Close to Heaven T.1 : « Je vais te donner tout ce que j’ai… »

Close to Heaven

Close to Heaven T.1 – KYO NO KIRA-KUN © 2012 RIN MIKIMOTO/ Kodansha Ltd.

C’était la licence que j’attendais depuis… 2011 !! Celle dont je savais qu’elle était dans l’escarcelle d’un éditeur mais qui n’était toujours pas annoncée. Close to Heaven (Kyô no Kira-Kun en VO) de Rin Mikimoto arrive enfin en France aux éditions Pika. Et autant vous dire que si vous passez à côté de ce titre, vous passez à côté d’un shôjo incontournable à mon sens ! Découvrez la critique du premier volume !

Résumé :

365 jours, une année… c’est beaucoup et c’est peu à la fois. Bien que voisins, Ninon et Kira ne s’étaient jamais parlé. Ninon est une jeune lycéenne solitaire avec une perruche perchée sur son épaule alors que son voisin Kira est un garçon à l’air désabusé qui ne pense qu’à s’amuser. Tout semble les opposer mais quand Ninon découvre le cruel coup du sort qui frappe Kira, elle se sent investie d’une mission : partager avec lui des souvenirs inoubliables tant qu’il en est encore temps !

Source : Pika.

Avis :

« J’en fais la promesse. Durant 365 jours, je ne te quitterai pas du regard, au point d’en regretter chaque clignement d’yeux. » – Tome 1.

Close to Heaven

Close to Heaven – KYO NO KIRA-KUN © 2012 RIN MIKIMOTO/ Kodansha Ltd.

Close to Heaven démarre de façon relativement classique en apparence : Ninon est une jeune fille à part et même si Kira est son voisin, il est aussi le beau gosse qui paraît inaccessible. En outre, le comportement du garçon laisse difficilement penser qu’il va mourir d’ici un an. Mais quand on découvre la vérité, on se dit tout de suite que ce shôjo ne sera pas comme les autres puisqu’il risque sans doute d’aborder des thèmes profonds et difficiles.

Le scénario démarre sur quelque chose de plutôt dramatique je dirais. Ninon est une jeune fille qui est décriée comme étant une marginale.

« Je suis plutôt quelqu’un d’insignifiant tapi dans un coin de classe. » (Ninon) – Tome 1.

En effet, elle traîne toujours avec une perruche qui se trouve sur son épaule. Cela a conduit les gens de son école à lui trouver un surnom « la fille-oiseau », mais c’est loin d’être dans un sens positif. Exclue, elle a distingué sa classe en trois catégories ne se mêlant à aucune d’entre elles. Mais on découvre que le cockatiel de Ninon est loin d’être un oiseau ordinaire, mais je n’en dis pas plus. Mais pour la jeune fille qui a l’habitude d’être à part, les choses seraient plus facile si elle ne vivait pas en face de chez Kira, un garçon qui est un peu l’idole du lycée et qui cumule les conquêtes. Pourtant, les deux jeunes gens ne se sont jamais parlé alors que leurs fenêtres sont vraiment très proches. Mais voilà que Ninon va découvrir le terrible secret de Kira changeant toute la situation et qu’un autre évènement va sans doute amener à reconsidérer cette relation.

« Dans un an, Yuiji Kira sera mort! » (Le père de Ninon) – Tome 1.

Close to Heaven

Close to Heaven – T.1 KYO NO KIRA-KUN © 2012 RIN MIKIMOTO/ Kodansha Ltd.

Pour le moment, on a du mal à savoir où le manga va totalement s’orienter car il s’agit surtout d’un premier volume introductif, mais j’ai été très séduite, car le titre a un sérieux potentiel et quand on connaît la suite, cela se vérifie. La découverte du secret de Kira redistribue complètement les cartes j’ai envie de dire. En effet, en apprenant cela, la mère de Ninon lui demande de veiller sur lui, mais en sachant que celle-ci ne lui a jamais parlé, comment peut-elle vraiment mener à bien cette mission ? L’occasion va lui être donnée par un pur hasard en fait, mais on se doute que cela va sans doute amener à revoir la relation entre nos deux héros qui sont totalement opposés. On ne sait pas trop encore de quoi la relation sera faite : amicale ? Plus ? Mais indéniablement, en apprenant le secret, on sent que l’aspect dramatique va se mettre en place tout doucement.

