Wolf Girl & Black Prince T.1 : Tel est pris qui croyait prendre…

Wolf Girl & Black Prince

Wolf Girl & Black Prince – T.1 © by HATTA Ayuko / Shûeisha

C’est en 2014 que l’on a pu découvrir en France Wolf Girl & Black Prince d’Ayuko Hatta publié aux éditions Kurokawa. Et alors que la série vient juste de s’achever en France, c’est l’occasion de revenir sur ce shôjo haut en couleurs où les deux personnages se répondent à coups de piques mais finalement pour leur bien respectif. Alors, n’hésitez pas à découvrir Erika et surtout le très renfrogné Kyouya.

Résumé :

Erika Shinohara, vaniteuse élève de seconde, fait croire à tout le monde qu’elle vit une histoire d’amour idyllique. Cependant, celui-ci n’existe pas. À l’âge de 16 ans, Erika n’a même jamais eu de petit copain. Sommée d’apporter une preuve de son idylle, elle prend en photo un beau jeune homme croisé dans la rue qu’elle présente comme son petit ami. Ce jeune homme se révèle être Sata, un élève de son lycée dont la sournoiserie n’a d’égale que sa grande beauté. Erika se retrouve piégée par ce dangereux manipulateur.

Source : Kurokawa.

Avis :

Voici une lecture très divertissante qui nous est proposé dans ce shôjo. Ici, rien de bien original dans l’histoire, ni même dans la progression de la romance, mais on se délecte tout de même et on prend un certain plaisir à lire. L’histoire n’est donc pas la plus singulière qui puisse exister : Erika ment en prétendant avoir un copain et en gros, va être prise à son propre piège. Puisque si Kyouya a l’image du beau prince du lycée, il possède aussi une double personnalité et l’histoire va s’intéresser à montrer comment notre faux couple va se mettre en scène. Aussi, vous vous doutez bien que l’on retrouve bon nombre de situations cocasses le mettant à rude épreuve.

Wolf Girl & Black Prince est présenté comme un shôjo atypique. Et il l’est, mais en nuançant. Si je le trouve ainsi, c’est sans doute en raison des diverses piques entre les personnages qui fait qu’il y a toujours du dynamisme. Mais à côté de cela, le caractère de Kyouya n’est guère surprenant. Si on a lu pas mal de shôjo, on a déjà pu voir ce type pas mal de fois. Certaines scènes sont aussi assez simples : l’idée de la vengeance (un classique), le concept du prince (on connaît). Mais malgré tout, l’ensemble fonctionne parce que les touches d’humour aident également à faire passer ce même ensemble.

Wolf Girl & Black Prince

Wolf Girl & Black Prince – T.1 © by HATTA Ayuko / Shûeisha

Mais derrière, il y a aussi une opposition de deux conceptions romanesques : si Erika croit en les choses de l’amour, cela est tout autre pour Kyouya qui n’éprouve aucun intérêt pour ces choses-là ou bien même pour les filles. Enfin, c’est ce qu’il dit à priori… Le jeune homme s’amuse donc à faire tourner en bourrique Erika et à lui faire peur quant à la révélation de la vérité. Pourtant, Kyouya ne semble pas avoir que des mauvais côtés et même s’il traite parfois rudement Erika, pourquoi prend t-il la peine de se soucier autant d’elle en dépit de tout ? Bien évidemment, on devine très vite de quoi il est question, mais la mangaka va compliquer tout cela en mettant en avant la fierté (très fréquemment) mal placée du jeune homme je dirais. Quant à Erika, si au début, elle ne peut supporter l’arrogance de son « copain ». Au fur et à mesure, elle va commencer à éprouver des sentiments. Bon, j’ai trouvé que cela était un peu amené maladroitement, bien que cela se tienne. Et là où j’ai été surprise, c’est que le personnage ne tourne pas autour du pot. Ainsi, on n’a pas une jeune fille qui cherche moult et moult manières de se confesser. On sait très vite qu’Erika est amoureuse de Kyouka. Le tout pour elle, restant de faire en sorte que ce soit réciproque, mais autant dire que ce dernier ne lui facilite pas la tâche. Car c’est cette dualité qui réside chez Kyouka : autant il peut sembler sincère, autant on ne sait pas sur quel pied danser avec lui. Un moment, j’ai presque pensé que ce qu’il disait était la vérité, mais la mangaka nous trompe complètement en décevant nos attentes et en faisant passer le personnage pour un mufle de première. Dans ces moments, je n’ai vraiment pas apprécié le personnage. Il peut être très grossier et se montrer cruel envers Erika qui fournit tant d’efforts pour être aimée de lui. Paradoxalement, Kyouya a du mal à être totalement éloigné d’Erika. Et on découvre même que parfois, il peut avoir un sourire très mignon quand il la voit, mais il est assez hermétique dans l’absolu, ne disant jamais concrètement ce qu’il pense et préférant éluder les questions, ce qui le rend agaçant… Ou mignon (à vous de voir!).

