Hibi Chouchou T.1 : Regarde-moi, je te regarde…

Hibi Chouchou

Hibi Chouchou – Edelweiss & papillons T.1 © by MORISHITA Suu / Shûeisha

Paru depuis 2015 aux éditions Panini Manga, Hibi Chouchou – Edelweiss & Papillons est un titre d’une extrême douceur et sensibilité. Un titre où les regards en disent long et où on a envie de pousser les personnages. Un shôjo qui fait du bien en somme!

Résumé :

La douce et réservée Suiren est sans aucun doute la plus jolie fleur de son lycée.
Sa beauté est remarquée de tous, sauf peut-être d’un membre du club de karaté,
le timide Kawasumi.
Cependant, tout peut arriver quand deux regards se croisent. Et c’est ainsi que débute une relation aussi discrète que maladroite…

Source : Panini Manga.

Avis :

« Cette fleur inaccessible sera l’edelweiss du lycée. » (Ryôsuke) – Tome 1

J’ai trouvé ce shôjo trop mignon. Vraiment, j’ai aimé le lire, j’ai rigolé, j’ai aimé le jeu des regards, les expressions, tout concourt à faire passer un bon moment, puis le « couple » entre Suiren et Kawasumi est trop attachant.

Hibi Chouchou est un titre dont j’espérais fortement la licence à l’origine et je ne pensais pas qu’il paraîtrait chez Panini Manga. Enfin, cela ne change rien à la joie ressentie quand il a été annoncé. Oui, Hibi Chouchou n’est pas non plus LE shôjo incontournable, il a des petits défauts mais il est tellement attachant que l’on succombe. Étant très très avancée dans ce titre, il s’agit pour moi d’une relecture mais cela reste un grand plaisir.

Hibi Chouchou

Hibi Chouchou – T.1 © by MORISHITA Suu / Shûeisha

Hibi Chouchou n’a pas un scénario si original mais il est bien exploité par la mangaka. Pourtant, quand on s’en rend compte, on aurait pu penser que c’était un risque pour elle : choisir une héroïne trop belle… Cela pouvait générer une forme d’antipathie pour l’héroïne. Mais cela, seulement si cette dernière avait un caractère ingérable en fait. Car fort heureusement et parce qu’il ne fallait pas tuer l’héroïne dans l’oeuf (si je peux le dire ainsi), Suiren est le type d’héroïne pour lequel on se prend très rapidement d’attachement. On a envie de la pousser car elle est perfectible : elle a des faiblesses : peur des autres (mais surtout parce qu’elle ne sait pas quelle sera la réaction des personnes) et grande timidité. L’intérêt, c’est donc de montrer comment une héroïne très introvertie va devenir un papillon. Pour le moment, elle est plus une chrysalide dont on attend de voir les progrès. Le rapport à l’Edelweiss est également intéressant (bien que ce sous-titre pourra sembler superflu) puisque si la fleur est réputée très belle et inaccessible, c’est peut-être pour en montrer le pendant inverse : Suiren ne sera peut-être si inaccessible que cela. Et l’entrée en scène de Kawasumi tend déjà à le prouver.

Hibi Chouchou

Hibi Chouchou – T.1 © by MORISHITA Suu / Shûeisha

Le scénario est plutôt amusant. La pauvre Suiren a toujours été le centre d’attention depuis petite. Très mignonne, cela lui a valu pas mal de déconvenues également que ce soit chez les garçons comme chez les filles. Les premiers ont tendance à tomber instantanément amoureux, mais pire, même certaines filles en font leur égérie. Aussi, calme et timide, Suiren s’est totalement renfermée sur elle, parlant peu, mais observant beaucoup. Son amie d’enfance Aya, intervient souvent pour la soutenir et interpréter aussi ses expressions (lol). Aussi, ce qui frappe, c’est que Suiren est intriguée par le seul garçon qui ne la regarde pas. Cela ne veut pas dire qu’elle est narcissique, mais il faut dire que l’instant est bien mis en scène par la mangaka, le jeu des regards a une très grande importance dans ce shôjo. Pour Suiren, on peut penser que cela est une ouverture pour peut-être s’ouvrir à quelqu’un en fait qui ne fait pas attention au simple fait qu’elle est jolie. Aussi, on nous montre comment tout doucement, la jeune fille va développer des sentiments pour ce garçon qu’elle ne parvient à atteindre. Tout se fait de manière très subtile je dirais. On joue beaucoup sur les expressions de Suiren pour tenter de décrypter ce qu’elle pense ou ressent. Et on a parfois accès à ses pensées. On voit combien cela la perturbe de ne pas parvenir à plus spontanée avec Kawasumi. L’un des problèmes majeurs de nos deux personnages, c’est qu’ils sont totalement novices en ce qui concerne les relations filles/garçons. Kawasumi pour sa part ne sait pas comment se comporter avec les filles et très souvent… Il fuit. Quant à Suiren, elle observe beaucoup, mais dés qu’il s’agit de faire un geste, c’est plus compliqué. Le tout sera sans doute de montrer comment leur relation va s’épanouir. Suiren m’a beaucoup fait penser à Sawako : le côté peu expressif, volontaire, qui s’interroge sur le bien-fondé de ses actions. On ne peut s’empêcher de s’attacher à cette jeune fille, qui, sans doute, dans le fond cherche tout simplement à avoir des amis avant d’avoir des groupies. La manière dont elle s’est lentement isolée, tend à prouver qu’elle a peut-être plus peur des réactions des gens.

