Love Baka T.1 : Supporte-moi si tu peux!

Love Baka

Love Baka T.1 – Love Come no Baka © Shushushu Sakurai / Kodansha Ltd.

Love Baka était la nouvelle comédie romantique des éditions Kurokawa. Une comédie qui se veut pétillante et totalement farfelue. La série est signée par Shushushu Sakurai, une mangaka plutôt prolifique au Japon mais encore inconnue en France. Terminée en 3 volumes, Love Baka est une série loufoque et non prise de tête. Idéal pour se changer les idées en somme !

Résumé :

Incapable de tenir un planning ou de produire une histoire digne d’intérêt, Suzu Sakura est une mangaka dont la carrière peine à décoller. Sa vie va changer quand elle se voit affecter un nouveau responsable éditorial : séduisant et attentif, il a tout pour plaire… du moins le croyait-elle. Car sous ses apparences de gendre idéal se cache un terrible manipulateur. Entre ses mains, les mangas de Suzu vont-ils enfin connaître le succès ?

Source : Kurokawa

Avis :

Love Baka est une série que j’ai trouvée divertissante mais je ne l’ai pas pour autant trouvée si prenante. Disons que j’ai passé un bon moment en le lisant même si j’ai eu la sensation que la série ne me laisserait pas un souvenir impérissable. Il demeure que l’éditeur propose une intrigue assez drôle possédant un côté assez impertinent.

« Me voila transféré à la rédaction d’un magazine de midinettes en mal d’histoires de coeur. » (Hasegawa) – Tome 1.

Ainsi, découvre-t-on la jeune Suzu Sakura, une mangaka totalement à côté de la plaque quand il s’agit de rendre ses planches en temps et en heure. Mais à côté de cela, nous découvrons également le monde éditorial et les nombreux déboires de Suzu mais aussi de son responsable éditorial, le très rigoureux Hasegawa Osamu. Ce dernier est d’autant plus agacé qu’il se retrouve transféré au magazine Daisy alors qu’il ne connaît absolument pas le monde du shôjo. S’il remarque que Suzu a un talent indéniable, il va devoir composer avec son « organisation » bordélique et ses nombreux plans sur la comète.

Love Baka

Love Baka T.1 – Love Come no Baka © Shushushu Sakurai / Kodansha Ltd.

Comme je l’ai dit, ma lecture a été plutôt amusante mais globalement, je n’ai pas réussi à ressentir un réel emballement. Je trouve qu’il y a quelques points bien mais d’autres assez décevants. Majoritairement, ce qui fait défaut au titre, c’est sans aucun doute sa linéarité au niveau de la narration. J’ai trouvé qu’il y avait trop d’éléments approximatifs. Quelque part, je me suis dit que cela devait servir l’intérêt du titre car on a constamment l’impression qu’il y a un fouillis perpétuel qui colle avec l’image que donne Suzu. Et quand on sait que certaines des mésaventures de l’héroïne sont inspirées des propres mésaventures de la mangaka, on comprend mieux cette sensation. Et de manière générale, le manga fonctionne beaucoup sur le « running gag », ce qui va de pair avec la personnalité très dynamique (peut-être trop parfois…). La dimension humoristique du titre est donc bien marqué et se veut en accord avec le caractère de Suzu qui, reconnaissons-le, accumule vraiment les gaffes et tombe parfois dans le cliché. Mais même si c’est un peu maladroit parfois, on rigole quand même de sa naïveté ou de sa propension à se mettre constamment dans des situations assez loufoques. En cela, si l’ensemble est un peu convenu par moment, je dois quand même avouer que le comique de situation fonctionne assez bien.

« Tu l’aurais vue, c’est une vraie poubelle. » (Hasegawa) – Tome 1.

Le point qui m’a paru le plus intéressant reste le milieu de l’édition et la façon dont un responsable s’occupe de son mangaka. Alors, on n’est pas dans un titre comme Bakuman non plus, mais on arrive quand même à percevoir comment l’ensemble s’achemine. J’ai plutôt aimé les passages où on voit Suzu en train de dessiner. Mais j’ai aussi apprécié quand on voit que derrière le côté « survolté » de Suzu, il y a une envie de progresser. Ainsi, quand elle devient assistante, il est intéressant de noter que ce travail est un apprentissage permanent pour devenir plus expérimenté.

Love Baka

Love Baka T.1 – Love Come no Baka © Shushushu Sakurai / Kodansha Ltd.

