Last Game T.1 : « Ce sera notre ultime jeu, notre last game… »

Last Game

Last Game – T.1 LAST GAME © Shinobu Amano 2012 by HAKUSENSHA

Last Game fait partie des innombrables shôjo que j’ai pu découvrir bien avant l’annonce de leur licence. Bien que le titre soit à présent terminé en France, j’ai décidé de revenir sur ce titre vraiment jouissif et que l’on adore suivre du début à la fin. Retour donc sur ce premier volume qui donnera lieu à la critique des autres volumes par la suite !

Résumé :

Hisato Yanagi est riche, intelligent et toutes les filles sont à son cou sans qu’il fasse le moindre effort. Il a toujours la première place aux examens, bref, c’est un génie absolu… Jusqu’à ce qu’une nouvelle élève Mikoto Kujô soit transférée dans son école. Elle est calme, blasée et pauvre, mais chose plus horrible : elle bat Hisato sur tous les domaines, ce qui a le don d’agacer le jeune garçon. Le but ultime de Hisato est donc de vaincre Mikoto… Mais que ce soit au collège ou au lycée, le jeune homme n’a jamais été en mesure de la battre. Dix ans qu’il la pourchasse inlassablement jusqu’à ce que ce le jeune homme lui propose leur dernier jeu…Mais qui succombera le premier ?

Source : Heyden.

Avis :

Last Game est un shôjo que j’ai adoré !! J’ai vraiment eu un petit coup de cœur pour ce manga qui révèle son potentiel petit à petit.

Bien que Shinobu Amano soit dans le métier depuis 17 ans, c’est avec ce titre qu’on a le plaisir de la découvrir en France. La série était d’ailleurs prévue pour ne durer que trois tomes (ce qui explique notamment pourquoi le début pourra sembler parfois maladroit). Mais le succès fut tel qu’une suite a été décidée et tant mieux pour nous. On sent donc assez bien que ce tome 1 (qui peut être vu comme un tome 0 au tout début) fait réellement office de grosse introduction.

« J’étais toujours le premier aux examens et le meilleur en sport. Le monde du spectacle me courait après… Mais un beau jour… » (Yanagi) – Tome 1.

Ce que j’ai apprécié dans un premier temps, c’est la narration. Grâce au « tome 0 », la mangaka prend le partie de bien installer tout le contexte pour que l’on puisse bien démarrer le tome 1. Ainsi, on suit les mésaventures de Hisato et Mikoto depuis l’école primaire où ce dernier lui voue une bataille un peu puérile, mais il faut dire que le jeune homme a été habitué à être un roi, aussi tombant de son trône, c’est quelque chose qu’il a du mal à accepter. Quant à Mikoto, pour elle, ce n’est jamais grand-chose et d’ailleurs, elle ne semble pas plus faire attention à ses notes qu’à Hisato, ce qui a le don d’agacer encore plus le jeune garçon.

« Cette petite insolente! Je vais lui montrer moi!! » (Yanagi) – Tome 1.

On a l’impression que cela vire presque à l’obsession chez Hisato, mais c’est vraisemblablement dû à son train de vie qui a toujours été élevé. Toutefois, le jeune homme va découvrir autre chose de Mikoto qui va lui faire doucement changer de point de vue, même s’il est toujours enragé d’être le deuxième. Par la suite, on suit les péripéties au collège où on retrouve le même « jeu » : Hisato est second alors que Mikoto est toujours première. Bien que les deux jeunes gens ne soient pas dans la même classe, le jeune garçon a toujours à cœur de la détrôner. Cela se poursuit au lycée où on voit la même chose. Le jeune homme cherche donc à la faire perdre sur un terrain où il est sûr de gagner : l’amour dans le but de mieux la duper. Mais là encore, rien n’est simple pour lui… Mais si j’ai apprécié, c’est que déjà, la situation évolue davantage quand ils sont à l’université et c’est essentiellement parce qu’on les voit jeunes adultes que j’ai pris plaisir à lire l’histoire. On voit donc qu’en dix ans, ils ne se sont jamais vraiment éloignés et d’une certaine manière sont même devenus plus ou moins amis. On voit que Hisato a par exemple créé des liens avec la mère de Mikoto qui semble lui faire confiance tout comme sa famille semble connaître Mikoto. Il y a donc une évolution narrative et dans le temps fortement intéressante. Du coup, la période collège/lycée passe assez vite, mais justement pour se consacrer à la période universitaire.

Last Game

Last Game T.1 – LAST GAME © Shinobu Amano 2012 by HAKUSENSHA

Vous remarquerez donc que l’évolution est très rapide. C’est cela qui permet de voir que la série devait être courte à l’origine. Certains pourront trouver cela dommageable car on ne s’appesantit pas réellement sur la relation au collège/lycée. Mais d’un autre côté, je trouve qu’il n’est pas plus mal de situer cela dans un contexte universitaire, ce qui change dans les shôjo. En outre, cela n’enlève absolument rien au charme que l’on ressent à la lecture du volume.

