Bungô Stray Dogs T.1 : Des détectives pas comme les autres!

Bungô Stray Dogs

Bungô Stray Dogs – T.1 BUNGO STRAY DOGS © Kafka ASAGIRI 2013 © Sango HARUKAWA 2013 KADOKAWA CORPORATION

Paru au début de l’année 2017, Bungô Stray Dogs est un titre qui a amené un petit changement chez l’éditeur Ototo Manga. En effet, on avait surtout pu voir des titres issus de jeux virtuels ou de la fantasy. Ici, on se situe dans un cadre bien différent avec des personnages aussi insaisissables qu’intrigants.

Résumé :

Après avoir été expulsé de son centre d’accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue… il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d’enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d’hommes. Atsushi semble avoir d’étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l’initiative de Dazai. Action et batailles entre illustres écrivains à Yokohama !

Source : Ototo Manga.

Avis :

Bungô Stray Dogs est un titre paru dans le magazine Young Ace, écrit par Kafka Asagiri pour le scénario et dessiné par Harukawa 35. Je ne connaissais le titre que de nom mais il faut dire que l’adaptation anime du titre lui a également donné une autre envergure et c’est sur la plateforme Crunchyroll que l’on peut notamment découvrir l’anime.

Pour l’instant, ce premier volume reste une vaste introduction qui ne manque pas de « punch » mais aussi de mystère. Découvre-t-on la ville de Yokohama. Si celle-ci semble calme, il ne s’agit peut-être qu’une apparence. On fait la connaissance du jeune Atsushi Nakajima, un oprhelin qui a été exclu de son centre d’accueil et qui est en mauvaise posture : totalement affamé, il ne sait vers qui se tourner et s’avère prêt à tout pour manger. Décidant d’attaquer la première personne qu’il rencontre, il va tomber sur un homme qui semble en train de se noyer dans la rivière. Le jeune garçon décide de le sauver sauf que l’homme en question lui reproche ce sauvetage. Une situation ubuesque qui va nous plonger dans la vraie intrigue car sans le savoir, Atsushi vient de faire la rencontre avec un détective pas comme les autres. Ce dernier fait partie d’une mystérieuse agence qui a notamment pour mission de trouver un tigre qui aurait un certain lien avec le jeune garçon.

Bungô Stray Dogs

Bungô Stray Dogs T.1 – BUNGO STRAY DOGS © Kafka ASAGIRI 2013 © Sango HARUKAWA 2013 KADOKAWA CORPORATION

Autant dire que Bungô Stray Dogs démarre de façon… atypique. Les premières pages montrant le personnage de Dazai dans une position totalement improbable donne assez vite le ton de la série. Et si Dazai se distingue de par son caractère (faussement) suicidaire, on se doute que les autres personnages ne sont pas en reste et qu’ils doivent également avoir des personnalités bien spécifiques.

« Parfaitement, je tentais de me suicider. » (Dazai) – Tome 1.

En outre, cette première rencontre entre s’avère pleine de dérision, d’humour noir et de cynisme. Et la suite du volume reste dans ce même esprit. La découverte de l’agence de détectives permet de découvrir des personnages aussi différents que caustiques. Si Dazai paraît avoir un grain en ne pensant qu’au suicide, les autres personnages paraissent le suivre dans sa folie : Doppo Kunikida est le scientifique exacerbé, Jun’ichiro Tanizaki ne cesse de prétendre qu’il n’est en rien spécial mais sa relation avec sa sœur Naomi, possessive à l’extrême, en fait déjà une figure atypique. D’ailleurs, je crois que l’auteur s’amuse à jouer sur l’ambiguïté de cette relation. Découvre-t-on également Ranpo Edogawa, Kenji Miyazawa, Akiko Yosano et le patron de l’agence Yukichi Fukuzawa. On n’apprend pas encore suffisamment de choses sur ces derniers. Néanmoins, j’ai l’impression que les personnages ne disent pas tout notamment concernant le « recrutement » d’Atsushi.

Bungô Stray Dogs

Bungô Stray Dogs T.1 – BUNGO STRAY DOGS © Kafka ASAGIRI 2013 © Sango HARUKAWA 2013 KADOKAWA CORPORATION

Bien sûr, quand on lit Bungô Stray Dogs, on a une forte impression de déjà vu liée notamment aux noms et prénoms des personnages. C’est l’une des principales originalités du titre : les personnages sont inspirés des grands écrivains japonais du XIX/XXe siècle. Honnêtement, je ne les connaissais pas tous, c’est surtout Osamu Dazai qui m’a interpelée. Mais j’ai trouvé ce principe très ingénieux : le fait de faire « revivre » ces écrivains en les désignant comme des détectives du paranormal (?! J’avoue que j’ai encore un doute là-dessus).

« Ça te dirait de nous donner un petit coup de main pour notre enquête? (Dazai) – Tome 1.

Quelque part, on peut-être y voir une certaine influence de la littéraire chez le scénariste (s’intituler Kafka n’est quand même pas anodin pour tout adorateur de littérature…). En outre, on quand même l’impression que ce dernier puise dans les thèmes de ces écrivains pour constituer les personnalités de ses personnages. Il n’y a qu’à voir les capacités qu’ils possèdent pour le réaliser. En cela, Bungô Stray Dogs s’avère être une véritable pléiade d’artistes et de références. J’ajoute que je pense qu’il n’est pas pour autant nécessaire de tout connaître de ces écrivains pour pouvoir pleinement profiter du titre. Néanmoins, cela peut être un pied à l’étrier pour découvrir davantage ces grands auteurs.

A côté de cela, comme je l’ai évoqué, ce premier volume est une grande introduction qui sert essentiellement à bien comprendre de quoi il en retourne. En outre, c’est aussi une façon de voir comment Atsushi se retrouve « embrigadé » bien malgré lui. La seconde partie du volume se consacre à une enquête qui est, somme toute, classique mais assez bien menée. Pour autant, un fil directeur est posé en la personne du très énigmatique Ryûnosuke Akutagawa. Un personnage que tous les détectives semblent craindre sans que l’on en sache la raison. Mais la mention de son pouvoir explique peut-être pourquoi il suscite de telles frayeurs. J’attends que la suite des volumes éclaire davantage à ce sujet. Je pense que tout cela pourrait amener moult rebondissements intéressants.

« Dazai, je lève le camp pour cette fois. Cependant, laisse-moi t’avertir que j’aurai la peau de ce titre-garou un jour ou l’autre. » (Akutagawa) – Tome 1.

Du côté des dessins, j’ai trouvé qu’ils étaient efficaces dans leur globalité. On y voit tout le soin que Harukawa 35 y a apporté que ce soit au niveau du chara-design ou des décors. Les scènes d’action m’ont toutefois paru, à certains moments, un peu en dessous. L’édition est agréable avec une bonne qualité d’impression et un papier épais. On appréciera le vernis sur les personnages qui donne un peu plus de style à la couverture.

En guise de conclusion, ce premier volume est une longue introduction relativement classique mais très bien rythmée et mise en scène. Le ton humoristique et sarcastique fonctionne à merveille. Hâte d’en découvrir plus !

Merci aux éditions Ototo Manga pour le service presse.

Informations :

Titre VO : 文豪ストレイドッグス
Titre traduit : Bungô Stray Dogs
Genres : seinen, suspense, tranche-de-vie, fantastique, enquête, historique
Nombre de tomes VF/VO : 6/14 (En cours)
Auteurs : ASAGIRI Kafka (scénario) | Harukawa35 (dessins)
Édition VF : Ototo Manga
Prix : 7,99€

Extrait en ligne : Bungô Stray Dogs T.1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s