Color Recipe T.1 : Manipulation, passion et obsession…

Color Recipe

Color Recipe T.1 – © HARADA 2016 KADOKAWA CORPORATION

Color Recipe est un titre signé par Harada. Cette mangaka s’est déjà illustrée aux éditions Boy’s Love d’IDP. Très sincèrement, je n’ai jamais lu ses titres parce qu’ils ne me m’interpellaient pas réellement et j’avais l’impression que la mangaka avait un univers qui ne m’attirait pas. Et à la lecture de celui-ci, je reste quelque peu dubitative…

Résumé :

Shôkichi est un coiffeur très impliqué dans son travail, mais qui souffre de son manque de courtoisie. Son quotidien va être bouleversé le jour où Fukusuke, un célèbre coiffeur intègre son salon. Loin d’être aussi asociale et rigide que Shôkichi, Fukusuke est plutôt insouciant et sarcastique. Cette opposition va rapidement rendre leurs relations très compliquées. Cependant, certains événements étranges vont amener les deux hommes à se rapprocher. Shôkichi changera-t-il d’avis sur ce collègue qui s’est incrusté dans sa vie… pour le meilleur… et le pire ?

Source : Taifu Comics

Avis :

Pourtant, Color Recipe démarre de façon plutôt banale. On fait rapidement la connaissance de Shôkichi, jeune coiffeur quelque peu renfrogné, et qui a du mal à se sociabiliser. Il faut dire que s’il est très impliqué dans son travail, sa relation avec les clients manque de tact et fréquemment, Shôkichi se montre peu courtois. Quand son patron annonce qu’il a employé le très affable Fukusuke, les choses s’enveniment d’autant que ce dernier ne cesse de faire preuve de sarcasme à l’égard de Shôkichi. Bien que très différent professionnellement, les deux hommes vont se rapprocher suite à un concours de circonstances plutôt étrange.

« C’est un très bon coiffeur, pourtant, il peine à fidéliser ses clients à cause de son manque de sociabilité et finit isolé. » (Riku) – Tome 1.

L’entrée en matière de Color Recipe s’avère plutôt rapide. J’ai vraiment eu l’impression que tout était installé de manière « in medias res ». J’ai trouvé cela un peu dérangeant car je n’ai pas eu tant la sensation qu’il y avait un cadre bien posé. Pour autant, l’intrigue démarre de manière très sommaire : Shôkichi est un coiffeur de talent mais son caractère bougon lui fait grandement défaut : impulsif, cela reflète en réalité une forme de timidité quand on progresse davantage dans le titre. Fukusuke est totalement son opposé : toujours à l’écoute des clients, il est la bienveillance même. Et c’est pour cette raison que le patron l’a embauché espérant que les deux pourraient travailleur leur communication. L’intrigue se fonde essentiellement sur cet aspect : comment les deux coiffeurs vont pouvoir travailler ensemble ? Mais du point de vue de leurs caractères, on n’a pas de réelles surprises. Shôkichi ressemble à un « tsundere » se rebiffant souvent pour des choses un peu bêtes dans le fond mais parce qu’il est profondément humain avant tout. Fukusuke est vraiment le type nonchalant, un peu lascif par moment voire parfois sans gêne. Pour ma part, je n’ai pas trop accroché à la manière dont les deux allaient se rapprocher car là encore, je n’ai pas saisi le réel cheminement. On avance une beuverie où Fukusuke est totalement ivre et finalement décide de rester (presqu’en s’invitant seul quand on y réfléchit…) chez Shôkichi.

Color Recipe

Color Recipe T.1 – © HARADA 2016 KADOKAWA CORPORATION

Sauf que là, je suis restée un peu interloquée par le manque de finesse de la mangaka. Ce moment laisse pantois et on se demande s’il y a bien une cohérence dans ce qui est montré. C’est surtout la façon dont les choses se produisent qui laisse perplexe. Je ne peux pas trop en dire si vous souhaitez lire le titre mais il est vrai que ce passage est déconcertant. Pour autant, la mangaka ne cherche même pas réellement à s’appesantir sur ce passage comme si cela n’était qu’une bagatelle. Elle va alors se concentrer sur une vague histoire de stalker qui se serait amouraché de Shôkichi. De ce point de vue, j’ai trouvé que la mangaka faisait preuve d’adresse parce que c’est le passage que j’ai plutôt apprécié. On se prend un peu à l’intrigue et tout le long, on se laisse guider par les indices laissées par la mangaka. Finalement, on parvient à se convaincre qu’un réel danger est présent mais celui-ci n’est pas ce à quoi on s’attendait. Pour le coup, je dois bien avouer que je me suis aussi laissé berner. On nous présente alors Fukusuke comme un homme protecteur et la relation entre les deux hommes devient plus naturelle.

