Beyond The Boundary : Voir toujours au-delà…

Beyond The Boundary

Beyond The Boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

C’est en 2013 que l’on a pu découvrir l’anime Beyond the boundary sur la plateforme ADN. Comptant douze épisodes, on est entraînés dans les mésaventures d’Akihito Kanbara, lycéen quasiment immortel et de l’étourdie Mirai avec son pouvoir surprenant !

Résumé :

Après avoir sauvé sa camarade du suicide, un lycéen quasi-immortel apprend que celle-ci a le pouvoir de manipuler son sang. Ce pouvoir extrêmement rare était la raison de son isolement, et lorsque les deux adolescents se lient d’amitié, ils ne se doutent pas que cela va déclencher une succession d’évènements inquiétants…

Source : ADN

Un synopsis accrocheur

Beyond the boundary nous entraîne dans les mésaventures du jeune Akihito Kanbara, jeune lycéen de quinze ans. Il est un membre actif du club de littérature car c’est un vrai passionné. Bien qu’en apparence normale, le jeune garçon se révèle être mi-humain, mi-yomu (sorte d’esprit spirituel). Cela lui permet de régénérer ses cellules presque instantanément faisant de lui un être quasiment immortel. Mais sa vie va changer du tout au tout quand il va rencontrer la jeune Mirai Kuriyama. Dans le même établissement qu’Akihito, elle a décidé de mettre fin à ses jours sans qu’on en sache la raison. Mais surtout, elle détient un pouvoir exceptionnel lui permettant de manipuler le sang comme elle le souhaite. Ce pouvoir est jugé dangereux par le monde des esprits et c’est ainsi qu’Akihito se retrouve embarqué dans l’histoire bien malgré lui.

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Un cadre intéressant mais qui aurait mérité d’être élargi…

Beyond the boundary est un anime que j’ai beaucoup apprécié même si je pense qu’il n’a pas toujours été bien exploité car beaucoup d’éléments restent dans l’ombre. Par exemple, l’univers dans lequel évoluent les héros n’est pas réellement explicité. Nous n’avons pas réellement d’informations sur l’association des chasseurs d’esprits tout comme on ne sait pas d’où vient l’argent servant à payer les chasseurs contre les pierres d’ombres.

En ce qui concerne l’histoire, le premier épisode démarre de façon assez originale avec le personnage d’Akihito, immortel, qui doit se demander s’il doit sauver la demoiselle qui semble en détresse (Mirai) et ainsi faire partie de l’histoire ou laisser les choses se faire en tant que simple spectateur. Ce côté un peu caustique m’a plu et de manière générale, l’humour est relativement bien marqué. Le pouvoir de Mirai reste un point assez intrigant avec cette faculté de faire de son sang une arme, mais je ne peux pas dire que la dimension fantastique soit bien exploitée.

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Néanmoins, j’ai apprécié les combats et j’ai trouvé qu’il était assez original de faire des créatures des ombres quelque peu oniriques. On voit que l’anime use du folklore japonais  avec les yokai et autres esprits de la nature.

Mais un cadre qui demeure mystérieux…

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Il y a un petit côté mystérieux qui m’intrigue vraiment dans cet anime et pourtant, je ne peux pas dire que j’ai été totalement emballée. J’appréciais de le regarder, mais j’étais dans l’attente de plus, un peu comme dans Hyouka qui a commencé à devenir intéressant quand il s’approchait de sa fin et que j’ai fini par bien apprécier. J’attendais donc que l’anime fasse ses preuves même s’il faut reconnaître que les bases titillent l’intérêt. Ainsi, on se demande pourquoi Akihito est tant surveillé et protégé. Quel est le rôle de Mirai là-dedans ? Ce mystère est bien orchestré dans l’ensemble mais on reste un peu sur sa faim car quand l’anime se conclut, on a l’impression que le mystère reste le mystère.

Une animation de qualité !

Les studios de Kyoto Animation sont rarement décevants concernant l’animation et encore une fois, j’ai été réellement emballée par le graphisme. Tout de suite, j’ai trouvé que les personnages avaient des traits similaires à ceux de Hyouka. Et d’ailleurs, le personnage masculin principal ressemble à un des personnages de Hyouka. A côté de cela, je dois dire que les décors sont assez agréables : paysages aux couleurs chatoyantes, traits assez esthétiques, pour ma part, j’ai aimé. Les combats sont aussi magnifiquement représentés : les effets sont maîtrisés donnant l’impression qu’il y a un ressort magique parfois. En outre, il faut reconnaître que chaque épisode s’appuie toujours sur un élément qui fait rebondir l’action et donne une autre envergure à cette animation.

Des personnages attachants mais qui auraient pu avoir plus de caractère !

Le personnage d’Akihito est assez amusant. En dépit de son caractère « immortel », on a l’impression qu’il essaie d’être surtout « normal ». C’est un personnage qu’on saisit plus que Mirai car on accède plus facilement à ses pensées (ce qui fait penser à Oreki quelque part). J’attends, là encore, de voir son évolution. Quant à Mirai, c’est un personnage tout en contraste : elle est aussi maladroite qu’aguerrie quand il s’agit de combattre. Cette dualité surprend, mais quelque part, sans que je puisse vraiment l’expliquer, cela la rend touchante.

