Charlotte : Voyage auprès des ESPers…

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Charlotte fut un des animes de l’été 2015 diffusé sur la plateforme Wakanim. Un anime surprenant qui a su réserver des surprises quand on s’y attendait le moins mais également qui a généré certaines frustrations. Faites la découverte des ESPers !

Résumé :

Il est un monde où certains enfants développent à la puberté des pouvoirs surnaturels. Yū OTOSAKA est un de ces adolescents et utilise son don sans que personne ne s’en aperçoive. Sa rencontre avec une mystérieuse jeune fille, Nao TOMORI, le mènera à la révélation du sort qui attend tous les détenteurs de ces capacités spéciales.

Source : Wakanim

Un synopsis intrigant !

Charlotte est un projet très original et qui a demandé la collaboration de plusieurs studios tels que P.A Works, Key Visual ou encore Aniplex. En outre, le scénario est écrit par Jun Maeda à qui l’on doit Angel Beats ! Rien que ces aspects permettent de comprendre que Charlotte aura une dimension qu’on ne soupçonne pas. Par ailleurs, le côté banal du personnage principal permet déjà de capter l’attention car on se doute qu’il ne l’est pas. Et cela est très vite expliqué grâce au don qu’il possède puisque fait parti de ce petit pourcentage de la population qui possède des pouvoirs très particuliers. Et dans le cas de , c’est réellement atypique puisque le jeune homme peut prendre possession, mais seulement durant cinq secondes, d’un organisme vivant.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Et autant dire que c’est une aubaine pour lui car il se permet notamment de tricher lors des examens pour apparaître comme un élève brillant alors qu’il est très médiocre. Seulement, il ne s’est pas encore rendu qu’une personne l’observe : la très obstinée Nao Tomori. Et si la jeune fille s’intéresse à lui, c’est parce qu’elle aussi possède un don : celui de se rendre invisible pour une personne. Un peu embrigadé contre sa volonté, va intégrer le BDE et partir à la recherche d’autres ESPers, ce qui promet pas mal d’aventures.

Une intrigue assez bien menée !

Il est difficile de parler de Charlotte sans évoquer quelques éléments importants de l’intrigue. Et même si je vais essayer de ne pas spoiler, il y a quand même des moments importants pour la bonne compréhension de l’intrigue. Il reste que Charlotte a la particularité de commencer de manière aussi banale que son personnage peut l’être. On se demande d’ailleurs où est réellement l’intérêt pendant un long moment tant le « héros » manque de panache et se complaît dans son attitude blasée. Certes, n’est pas un lycéen comme les autres mais dans sa manière de gérer son pouvoir, il n’en fait rien d’extraordinaire et préfère se cantonner à des choses propres à un adolescent flemmard : s’en servir pour sa pomme et donc sa scolarité. Pour autant, on voit la façon dont il s’en sert avec habileté et ce n’est pas pour rien que le premier épisode nommé « Je pense donc je suis autrui » nous le rappelle.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Même si le laps de temps est très court, tire toujours parti de la situation même si à son réveil, il se retrouve fréquemment dans des postures assez incongrues mais qui suscitent le rire. Mais si le pouvoir de vous semble atypique, les autres ESPers que l’on découvre au fur et à mesure ne sont pas en reste. Ainsi, Nao se rend invisible mais pour une seule personne, quant à Takajo, il a le pouvoir de traverser les murs mais on a l’impression que cela est toujours une épreuve (et c’est le cas de le dire quand on le voit exténué). Enfin, on a également Kumagami, assez énigmatique en son genre et qui ne trouve des ESPers… Que quand il est mouillé. Finalement, les personnages ont quelque chose de farfelu. Mais finalement, on se prend d’intérêt pour les missions du BDE car cela suscite beaucoup d’amusement. Il y a un réel intérêt à trouver les autres ESPers. En effet, ceux-ci sont en danger et certains scientifiques nourrissent de sombres desseins à leur égard. A ce sujet, c’est un point qui aurait mérité davantage d’éclaircissements. Les ESPers pourraient risquer de devenir des cobayes (c’est en gros ce que l’on comprend) mais à aucun moment, on ne voit clairement ce qu’ils peuvent encourir. Le début est plutôt lent mais c’est une bonne chose car cela permet de prendre connaissance de la galerie de personnages. Et d’ailleurs, on peut dire qu’ils sont assez nombreux car beaucoup de personnages secondaires interviennent dans le cours de l’histoire. Mais ce début permet aussi de découvrir les divers pouvoirs et de voir comment doucement s’intègre à ce BDE, lui qui avait un petit côté asocial. On ne sait pas pour autant pourquoi les pouvoirs apparaissent lorsqu’ils sont adolescents. L’histoire est donc plaisante à suivre avec une intrigue plus profonde qui se met en place petit à petit. On s’attache assez facilement à ces personnages pas comme les autres.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Par ailleurs, Charlotte a la particularité d’avoir une histoire mais en même temps, on en découvre une autre. Cela crée un effet de surprise. Je ne vais pas trop en dire mais en réalité, il y a bien une idée que les personnages sont impliqués dans quelque chose qui les dépasse sans doute.

