Moi, jamais. » (Néné) – Tome 1

Je connaissais déjà Yuu Yoshinaga. J’avais pu découvrir certains de ses titres toujours non licenciés en France comme Teens House ou Hatsukoi Asterism. Des romances assez scolaires mais restant plaisantes à lire. Ici, c’est aussi le cas des Foudres de l’amour que je n’avais pas du tout lu par contre. La différence tient toutefois au fait qu’on se laisse surprendre par l’explosivité de l’héroïne si bien que par moment, on a des surprises dans ce titre.

Les foudres de l'amour

Les foudres de l’amour T.1 – © by YOSHINAGA Yû / Shôgakukan

Alors, il ne faut pas se voiler la face : Les Foudres de l’Amour reste un shôjo on ne peut plus classique. Mais je n’ai pas résisté à la fraîcheur de l’héroïne dont la spontanéité s’avère souvent… désarmante. D’ailleurs, le personnage de Hajimé en fera souvent les frais.

Ici, on jongle entre un shôjo qui peut rentrer dans une veine réaliste et où sont incorporées des petites touches de fantaisie.

« Si j’arrive à le rencontrer, je sens que mon destin va se mettre en marche. » (Néné) – Tome 1.

Découvre-t-on la jeune Néné Koizumi, jeune lycéenne de 16 ans, qui mène une vie très tranquille mais peut-être trop monotone justement. Comme beaucoup des filles de son âge, elle pense que pour sortir de son train-train quotidien, elle devrait sortir avec un garçon. On notera que ce postulat est quelque peu réducteur… Mais disons que cela peut aussi aller de pair avec l’adolescence. Elle rêve de quelque chose d’excitant qui lui permettrait d’avoir des exaltations. Ce sentiment s’avère, à mon sens, assez légitime. Finalement, elle ne fait que se poser des questions qu’on a tous pu se poser quand nous étions adolescents. De ce fait, sans forcément accentuer les choses, Yuu Yoshinaga parvient assez bien à faire en sorte qu’on s’identifie au personnage. L’aspect demeure assez réaliste. Mais les choses prennent un autre tour, assez rapidement (dès la 3e page!) quand Néné fait la rencontre de Hajimé Sakuraba. Celui-ci lui sera d’un certain secours quand elle sera réprimandée par un vieil homme quelque peu aigri. On ne s’étonnera pas réellement de la description qui est fait de Sakuraba : beau (bien sûr), gentil (ben oui !) et assez mystérieux en son genre… Il est donc plus qu’évident que notre héroïne va vite tomber sous le charme de cet inconnu pour le moment.

« Tu es une fonceuse, toi. J’envie ta détermination. » (Hajimé) – Tome 1.

Hajimé, dès le départ nous est dépeint comme un personnage assez mature et j’ai l’impression que la mangaka fait aussi tout pour renforcer cette impression jusqu’à ce qu’on découvre certains éléments qui tendent à prouver que lui aussi a peut-être du mal à saisir certaines subtilités. Mais je reviendrai là-dessus plus tard… Dans tous les cas, l’ensemble de la narration reste assez classique dans l’ensemble et on n’est pas tant surpris par les divers éléments qui sont amenés : l’ex-copine qui crée des émois dans le cœur de Néné, Hajimé qui devient le professeur de la classe de Néné, l’arrivée potentielle d’un garçon pour jouer les trouble-fêtes. En outre, j’avoue ne pas avoir compris cette hypothèse que pour tromper l’ennui, il faut avoir un homme dans sa vie. Non, décidément, rien ne surprend mais alors pourquoi on se laisse quand même charmer ?!

Les foudres de l'amour

Les foudres de l’amour T.1 – © by YOSHINAGA Yû / Shôgakukan

Eh bien, en premier lieu, cela vaut pour l’énergie assez communicative de Néné. Pour être honnête, je m’attendais à beaucoup de naïveté de sa part. Et elle l’est, à plusieurs égards, mais cette naïveté est utilisée à bon escient car cela lui permet d’être sincère dans son approche et de ne pas avoir peur d’oser dire des choses même si avec le recul, elle se rend souvent compte qu’elle est trop péremptoire. Néné a l’insouciance de son âge et il est vrai que son caractère fonceur devient quelque part une qualité dans le titre. Finalement, je me suis quand même surprise à apprécier cette détermination qui la pousse à aller vers le garçon qu’elle aime, quitte à être maladroite ou totalement à l’ouest. Cette fraîcheur s’avère être assez positive dans le titre et même la narration demeure assez linéaire, on prend plaisir à suivre le caractère « direct » de l’héroïne.

« Pardon, Néné. Pour moi, tu es un peu comme une petite soeur… » (Hajimé) – Tome 1.

Ensuite, il reste quand même que le personnage d’Hajimé reste bien mystérieux. Bien sûr, on a des éléments sur une potentielle romance qui aurait mal tourné et qui fait qu’on ne sera pas étonnés de voir réapparaître l’ex-copine qui l’a « traumatisé ». Mais même sans cela, on a l’impression qu’il cherche à se préserver. Il ne dit jamais les choses et je crois que c’est pour cette raison qu’il est déstabilisé par Néné, qui du haut de ses 16 ans, se révèle bien plus perspicace qu’il n’y paraît. Quelque part, je crois que Hajimé est bousculé dans ses convictions. Il pense être plus adulte car il a 20 ans et est étudiant mais il apprend bien plus de choses au contact de Néné. Au fur et à mesure de l’histoire, on constate d’ailleurs qu’il n’est pas si insensible aux remarques de Néné mais peut-être se cache-t-il derrière le fait qu’il est plus âgé…

Donc, une romance qui n’est pas encore commencée mais dont on sent quand même la résolution même si rien ne se passe concrètement entre les personnages. Il n’en demeure pas moins que je suis curieuse de lire la suie. En outre, l’épisode 0 laisse à penser qu’il s’agit d’une prédestination d’une certaine façon.

Concernant le trait de Yuu Yoshinaga, c’est un dessin très shôjo, là encore. Mais loin d’être déplaisant. Les émotions passent incroyablement bien sur le visage de Néné. J’ai aussi trouvé que les espaces étaient bien utilisés.

En conclusion, ce premier volume reste, somme toute, assez classique dans sa trame mais force est de constater qu’on se laisse embarquer par toute cette énergie positive qui ressort de l’héroïne. Je lirai la suite avec grand plaisir.

Informations :

Titre VO : 恋にならないワケがない
Titre traduit : Koi ni Naranai Wake ga Nai
Genres : shôjo, romance, tranche-de-vie, school life
Nombre de tomes VF/VO : 2/5 (En cours/Terminé)
Auteur : YOSHINAGA Yû
Édition VF : Panini Manga
Prix : 6,99€

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s