Love, Be Loved, Leave, Be Left T.2 : quand les déceptions surviennent…

Love, be love, leave, be left

Love, be love, leave, be left T.2 – OMOI, OMOWARE, FURI, FURARE © 2015 by Io Sakisaka/SHUEISHA Inc.

Après un premier tome très plaisant et mettant déjà bien en avant les diverses problématiques amoureuses, ce deuxième tome continue sur sa lancée et s’intéresse davantage aux attentes déçues des personnages. Io Sakisaka a encore tout bon !

Résumé :

Yuna, qui, jusque-là, n’était tombée amoureuse que du prince d’un livre, s’éprend pour la première fois d’un vrai garçon : Rio. La fille a qui Rio n’a pas pu faire sa déclaration d’amour n’est autre qu’Akari. Après que Rio lui a avoué son amour secret, Yuna n’a plus envie de cacher ses sentiments…

Source : Kana.

Avis :

« Mais comment on fait pour ne plus être amoureuse? » (Yuna) – Tome 2.

Dans ce volume, Io Sakisaka ne fait pas réellement de mystères autour de l’identité de la jeune fille que Rio aime. Et dès le volume 1, on pouvait très aisément s’en douter. Ainsi, Rio aime Akari, celle qui est devenue sa sœur suite au remariage de leurs parents. On peut voir que Rio a bien tenté de s’y accoutumer mais à cela s’ajoute la douleur de n’avoir pu dire ses sentiments. Néanmoins, il faut avouer que dans ses agissements, on remarque bien que Rio ressent des sentiments qui ne sont pas tout à fait fraternels. Il en découle une tension palpable au sein de cette nouvelle famille recomposée où les inquiétudes de la mère de Yuna ne font rien pour arranger les choses mais les exacerbe davantage. Une façon d’intriguer encore un peu plus les lecteurs. Aussi ressent-on toute la frustration du jeune homme qui doit vivre avec une fille qu’il n’aura jamais. Mais il n’est pas le seul à être décontenancé puisque Yuna en découvrant cette vérité se sent aussi bouleversée. Mais surtout, la jeune fille réalise que pour éviter de ressentir le même poids que Rio, elle devrait peut-être avouer son amour même si elle sait qu’elle sera éconduite par ce dernier. Paradoxalement, c’est peut-être parce qu’elle se prépare à cet état de fait que la demoiselle aborde plus sereinement les choses.

Love, Be Loved, Leave, Be Left

Love, Be loved, Leave, Be left T.2 – OMOI, OMOWARE, FURI, FURARE © 2015 by Io Sakisaka/SHUEISHA Inc.

Toutefois, il n’en demeure pas moins que ce tome traite davantage des nombreuses attentes déçues comme je l’ai évoqué ci-dessus. Mais Io Sakisaka fait toujours preuve de beaucoup de justesse pour dépeindre ces sentiments même négatifs. Quand on y réfléchit, c’est un peu comme les vases communicants : Rio n’a jamais pu avouer ses sentiments à Akari, qui de son côté n’avait jamais avoué ses sentiments à un garçon qu’elle avait longtemps admiré tandis que Yuna ne souhaitait pas avouer ses sentiments à l’origine mais se donne un sursaut de motivation pour ne pas regretter. Le seul qui reste un peu en retrait, c’est Kazuomi. Et pourtant, c’est celui que je trouve le plus perspicace pour le moment. En cela, j’ai trouvé cette démarche plutôt judicieuse. En effet, quand on prend le temps d’y réfléchir, si les attentes sont déçues, n’est-ce pas pour donner aux personnages de nouvelles possibilités ? On sait que tout l’intérêt de Love, Be love, Leave, Be left est de voir comment l’imbroglio sentimental va finir par se démêler. En permettant aux personnages de prendre un tant soit peu de recul sur tout ce qu’il gardait en eux, on ne peut que penser que cela est une opportunité pour voir autrement les choses ou les gens.

« Je ne peux pas détruire tout ce qu’on a fait Akari et moi, pour devenir frère et soeur. » (Rio) – Tome 2.