Puis il y a quand même toute la part émotionnelle inattendue avec la sœur de  : Ayumi. J’ai trouvé cette démarche vraiment surprenante dans la construction qu’on ne soupçonne pas du tout. Et d’ailleurs, même si j’ai été vraiment touchée, j’ai aussi regretté qu’il n’y ait pas plus d’éléments là-dessus.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Mais des faiblesses…

Si Charlotte est vraiment agréable à regarder, on ne peut s’empêcher par moment qu’il y a des petites faiblesses donnant parfois une incohérence à l’intrigue. En fait, j’ai eu l’impression que l’on suivait les missions de secours puis d’un coup, on nous donne un trop plein d’informations qui donnent une autre direction à l’anime mais sans y être réellement préparé. De ce fait, Charlotte a du mal à doser son rythme car si le début va très lentement, par la suite, on passe à une vitesse supérieure qu’on n’avait pas anticipée. Et alors que de nombreuses questions fusent, je ne peux pas dire qu’il y ait réellement de réponses : comme dit plus haut, on n’a pas de révélations sur ces fameux scientifiques par exemple ? Le pouvoir des ESPers serait lié à une particule mais là encore, on ne nous donne pas d’éléments. La chanteuse du groupe ZHIEND est devenue aveugle mais aucune explication à ce sujet non plus. De même que le personnage de Nao reste énigmatique. On sait que la jeune fille est considérée comme une marginale quelque part, un brin violente mais hormis des bribes d’informations sur son passé, l’ensemble reste assez sommaire.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Là où le bât blesse un peu, c’est aussi sur la fin. On sent que ce n’est pas aussi abouti que cela aurait pu l’être. Cela est essentiellement dû au fait que l’anime ne trouve pas de juste équilibre : quand on attend des informations, on ne les a pas et quand il faudrait accélérer certains points, on traîne un peu. De ce fait, certains pourront avoir le sentiment que c’est un peu confus par moment. Certes, apparaît quand même comme le personnage amenant une forme d’équilibre puisque le monde reste sauvé mais pourquoi autant de zones d’ombre, c’est vraiment quelque chose qui m’a un peu frustrée.

  • Ainsi, je n’ai pas trop compris l’idée de faire revenir les morts. Je pense que des informations auraient été bienvenues.
  • Ensuite, il y a un couac au niveau du pouvoir de . Pendant un long moment, on nous fait comprendre qu’il peut prendre possession du corps d’une personne pour ensuite nous apprendre qu’il peut aussi voler le pouvoir d’une autre personne. Disons que si cela reste plausible, on aurait peut-être pu nous dire ce qui contribue à l’évolution de ce pouvoir. En outre, sans que l’on sache réellement pourquoi, le jeune homme devient très recherché. Et il y a un imbroglio qui se met en place…
  • Enfin, cette idée que les ESPers seraient ensuite malades ne m’a pas paru totalement crédible. Subitement, ce serait lié au fait que les personnages étaient trop sensibles aux particules d’une comète. Je ne sais pas, je suis restée un peu dubitative…. Puis qui doit se sacrifier et devenir un voleur de pouvoirs, c’est vraiment trop soudain. On a presque l’impression que le scénariste ne savait plus quoi faire pour amener cette fin.

En somme, cette fin est bien trop expéditive. On nous apprend tout un tas de choses mais dites-vous bien qu’en l’espace de 23 minutes, c’est beaucoup trop pour tout enregistrer. J’en reviens donc à nouveau à ce rythme pas toujours très bien dosé… Il aurait fallu développer davantage ces éléments.

