Kiss me at Midnight T.1 : La lycéenne et le « prince »…

Kiss me at Midnight

Kiss me at Midnight T.1 – GOZEN OJI KISS SHINI KITEYO © Rin MIKIMOTO / Kodansha Ltd.

Après Close to Heaven, Rin Mikimoto revient avec une nouvelle série toujours aux éditions Pika dans la collection « Cherry Blush » : Kiss me at Midnight. Une série qui se veut plus légère que sa précédente histoire. Mais même avec une trame plus classique, il faut reconnaître que la mangaka s’en sort assez bien. Découverte du premier tome…

Résumé :

Elle, c’est  Hinana : une lycéenne sérieuse qui rêve secrètement de vivre une histoire d’amour digne d’un conte de fées.
Lui, c’est Kaede : un irrésistible acteur, un peu frivole et aux yeux baladeurs quand il croise de  jolies filles.
Lors d’un tournage dans le lycée  de Hinana,  tous deux vont se croiser, se déconcerter puis se chercher…C’est le  début d’une romance loin des attentes de cette Cendrillon des temps modernes !

Source : Pika

Avis :

Prépubliée dans le magazine Bessatsu Friend, la série est connue au Japon sous le nom Gozen 0-ji, Kiss Shi ni Kite yo et est toujours en cours avec huit volumes. Ici, nous avons le récit d’une relation mouvementée entre une lycéenne sérieuse mais rêveuse et un idole adepte des courbes féminines.

Ce premier volume s’avère très divertissant et la mangaka, bien qu’utilisant des ressorts assez classiques pour le moment, parvient à donner un certain charme à sa série (le petit plaisir de Kaede y est sans doute pour quelque chose). Et à n’en pas douter, c’est une romance drôle, pétillante et peut-être plus complexe qu’on ne le pense que la mangaka propose. J’ai passé un assez bon moment et j’ai hâte d’en découvrir plus.

« Mon rêve… C’est de sortir avec un beau garçon. » (Hinana) – Tome 1.

Dans un premier temps, nous faisons la connaissance de la très « carrée » Hinana Hanazawa. Très carrée puisque chez la demoiselle, tout est parfaitement réglé comme du papier à musique. Sérieuse, attentionnée, dévouée, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la jeune fille. Sauf qu’elle cache un petit secret : elle adore les histoires romantiques et au plus profond d’elle-même, elle rêve de vivre le grand amour avec le prince charmant bien évidemment. Par un concours de circonstances, elle va faire la rencontre de Kaede, jeune homme qui est une véritable gravure au Japon. Figurante lors d’un tournage se déroulant dans son lycée, elle va alors découvrir un travers que le jeune homme se garde bien de cacher sous des airs affables : il est totalement obsédé par les fesses des filles… Le hasard entraînant les choses, Hinana et Kaede vont finir par se rencontrer et même se découvrir d’une certaine manière. Est-ce que le prince charmant tant attendu ?

Kiss me at Midnight

Kiss me at Midnight T.1 – GOZEN OJI KISS SHINI KITEYO © Rin MIKIMOTO / Kodansha Ltd

Force est de constater que le pitch a quelque chose de très basique puisqu’il a clairement un air de déjà vu. De ce point de vue, on n’a pas autant d’attentes qu’avec la série précédente à mon sens. Le ton léger que la mangaka donne dès le départ au titre permet de se mettre dans des conditions de détente d’une certaine manière. On finit par découvrir un titre plutôt drôle et bien amené de manière générale. J’ai même trouvé qu’elle utilisait assez astucieusement les clichés.

En bref, on sent à la lecture que cette comédie va s’avérer pleine d’énergie grâce aux décalages chez les personnages. Hinana fait rire parce que ce qu’elle montre en apparence n’est pas ce qu’elle pense réellement. Elle met juste un masque pour répondre aux attentes. De ce fait, quand elle découvre les travers de Kaede, on s’en amuse encore plus de ses réactions. D’autant que Hinana n’est pas une héroïne banale comme on peut le voir dans les shôjo : le fait de lui attribuer plus ou moins la narration, de voir comment elle parle de la rencontre amoureuse en fait une héroïne plutôt pétillante.