D’autre part, j’ai adhéré parce que le point de vue tourne essentiellement autour du garçon (Les pensées de Mikoto n’interviennent que dans le dernier chapitre du tome 0, mais on ne peut pas dire qu’on est si avancé). Cela n’est pas très fréquent même si cela existe bien sûr, mais être dans les pensées de Mikoto est particulièrement riche. On comprend son état d’esprit, on voit qu’il est parfois très déstabilisé par le caractère de Mikoto, mais on voit aussi le changement qui s’effectue en lui. Au départ, il faut bien l’avouer, il est arrogant et pense être le meilleur du monde. Dans ces moments, le personnage est surtout agaçant, mais en grandissant, il y a une certaine évolution. D’autre part, lui qui pensait que Mikoto ne pouvait faire que des expressions froides, découvre qu’elle peut aussi se comporter de manière très humaine. C’est surtout cette approche qui me plaît car plus Hisato est en compagnie de Mikoto, plus ses barrières tombent sans qu’il s’en rende toujours compte.

« Voilà pourquoi j’étudie autant. Pour devenir une adulte digne de ce nom. Pour offrir à ma mère une vie aisée. » (Kujô) – Tome 1.

D’autre part, les buts de la jeune fille s’avèrent très touchants (j’ai beaucoup aimé ce qu’elle dit sur sa mère, on y voit une vraie preuve d’amour).

Last Game

Last Game T.1 – LAST GAME © Shinobu Amano 2012 by HAKUSENSHA

Du coup, leur relation ne peut qu’être intéressante, surtout quand on finit de lire le dernier chapitre du « volume 0 » où Hisato évoque son dernier jeu en question (jeu très intéressant^^). Mais avec le tempérament que possède Mikoto, il est à parier que le jeune homme aura fort à faire. Ce qui à la base était parti sur une histoire de compétences scolaires devient tout autre chose et c’est surtout un jeu d’amour qui se met doucement en place. Si les réactions de Hisato ne laissent aucun doute (avouons que le jeune homme est même obsédé par cette dernière), celles de Mikoto sont assez indéchiffrables. D’autant que pour la jeune fille, Hisato n’est rien d’autre qu’un ami. Il faut bien avouer que grâce à Hisato, la jeune fille est devenue plus sociable, mais elle pourrait bien attiser le regard d’autres garçons également.

« Elle n’a jamais envisagé la possibilité de m’avoir comme petit ami?! » (Yanagi) – Tome 1.

Vous pouvez donc le constater, j’ai vraiment beaucoup les deux personnages principaux. D’une part, parce qu’ils sont opposés mais aussi parce que cette opposition est quelque part presque harmonieuse (oui, c’est paradoxal, je sais…). Si Hisato s’agace lui-même dans le fond, cela est renforcé par le tempérament peu sanguin de Kujo. L’apparence neutre de la demoiselle est ce qui est le plus déconcertant en réalité et il est aisé de comprendre que c’est ce qui gêne Hisato. Cette compétition stérile est donc l’occasion de voir un personnage s’exciter pour rien et un autre qui s’en fiche royalement de ce qui l’environne. En cela, on ne manque pas de rire !

Enfin, soulignons l’humour savoureux, avec les réactions de Hisato toujours très drôles, surtout quand il est pris au dépourvu par Hisato. C’est surtout dans ces moments qu’il s’avère très mignon et qu’on voit qu’il est plus touché qu’il ne le dit. Mikoto n’est pas en reste, car étant souvent indifférente, elle ne voit absolument rien des sentiments de Hisato. Le tout sera sans doute de voir comment elle va commencer à y prêter attention (cela semble mal parti pour le moment lol).

Pour autant, Last Game, sous ses abords très comiques aborde également des thèmes plus sérieux (bien que traités avec toujours de l’humour). Découvre-t-on ainsi la pauvreté de Mikoto, la monoparentalité (ce qui explique son lien assez fort avec sa mère) ou encore le courage à toute épreuve de Mikoto. Finalement, la jeune fille est loin d’être insensible à tout ce qui l’entoure et c’est peut-être bien cela qui va toucher Hisato.

Graphiquement, j’ai bien apprécié le dessin, pas si extraordinaire, mais avec des traits agréables dans l’ensemble. C’est maîtrisé en somme. Les visages des personnages sont souvent amusants (ceux de Yanagi en tête). L’édition proposée par Panini Manga est un peu rigide et le papier encore un peu « vieilli » mais si vous avez vu les dernières éditions du manga, on notera un mieux.

Ce tome se conclut avec deux histoires courtes plaisantes globalement même si les traits en sont encore au début.

Je le recommande vraiment, j’ai apprécié le moment passé à le lire et je trouve que les personnages ont un vrai charme. Last Game est une très bonne trouvaille et il a vraiment assez de mordant pour vous faire passer une agréable lecture.

Informations :

Titre VO : ラストゲーム
Titre traduit : Last Game
Genres : shôjo, romance, comédie, tranche-de-vie
Nombre de tomes VF/VO : 11/11 (Terminé)
Auteur : AMANO Shinobu
Édition VF : Panini Manga
Prix : 6,99€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s