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Sa relation avec Akihito pourrait notamment lui permettre de créer un lien social car on a l’impression qu’elle est souvent seule. Pour autant, ce dernier s’avère assez monotone quand il est humain et c’est seulement sa part « yomu » qui lui donne une autre envergure. C’est peut-être d’ailleurs le petit manque concernant ces individualités : c’est surtout quand leurs pouvoirs se manifestent qu’ils sont intéressants mais ils demeurent assez plats sinon. Akihito en est un exemple : souvent maladroit en tant qu’humain par exemple. De même, les personnages secondaires, bien qu’intéressants, restent en retrait. Les familles Nase et Shindou auraient mérité plus à mon sens. Et le personnage de Miroku Fujima finit par devenir ridicule au fur et à mesure. On reste dans quelque chose qui manque de profondeur et c’est plutôt dommage.

A côté de cela, si vous attendiez quelque chose de la relation Mirai/Akihito, vous resterez un peu sur votre faim. On est dans la suggestion plutôt que l’étalage des sentiments.

Des thèmes porteurs

Pour autant, il y a des valeurs que j’ai particulièrement aimées dans Beyond the Boundary. En premier lieu, l’abnégation est assez présente. Cette notion de sacrifice se retrouve chez presque tous les personnages comme si c’était inhérent à qui ils sont. On les voit tous prêts à se sacrifier pour l’autre. On pense notamment à Akihito pour Mirai ou bien le frère et la sœur Nase.

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Finalement, on se rend compte que cela est aussi lié à un fort sentiment de solitude. Mirai est un personnage totalement isolé au début et qui se crée un noyau social petit à petit suite à son sauvetage. Akihito, de par sa condition, est aussi une personne isolée même s’il peut compter sur Hiromi ou Mitsuki. On a quand même l’impression qu’il s’ouvre de plus en plus. C’est sans doute pour cette raison que les personnages n’hésitent pas à venir en aide à ceux qui leur sont chers.

Une fin décevante…

Là où le bât blesse, c’est réellement la fin de l’anime. Je l’ai trouvée très décevante. En outre, je n’ai pas été du tout convaincue par l’espèce de « happy end » qui fait un peu penser à un « deus ex machina ». Quelque part, cela donne l’impression que l’on souhaitait abréger l’anime et répondre aux attentes des fans ; tant pis si cela manque un peu de construction. Il faut bien avouer que plusieurs points restent problématiques :

– Les questions que l’on pouvait se poser ne trouvent jamais leurs réponses.

– Il y a une certaine prépondérance à vouloir absolument faire « pleurer ». Mais on ne sait pas trop pourquoi car la cohérence du scénario se perd.

– On finit en disant que décidément, on n’a pas tout compris.

Beyond the boundary

Beyond the boundary – © Nagomu Torii · Kyoto Animation / Kyokai no Kanata Committee

Une bonne OST !

En dépit de tout, j’ai particulièrement apprécié les thèmes et les opening/ending de l’anime. Alors, j’ai surtout une grosse préférence pour l’ending intitulé « Daisy ». Je trouve que la musique est vraiment agréable sans compter que si vous regardez l’ending, la main tendue de Mirai vers Akihito semble signifier beaucoup pour moi.

En conclusion, même si la fin reste assez décevante, il y a quand même toute la première partie de Beyond the boundary qui est vraiment bonne et intéressante. En outre, il faut reconnaître qu’on se prend vraiment d’attachement pour les personnages. Les bonnes intentions auraient pu être plus marquées mais je pense que le meilleur moyen est encore de vous faire votre propre avis.

Informations :

Titre VO : 境界の彼方
Titres VF : Kyôkai no Kanata
Année : 2013
Studio : Kyoto Animation
Genres : seinen, fantastique, action, comédie, tranche-de-vie, surnaturel, romance, combat
Réalisateur : ISHIDATE Taichi
Nombre d’épisodes : 12
Éditeur VF : ADN
Durée : 23 mins environ

 

8 réflexions sur “Beyond The Boundary : Voir toujours au-delà…

  1. Poyjo dit :

    J’ai bien aimé ces quelques comparaisons avec Hyouka o/.
    C’est clairement une série qui aurait gagné à avoir plus d’épisodes et à prendre son temps. L’OST est ce que je retiens le plus de la série. Tu n’as pas indiqué si tu t’étais tourné vers le 2e film qui poursuit l’intrigue ? SI oui qu’en as-tu pensé ? Personnellement il m’a un peu fâché avec la série à cause de son antagoniste.

    M’enfin j’en garde un bon souvenir, merci d’en avoir éveillé quelques bribes.

    Aimé par 1 personne

    • heyden17 dit :

      Merci! Les films, je les ai mais je n’ai jamais pris le temps de les voir. Ceci-dit, ça m’inquiète un peu en lisant tes propos. En fait, le lien avec Hyouka, je le vois surtout avec le personnage isolé mais qui ne l’est plus sur la fin puis cette relation basée sur des non-dits. Après ça reste deux animés différents ^_^

      J'aime

      • Poyjo dit :

        C’est vrai que les rapports avec Hyouka restent minces ^^ ». C’est mon esprit fanboy de Hyouka qui doit parler. Je pense toujours à cette illustration choupi ou les persos des deux séries mélangent leurs habits (https://screenshots.firefox.com/GG2wI8FGtcjLnVAB/null).

        Donne leur une chance, peut-être que j’ai mal digéré le fait d’avoir tout vu d’une seule traite :o. Par contre le premier film est un récap un peu raté donc tu peux t’en passer.

        Aimé par 1 personne

  2. heyden17 dit :

    J’adore l’illustration. Mais c’est le même studio après, c’est pour cela que visuellement, on voit les rapprochements. Puis, peut-être qu’au niveau des relations entre les personnages, on peut aussi y voir un lien. Non, je vais essayer de les regarder même si je ne suis pas fan des films résumé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s