« Bon, tourne trois fois sur toi-même et dis : « ouaf » en donnant la patte. » (Kyouya) – Tome 1

Le tout début nous montre donc une héroïne peu « héroïque » si je peux le dire ainsi. Erika est guère glorieuse dans le fond : elle se vante, elle ment, elle est capable de renoncer à sa fierté pour préserver son secret et donner l’illusion qu’elle a un copain. Je ne sais pas, mais ce n’est pas une héroïne comme on peut le voir dans d’autres shôjo. Néanmoins, elle conserve des « codes » : elle est inexpérimentée, elle se laisse avoir et elle a tendance à s’écraser face à Kyouya alors qu’elle pourrait avoir plus de répondant. Au final, les personnages sortent quand même un peu du lot : aucun n’est réellement sincère au départ. Kyouya joue sur deux tableaux également, il n’est pas mieux qu’Erika, mais il a le mérite d’être plus souvent franc. Et c’est peut-être parce que les personnages ont quelque chose d’antipathique que le duo fonctionne et que paradoxalement, on s’attache à eux.

La relation entre les deux pourrait faire penser à celle de Kurosaki et Teru dans Dengeki Daisy (pour le côté maître/larbin). D’autant que même dans les attitudes de Kyouya, il y a quelque chose de Kurosaki (sa manière de parler, son côté colérique, et le moment où il a mis une paire de lunettes pour tester, j’avais l’impression de voir presque son double, mon cœur a failli lâcher haha^^). Du coup, la relation est souvent comique, bien que difficile pour Erika qui se donne de la peine. Mais en progressant, la mangaka nous donne enfin une réponse concrète même si le chemin est long avec l’arrivée notamment d’un rival, ce qui va installer un court triangle amoureux (un classique…). Le tout est de savoir comment le couple va progresser au juste car avec le tempérament de Kyouya, difficile de savoir s’il saura faire preuve de tact. Et c’est assez agaçant, dans la mesure où on sent vraiment qu’il est parfois touché par les actions d’Erika, mais sa fierté semble prendre le dessus et il finit par mal se comporter et la blesser.

« Il s’accroche à sa fierté… » (Erika) – Tome 1

Certes, le rapprochement entre les personnages se fait assez rapidement, de même que les sentiments surviennent très vite chez l’héroïne voire chez Kyouya qui est un peu touché (sans le montrer parce qu’il préfère « se la jouer » maître). Mais le ton est déjà bien donné : un couple un peu vache, mais qui va lentement se rapprocher sans pour autant que les caractères deviennent mous. Ainsi, Kyouya ne changera pas forcément son côté sadique d’un coup. Oui, même si c’est un peu convenu pour ce premier tome, difficile de ne pas rire des malheurs d’Erika qu’elle a totalement cherchés d’ailleurs .

« Tu es ma copine, non? Alors ne dis plus rien et laisse-moi te protéger » (Kyouya) – Tome 1

Comme vous l’avez sans doute deviné, le manga joue beaucoup sur l’humour. Celui-ci provient essentiellement de notre duo. Cela donne un petit côté frais au manga, car ce n’est pas lourd dans l’ensemble. Toutefois, on n’a pas toujours de surprises sur le fait que forcément Erika va vouloir quelque chose et que Kyouya ne va pas répondre à ses attentes…

Graphiquement, le dessin est plutôt plaisant. Les traits restent assez plaisants ne se démarquant pas tant que cela même si je trouve que Kyouya est plutôt bien mis en exergue. Néanmoins, il y a de l’application, les traits sont élégants et cela nous donne du plaisir à regarder en plus. L’édition est assez agréable et la traduction correcte.

Pour conclure, ce premier volume se veut très divertissant sans être totalement extraordinaire. Toutefois, on a hâte de voir la relation entre Erika et Kyouya s’approfondir!!

Informations :

Titre VO | traduit : オオカミ少女と黒王子 | Ôkami Shôjo to Kuro Ôji
Titre VF : Wolf Girl & Black Prince
Genres : shôjo, romance, tranche-de-vie, school life, comédie
Nombre de tomes VF/VO  : 16 (Terminé)
Auteur : HATTA Ayuko
Édition VF : Kurokawa
Prix : 6,80€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s