Une relation attachante.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

En dépit de ces points assez noirs, Charlotte est un plaisir à regarder et notamment pour la relation entre et sa jeune sœur Ayumi. C’est la touche tendresse de l’anime. En effet, les deux se complètent. Ayumi et son côté « kawai » tempère un peu le côté bougon de son frère. Et cette osmose fait du bien à voir dans l’anime car on sent que si quelqu’un peut toucher la corde sensible de , c’est bien Ayumi. Une complicité tellement plaisante que l’issue dramatique ne peut que susciter une forme de stupeur mais aussi d’interrogations concernant réellement les ESPers.

Une galerie de personnages très vaste…

On l’a dit mais Charlotte se distingue par ses nombreux personnages. Il y a forcément un personnage qui vous touchera (pour ma part, c’est Ayumi). se sociabilise à sa façon (aidée par sa chaleureuse petite sœur). Il n’a pas l’étoffe du héros et je pense qu’il l’assume sur la fin parce qu’il n’a pas tant le choix. Son côté nonchalant est en fait une attitude qui cache une blessure et on comprend pourquoi il y a un tel attachement avec sœur. Au départ, on pourrait le détester car il a un côté un peu hautain. Puis, c’est en réalité un manipulateur et un tricheur (du moins, il est présenté ainsi lors du premier épisode. Mais finalement, on le découvre assez gentil dans le fond. C’est dommage qu’on n’ait pas un peu plus conservé ce tempérament. J’ai trouvé le personnage particulièrement touchant suite à ce qu’il subit où on le voit sombrer dans un accès de folie inattendu. Ayumi joue parfaitement son rôle de petite sœur adorable.

Charlotte

Charlotte – ©VisualArt’s/Key/Charlotte Project

Ayumi est la petite bouffée d’air frais de manière générale et son obstination a toujours lui préparer son omelette rice apporte beaucoup de drôlerie. Les deux sœurs Yusa et Misa ont un côté un peu stéréotypé (la douce et la nerveuse). Takajo est aussi un personnage atypique. Pas forcément omniprésent au départ mais qui s’étoffe un peu au fur et à mesure même s’il reste un peu en retrait. Nao est un personnage que j’ai plutôt aimé.  Son enfance explique son côté solitaire. Son côté violent est souvent amusant car elle se met dans des situations parfois absurdes.

Une romance voilée…

Et j’insiste bien sur « voilée ». On ne peut pas dire que ce soit une vraie explosion mais plutôt une romance discrète qui se crée petit à petit. Entre Nao et , on se dit qu’il pourrait y avoir plus mais le scénario ne s’oriente jamais là-dessus et préfère juste en rester à des petites allusions ou des passages amusants. De toute façon, je crois que le but premier de Charlotte n’est pas d’axer là-dessus.

Une ambiance et une animation réussies !

En ce qui concerne le cadre et l’animation de Charlotte, je trouve qu’ils sont réussis. Les premiers épisodes amènent bien le décor avec le lycée des ESPers et le BDE. Les plans sont bien découpés et il y a des passages offrant de beaux paysages. J’ai aussi beaucoup aimé la palette des couleurs. Le chara-design des personnages est aussi bien abouti. J’ai beaucoup apprécié les traits qui rappellent un peu, enfin dans une certaine mesure, ceux d’Angel Beats. En somme, c’est un travail soigné.

Une bande-son convaincante !

Les thèmes de l’anime sont aussi particulièrement réussis. On appréciera le passage dramatique où on sent une intensité de plus en plus grande. Mais on a aussi le concours du groupe ZHIEND dont il est fait mention grâce au personnage de Sara Shane et qui offre des balades pop-rock de très bonne qualité. L’opening et l’ending réussissent également à bien mettre dans l’ambiance.

Pour terminer, Charlotte est un anime qui, malgré ses faiblesses, s’avère prenant. Il y a des flottements mais on ne peut s’empêcher de suivre les aventures avec intérêt d’autant que certains passages apportent des moments surprenants. L’idée de départ reste de même, les personnages finissent par nous intriguer, l’animation est de qualité et la musique est réussie. Tout n’est pas parfait mais Charlotte reste un anime que je vous recommande !

Informations :

Titre VO : シャーロッ
Titres VF : Charlotte
Année : 2015
Studio : P.A Works
Genres : seinen, romance, comédie, tranche-de-vie, fantastique, drame
Réalisateur : ASAI Yoshiyuki
Nombre d’épisodes : 13
Éditeur VF : Wakanim
Durée : 24 mins

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s