« Tiens? On se croirait un peu dans un conte de fées, non? » (Kaede) – Tome 1.

Ici, on ne retrouve pas toute la portée émotionnelle que l’on pouvait voir dans Close to Heaven, mais la mangaka sait toutefois réserver quelques petits moments intéressants. On est dans quelque chose qui semble assez classique dans le fond mais qui vaut largement pour la personnalité de ses personnages. Le fait de jouer sur le thème des apparences n’est pas une nouveauté mais la mangaka parvient à apporter suffisamment de drôlerie pour que le titre demeure dynamique. Hinana apparaît comme le type de fille très sérieuse, jouant son rôle de grande sœur de manière consciencieuse et suivant un emploi du temps qui paraît chronométré de manière minutieuse. La jeune fille se complaît à conserver l’image que lui vaut son rang de représentante. Pour elle, l’amour est inexistant… Mais elle se garde bien d’avouer qu’elle voue une passion pour les romances dignes d’un conte de fée. Cela m’a fait penser à Yuna dans Love, Be loved, Leave, Be left. Pour autant, la jeune fille ne pense que cela soit possible un prince charmant. Aussi se complaît-elle dans ses rêves impossibles… Mais une opportunité sans précédent va se présenter à elle lui permettant notamment de faire une rencontre inattendue.

C’est ainsi que va entrer en scène Kaede Ayase. Très vite, on ne fait pas de mystère sur le jeune homme : ancienne idole, il est à présent une star montante de la télévision. S’il va rencontrer notre héroïne, c’est pour les besoins de sa série. Certes, la façon dont les choses sont amenées est un peu simple et on voit que la mangaka cherche surtout à faciliter la rencontre entre la lycéenne et l’idole. J’avais un peu peur que l’on tombe dans le cliché de la jeune lycéenne qui tombe amoureuse de la star du moment. Mais de façon générale, tout est amené de manière assez adroite. En outre, la mangaka introduit un élément très comique qui fait que Hinana va vite déchanter concernant son prince. Ces moments sont d’ailleurs irrésistibles et renforcés par des dessins SD hilarants. Si vous avez lu le synopsis, vous devinerez pourquoi mais par contre, le contraste est tellement inattendu qu’il provoque inévitablement le rire. D’ailleurs, j’ai plutôt aimé ce décalage car Kaede a tout du prince : affable, généreux, souriant mais il casse tout à cause de son obsession et la seule à savoir cela est nécessairement Hinana (et son manager). Toutefois, derrière cette image peu reluisante, Kaede est loin d’être un personnage insensible ou arrogant. Mine de rien, la mangaka en fait quelqu’un de très humain qui devrait tendre à se bonifier au contact de notre héroïne. Néanmoins, il est réellement amusant de voir comment il arrive à décontenancer l’héroïne en raison de son « pêché mignon ». Et de ce fait, on arrive à apprécier les divers comiques que la mangaka emploie : comiques de mots, de situations voire de gestes. Certes, le titre n’est pas si innovant mais Rin Mikimoto maîtrise l’art de trouver l’équilibre entre des situations totalement ubuesques et quelques moments plus sérieux (notamment concernant le personnage de Kaede). En outre, c’est qui apporte le grain à l’intrigue car finalement, Hinana commence à être intriguée par le personnage. Et ce pan s’avère plutôt intéressant dans la mesure où comme beaucoup d’autres filles, elle ne devient pas fan de Kaede mais a plus envie de savoir qui il est réellement. Une découverte réciproque puisque lui-même a envie de voir plus loin chez la demoiselle.