Le tout est amené avec beaucoup de drôlerie. La narration est des plus limpides et on ne voit pas les chapitres avancer. Il y a des scènes totalement désopilantes : Celle où tous les garçons ont les yeux tournés vers Suiren et où la prof est obligée de hurler pour attirer leur attention est pas mal.

Si le titre est également très attachant, c’est aussi parce qu’on fond totalement devant ce jeu des regards. Tout n’est que « fuite » et « recherche des yeux ». Un signe qui ne trompe pas généralement (enfin, je pense). En outre, c’est parce que Kawasumi ne la « regarde » pas que Suiren se sent attirée par quelqu’un qui ne voit peut-être pas seulement une « belle fille ». L’exploitation des regards est vraiment très importante dans le titre car fréquemment, ce sera aux lecteurs de faire le travail d’interprétation pour comprendre certaines choses (bon là, je m’avance par rapport à ce que j’ai lu).

« Encore une fois, il a évité de croiser mon regard… » (Suiren) – Tome 1

Hibi Chouchou
Hibi Chouchou – T.1 © by MORISHITA Suu / Shûeisha

Là où les choses pourront donner l’impression que ce n’est pas gagné (comme les débuts très timorés de Sawako), c’est forcément dans le fait qu’elle tombe amoureuse d’un garçon aussi réservé qu’elle… La complication sera d’une part d’apprendre à accepter ses sentiments (et Kawasumi prendra un peu de temps), ensuite de les apprivoiser pour enfin les laisser éclore totalement. Mais tout cela concourt à donner un côté très touchant aux deux. On apprend également à les découvrir ainsi et leurs personnalités s’étofferont de plus en plus. On accroche donc à cette relation atypique où la parole est souvent laissée de côté.

Mais ce qui est le plus important, c’est de montrer les progrès que vont devoir réaliser les deux protagonistes pour se rapprocher. Aussi, on est attentif(s) à tous les progrès. Toutefois, le tout ne serait pas complexe si d’autres éléments ne venaient semer le trouble entre nos personnages qui se cherchent. Mais je trouve qu’on reste toujours dans un esprit humoristique dans l’ensemble.

« Vous la mettez mal à l’aise… » (Kawasumi) – Tome 1

Les autres personnages ne sont pas encore réellement exploités pour le moment servant plus de faire-valoir pour l’instant, même si Koharu intervient comme la « rivale ». Mais heureusement, on tentera de plus s’attacher à ces derniers par la suite.

Graphiquement, le dessin m’a vraiment plu, je l’ai trouvé très net et soigné. Les traits des personnages sont esthétiques et on prend plaisir à le regarder dans l’ensemble. C’est simple mais élégant. L’édition proposée par Panini Manga est relativement agréable. Les pages sont un peu plus souples qu’avant même si le papier fait encore défaut. Toutefois, la couverture est très soignée et respecte l’édition japonaise.

En somme, ce n’est pas si éblouissant mais c’est efficace notamment parce que la personnalité des personnages principaux change un peu de ce que l’on peut lire. Je suis plus que sous le charme.

Informations :

Titre VO : 日々蝶々
Titre traduit : Hibi Chôchô
Genres : shôjo, romance, tranche-de-vie, school life
Nombre de tomes VF/VO : 12 (Terminé)
Auteur : MORISHITA Suu
Édition VF : Panini Manga
Prix : 6,99€

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s