Bien évidemment, Love Baka se distingue par son duo aussi improbable qu’amusant. Cet aspect fonctionne plutôt bien dans le titre car quelque part, Hasegawa est un peu le frein de Suzu. Il la canalise quand elle commence à partir dans ses délires. Suzu se révèle être souvent lamentable mais essentiellement parce qu’elle n’est pas méthodique à mon sens. Paradoxalement, c’est ce qui fait son charme même s’il faut convenir qu’entre les deux, c’est un peu l’association des opposés. Suzu est une jeune femme qui paraît constamment dans son monde si bien qu’elle est très éloignée des réalités qui l’entourent (rendre son travail à l’heure, être ponctuelle à ses rendez-vous ou encore adapter une attitude appropriée lors de moments importants). Mais plus loin, on constate aussi qu’il réside en elle un grand manque d’expérience dans les relations amoureuses. Elle a beau raconter des romances, on la découvre, là encore, totalement à côté de la plaque en matière d’amour. Sur ce point, j’ai d’ailleurs regretté l’arrivée du « rival », Mr Nanami, qui est vraiment trop attendue et qui n’apporte aucune surprise.

« Dans ce cas, pourquoi ne pas apprendre avec moi ce qu’est l’amour. » (Mr Nanami) – Tome 1.

En fait, cela donne la sensation de déjà savoir ce qui va arriver par la suite. Du côté de Hasegawa, il a totalement l’impression d’être tombé dans un monde qu’il ne maîtrise pas. Entre le monde du seinen et celui du shôjo, il y a un fossé pour lui. Néanmoins, Hasegawa est le type sérieux qui fait tout pour que Suzu réussisse et s’améliore. Et même s’il a du mal à supporter les nombreuses élucubrations de Suzu, il n’en demeure pas moins que Hasegawa veille souvent au grain et d’autant plus quand il voit Nanami se rapprocher de cette dernière. Est-ce pour autant lié à de potentiels sentiments ? Je ne saurais le dire. L’ensemble reste assez brouillon. C’est encore un point où le manga pêche un peu : les sentiments sont soit trop exacerbés (Suzu), soit mal amenés. Honnêtement, je serais un peu déçue si la romance arrivait avec de gros sabots en quelque sorte et l’introduction de Nanami me laisse une impression mitigée.

« Mr Hasegawa, je veux encore vous entendre dire que vous m’aimez! » (Suzu) – Tome 1.

Il reste que la romance (s’il doit y en avoir une mais on peut supposer que oui) risque d’être bien mouvementée. Entre Suzu qui croit faire tomber sous son charme Hasegawa et ce dernier qui se demande comment il va pouvoir soutenir une telle écervelée, les interactions ne manquent pas de mordant. Suzu est si spontanée dans le mauvais sens du terme que la patience de Hasegawa en fait les frais. On notera néanmoins une certaine bienveillance de Hasegawa concernant Suzu. Plus il la côtoie et plus il la découvre capable d’être volontaire.

Love Baka

Love Baka T.1 – Love Come no Baka © Shushushu Sakurai / Kodansha Ltd.

Du côté des dessins, le trait est assez agréable globalement. Les personnages masculins m’ont paru mieux dessinés que les personnages féminins mais ce n’est peut-être qu’un ressenti. La mise en scène se veut assez dynamique pour coller aux nombreuses situations cocasses que vivent les personnages. Suzu possède parfois des réactions désopilantes et certains dessins SD sont plutôt réussis. L’édition de Kurokawa est plutôt conforme à ce qu’ils font habituellement. On appréciera les petits bonus qui apportent beaucoup.

Sans être totalement captivant, Love Baka fait quand même son travail de divertissement. La lecture reste sympathique même si j’aurais aimé avoir plus de surprises. Peut-être pour la suite…

Informations :

Titre VO : ラブコメのバカ
Titre traduit : Lovecome no baka
Genres : shôjo, romance, comédie, tranche-de-vie,
Nombre de tomes VF/VO : 3/3 (Terminé)
Auteur : SAKURAI Shushushu
Édition VF : Kurokawa
Prix : 7,65€

 

 

 

5 réflexions sur “Love Baka T.1 : Supporte-moi si tu peux!

  1. heyden17 dit :

    Je peux comprendre. J’ai réduit drastiquement mon budget manga et je m’en porte très bien. Je m’accorde quelques nouveautés et les séries que je suis. C’est tout. Celui-ci me tentait en raison du coté fou. Peut-être que je lancerais un concours express sur la page FB pour le gagner 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s