Et c’est sans doute ce que l’on appréciera le plus chez la mangaka. Il faut bien reconnaître que depuis Strobe Edge, il y a une amélioration réellement dans l’approfondissement de la psychologie de ses personnages, ce qui généralement offre de belles évolutions. Le tout toujours avec cette bienveillance qui la caractérise. Même si on n’est qu’au deuxième volume, on peut déjà percevoir qu’un travail introspectif se fait chez les personnages. Ainsi, voit-on que si Yuna reste toujours gênée notamment parce qu’elle se sent inexpérimentée, c’est cette même gêne qui va créer une espèce de complicité entre Rio et elle (je ne sais pas si elle s’en rend bien compte mais elle est quand même la seule à qui il se confie…). On ne retrouve plus cette image de séducteur chez Rio en outre puisqu’on sait que cela fait partie de sa « thérapie » et sans doute pour protéger Akari.

Love, Be loved, Leave, be left

Love, Be loved, Leave, Be left T.2 – OMOI, OMOWARE, FURI, FURARE © 2015 by Io Sakisaka/SHUEISHA Inc.

La relation entre les deux jeunes filles est toujours aussi habilement exploitée. On voit comment Yuna apporte à Akari et vice-versa. Si leurs visions de l’amour restent toujours différentes, il n’en reste pas moins qu’elles se poussent toutes les deux. Yuna aurait pu rester dans son abattement suite à sa déclaration mais c’est avec un regain d’énergie qu’on la retrouve. En outre, le fait de ne pas vouloir taire ces sentiments secrets lui donne une autre envergure. Et on voit même Rio la regarder avec un œil différent (nouvelle perspective… ?!). La notion de regret ne devient pas un poids pour Yuna mais un allié et celle que l’on pouvait penser naïve se révèle finalement être forte. Du côté d’Akari, ce que l’on pouvait envisager dès le volume 1 commence à se dévoiler. Si elle est plus extravertie, ce n’est pas pour autant qu’elle est plus confiante. Et en voyant la façon dont Yuna gère ses avancées, elle va puiser la force nécessaire pour aussi avancer.

« Elle assure, Yuna. » (Akari) – Tome 2.

La relation entre les deux jeunes filles est donc signe de progression et surtout, c’est une relation saine où toutes deux cherchent à s’améliorer. Il faudra voir comment les garçons vont analyser tous ces changements car s’ils sont présents, ils paraissent encore un peu en retrait dans l’intrigue même si comme je l’ai dit ci-dessus, Kazuomi est un personnage qui m’intrigue car son côté impassible montre qu’il n’est pas si désintéressé qu’il le dit. J’aime beaucoup cette dualité chez le personnage. Quant à Rio, j’ai quand même apprécié de voir cette facette plus sensible. En fait, sa position est sans doute de jouer quelque peu un rôle mais le personnage devrait être amené à mûrir.

« Y a plein de choses qu’on ne peut pas résoudre. Dans ces cas-là, il faut se dire qu’on ne peut rien y faire. » (Kazuomi) – Tome 2.

Là où la narration s’avère aussi très subtile, c’est dans le choix de faire alterner les points de vue. Cet effet permet fréquemment de s’identifier aux personnages et ici, cela permet de mieux capter l’attention du lecteur également. Quelque part, cela vient aussi conforter les positions des deux héroïnes sur l’amour. On ressent toujours cette part romantique chez Yuna là où Akari reste dans une démarche pragmatique même si on sent qu’elle est de plus en plus troublée par les découvertes qu’elle peut faire. Puis, je suis contente de voir que la mangaka ne fait pas de Yuna une simple fille naïve (ce qui était plutôt présent dans le volume 1). Au contraire, bien que manquant d’expérience, elle est suffisamment mature pour rebondir face à ses « échecs ».

La fin du volume ouvre une porte assez intéressante et on a hâte de découvrir ce que la mangaka nous réserve.

En somme, ce second volume confirme toutes les qualités que je pensais du titre. Io Sakisaka ne fait que renforcer son talent. L’intrigue est vraiment bien menée et j’aime voir les liens qui se tissent entre tous les personnages. Le tout saupoudré d’une petite pointe de psychologie fine et d’émois amoureux troublants. Un excellent tome !

Informations :

Titre VO : 思い、思われ、ふり、ふられ
Titre VF : Omoi, Omoware, Furi, Furare
Genres : shôjo, romance, tranche-de-vie
Nombre de tomesVF/VO : 5/7 (En cours)
Auteur : SAKISAKA Io
Édition VF : Editions Kana
Prix : 6,85€

Extrait en ligne : Love, Be loved, Leave, Be left T.2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s