« Quand je veux un truc, je fais tout pour l’avoir! » (Fukusuke) – Tome 1.

Pour autant, il y a pas mal de faiblesses dans Color Recipe. La première est notamment liée à cette romance qui a quand même quelque chose de malsain. Au départ, elle paraît normale mais plus on avance, plus on sent une espèce de lourdeurs liées à tout ce que vit Shôkichi mais liées aussi à un côté superficiel. Ne serait-ce que les disputes des deux personnages qui piétinent quelque peu tant elles sont stériles en réalité. Oui, ils ne s’entendent pas mais au fond, c’est aussi parce que ce sont deux coiffeurs différents avec une vision différente. Je pense que ce point aurait pu être plus creusé. Ensuite, tout semble axer pour montrer une libido presque prédominante. En effet, la mangaka utilise la tension entre les deux personnages pour presque légitimer les faveurs sexuelles que souhaite obtenir Fukusuke. Les deux hommes ne se supportent pas (du moins, c’est ce que l’on pense au départ car Fukusuke réserve quelques surprises quand même) mais ils s’accrochent. Même leurs ébats amoureux se font dans une forme de dureté qui ne s’explique pas tant. On a parfois l’impression que Shôkichi ne sait pas où il en est au juste et donc il s’abandonne face à un Fukusuke qui sait s’imposer. Ensuite, bien qu’on cherche à montrer Fukusuke comme un homme bien sous tous rapports, c’est difficile à expliquer mais moi, j’avais toujours l’impression qu’il y avait quelque chose de pas net chez lui. Et quelque part, même si on peut être surpris sur la fin du titre, on peut aussi se dire que cela pouvait être prévisible quelque part. Peut-être que vous y prêterez davantage attention mais regardez bien la couverture et vous y verrez quelque chose de trop étrange pour ne pas ressentir un malaise. Si Fukusuke en impose, cela ne colle pas tant avec l’image sympathique que l’on donne de lui dans une bonne partie du volume.

Color Recipe

Color Recipe T.1 – © HARADA 2016 KADOKAWA CORPORATION

En dépit de tout, j’ai quand même été à nouveau surprise par la finalité où on fait du troisième employé, Riku, un complice inattendu et passif de ce qui se déroule. Là, la mangaka réussit encore à m’étonner montrant cet employé qui paraissait très soucieux à l’égard de Shôkichi, être en réalité un vrai c****** (?!) pour éviter de d’écrire clairement le mot mais vous comprendrez. A moins que ce dernier ne réserve une autre surprise. Qui sait? Franchement, un tour de force que je n’avais pas du tout vu venir. En outre, quelque part, cela amène une forme de suspense car on pourrait presque avoir peur pour Shôkichi.

« Tu as tout manigancé, hein? » (Riku) – Tome 1.

Je découvre le style de Harada. Les personnages n’apparaissent pas forcément comme étant si masculins mais ils ne sont pas non plus trop androgynes. Les visages sont souvent triangulaires et je n’ai pas trop adhéré. Par contre, les décors et trames s’avèrent assez riches parfois peut-être trop. Néanmoins, cela colle à l’ambiance parfois sombre du titre. Quant à l’édition proposée par Taifu, elle est conforme à ce que l’on connaît de l’éditeur. Il y a également des pages couleurs en début et fin du volume.

Pour conclure, Color Recipe ne m’a pas entièrement séduite du point de vue des choix scénaristiques. L’ensemble manque un peu de travail et les personnages même s’ils ont une petite base psychologique qui peut sembler intéressante ne parviennent pas à être attachants. D’ailleurs, jusqu’à présent, je ne sais pas réellement quoi penser d’eux. Toutefois, reconnaissons que la mangaka brille pour planter un cadre asphyxiant qui prend de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure de la lecture. Color Recipe est donc une curiosité qu’on appréciera ou pas.

Merci aux éditions Taifu Comics pour le service presse ^_^

Informations :

Titre VO : カラーレシピ
Titre original/traduit : Color Recipe
Genres : Yaoï, gay-lesbien, romance sombre, harcèlement, coiffure, tranche-de-vie
Nombre de tomes VF/VO  : 1/2 (En cours)
Auteur : HARADA
Édition VF : Taifu Comics
Prix : 8,99€

2 réflexions sur “Color Recipe T.1 : Manipulation, passion et obsession…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s