Au départ, le manga semble jouer sur des personnages dont les personnalités ont déjà été vues : le beau gosse sortant avec un grand nombre de filles et la fille solitaire rejetée par ses camarades car on la trouve étrange avec son oiseau perché sur l’épaule, mais tout semble concourir à donner la sensation que quelque chose d’unique va se développer entre eux. Point tout de même qui m’a bien fait rire : ce sont les parents de Ninon, dont la mère et sa lubie des cosplay, d’autant que lorsqu’on voit Ninon si calme, on se demande comment ses parents peuvent être si expansifs. Les côtés comiques sont également inattendus car on sent vraiment qu’il y a un aspect dramatique latent, pourtant les touches d’humour tombent vraiment bien, notamment grâce au « sensei » de Ninon. Le tout qui constitue le vrai intérêt du manga restant de savoir comment va se développer cette relation. Mais en progressant quelque peu dans le volume, on constate qu’il y a beaucoup de barrières chez les deux personnages. Kira s’avère bien plus fragile qu’il ne le montre voire pleurnichard mais dans un sens comique. En effet, s’il est vrai qu’on apprend son secret, il reste qu’on voit fréquemment le personnage pleurer ou être plus sensible que ce qu’il paraît. Cela lui donne un côté touchant mais aussi très drôle parfois notamment quand Ninon le taquine à ce sujet.

Close to Heaven

Close to Heaven – T.1 KYO NO KIRA-KUN © 2012 RIN MIKIMOTO/ Kodansha Ltd.

Quant à Ninon, on se doute assez vite qu’elle a juste besoin de confiance en elle. D’ailleurs, cette petite révolution intervient quand même assez rapidement et on pourra sans doute regretter un manque de subtilité de ce point de vue. En fait, on la voit vite prendre position, prendre des initiatives.

« C’est bien quand tu lèves la tête pour parler, comme tu viens de le faire. » (Kira) – Tome 1.

Je pense que ce travail aurait pu être plus progressif même si d’un autre côté, on peut aussi raisonnablement penser que Ninon ne va pas devenir extravertie d’un claquement de doigts. On a quand même hâte de voir évoluer ce « couple » qui est réellement dans la découverte, ce qui promet de beaux moments complices. Toutefois, les personnages secondaires ne sont pas encore vraiment travaillés. Yabe, par exemple, est assez caricatural pour l’instant. Mais pour avoir lu la suite, je sais que le noyau amical sera de mieux en mieux développé.

De ce fait, ne vous attendez pas encore à voir une réelle romance. Les personnages sont davantage dans l’apprivoisement pour l’instant. Prof, l’oiseau de Ninon est aussi intéressant car il est un fin observateur des changements qui s’opèrent et quelque part, on peut également penser qu’il est un entremetteur renfrogné mais bienveillant dans le fond.

« Il est un peu arrogant et effrayant… Il dit parfois des choses présomptueuses… Mais c’est aussi un grand pleurnichard. » (Ninon) – Tome 1.

La fin de ce volume offre un bonus qui aurait pu être plus plaisant si on avait pris la peine de mieux installer le contexte. Seules les personnes connaissant Kinkyori Renai pourront comprendre cette histoire d’amour entre une élève et son professeur. Pour ma part, ayant lu ce titre, je n’ai pas été surprise mais un néophyte aura sans doute quelques difficultés à tout comprendre du contexte même si l’ensemble reste accessible.

Graphiquement, c’est un joli travail qui est proposé. Certes, il y a un aspect shôjo non dissimulé, mais j’ai trouvé le chara-design des personnages très agréable à regarder. Rin Mikimoto possède un trait assez stylisé avec des planches marquantes notamment. J’ai quand même noté un petit défaut dans les trames parfois chargées. Du côté de l’édition de Pika, c’est une édition correcte qui est proposée avec un travail intéressant sur les références prononcées par Prof. Mais j’avoue avoir été déçue par la couverture. Je trouve la couverture originale vraiment mieux. Or là, j’ai regretté ce médaillon et ce rouge qui me paraît trop agressif avec le bleu qui encadre. Mais en ayant vu la couverture du volume 2, je préfère davantage le contraste rouge/rose.

Petit point sur le titre Close to Heaven. En allant sur le site de Pika, j’ai trouvé que le choix en français du titre était effectivement non dénué de sens. Et l’explication de l’éditeur me paraît, à cet égard, très logique et appropriée.

Pour conclure, ce premier volume de Close to Heaven est très prometteur et pour moi qui adore ce manga, je sais que la suite est encore bien mieux. Après, ce tome n’est pas exempt de défauts et on sent que la mangaka se cherche encore un peu mais elle pose des bases assez solides pour nous donner envie d’en savoir plus sur la maladie de Kira ou le rapprochement entre Ninon et ce dernier. Je vous assure que la suite est un pur délice (mais un peu difficile aussi). Ce titre a tout pour séduire !!

Informations :

Titre VO : きょうのキラ君
Titre VF : Kyô no Kira-Kun
Genres : shôjo, romance, comédie, tranche-de-vie, drame
Nombre de tomes VF/VO  : 2/9 (en cours | Terminé)
Auteur : MIKIMOTO Rin
Édition VF : Pika
Prix : 6,95€

Extrait en ligne : Close to Heaven T.1

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s