Kiss me at Midnight

Kiss me at Midnight T.1 – GOZEN OJI KISS SHINI KITEYO © Rin MIKIMOTO / Kodansha Ltd

La romance, bien que pas totalement amorcée pour le moment, s’avère très attachante. L’idée de créer un décalage entre les aspirations de Hinana et le côté désinvolte de Kaede crée quelque chose d’intéressant à mon sens. D’autant que la façon dont les personnages vont apprendre à se connaître est assez paradoxale, même si cela va aussi générer quelques quiproquos. D’une certaine façon, l’héroïne cherche quelque peu à nier de possibles sentiments pour Kaede car ce dernier est une star convoitée par beaucoup. Aussi, elle doute d’attirer son attention mais surtout, elle craint de lui nuire mais surtout, elle éprouve des appréhensions à l’idée que le jeune homme pourrait la manipuler. Derrière ses airs naïfs, elle va découvrir plusieurs éléments qui vont lui donner l’impression qu’il pourrait courir plusieurs lièvres à la fois. Je ne vous en dis pas plus si vous souhaitez découvrir mais la finalité est assez cocasse en réalité. Néanmoins, la mangaka s’y prend bien car même moi-même, je me suis laissée piéger. En dépit de tout, je pense que Kaede ne dit pas foncièrement tout. Si le jeune homme de 24 ans s’avère agréable, on ne sait pas encore réellement quels sentiments il porte envers Hinana. On va fréquemment le voir songeur voire étonné devant certaines réactions ou mots de la jeune fille mais est-ce parce qu’il s’étonne de sa candeur ou de son image un peu idyllique, on n’en sait trop rien.

« Je prends les choses à cœur, moi… Alors que pour toi, c’est visiblement un jeu. » (Hinana) – Tome 1.

J’ai toutefois hâte de voir comment cette histoire va se développer car je pense que Kaede pourrait réellement profiter de cette romance. Je crois que de nombreuses surprises l’attendent et qu’il pourrait se laisser prendre au jeu de l’amour sans qu’il s’y attende. La personnalité de Hinana est assez attachante. Malgré une certaine naïveté, on voit qu’elle essaie de rester sur ses gardes car elle ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec Kaede. Il n’est pas à exclure qu’un potentiel triangle amoureux intervienne mais il est encore trop tôt pour le dire d’autant que le personnage d’Akira (ami d’enfance de l’héroïne) n’est pas encore bien présent pour l’instant.

Les quelques références à « Cendrillon » sont assez identifiables (aaaah, les chaussures…) et demeurent assez appréciables. Pour le moment, les choses ne vont pas trop vite et nous permettent de jauger un peu les personnages. Une question m’interpelle par exemple : Kaede supporte-t-il si bien sa position d’idole ?

Concernant les dessins, Rin Mikimoto semble s’être encore améliorée. Ses traits sont très esthétiques (Kaede est à tomber sincèrement). Le chara-design est vraiment agréable. En outre, ses dessins SD sont vraiment adorables et comiques d’autant qu’ils tombent souvent à propos. Je trouve qu’elle sait rendre ses personnages expressifs. Quant à l’édition, elle s’avère très conforme à ce que propose Pika. La couverture a quelque chose de plus policée que l’intrigue d’une certaine façon et on a l’impression que cela renvoie au côté rêveur de l’héroïne quand elle est dans son jardin secret.

Cette histoire me paraît très divertissante et elle pourrait bien être intéressante si la mangaka arrive à bien la maîtriser. Un vrai plaisir s’en dégage à la lecture. A suivre !

Avis réalisé grâce au service presse des éditions Pika que l’on remercie.

Informations :

Titre VO : 午前0時、キスしに来てよ
Titre VF : Gozen 0-ji, Kiss Shi ni Kite yo
Genres : shôjo, romance, comédie, tranche-de-vie, idole, school life
Nombre de tomes VF/VO  : 4/8 (en cours)
Auteur : MIKIMOTO Rin
Édition VF : Pika
Prix : 6,95€

Extrait en ligne : Kiss me at Midnight T.1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s