Caste Heaven T.1 : Qui dominera qui?

Caste Heaven - Tome 1

Caste Heaven T.1 – Caste heaven © Chise Ogawa by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo

Paru l’an dernier, Caste Heaven s’avère être un yaoï qui ne fait pas dans la dentelle pour parler franchement. Il faut dire que la romance n’a rien d’atypique et je dois même dire qu’à la lecture du premier volume, on ne sait pas comment elle s’oriente car elle est dérangeante. Un yaoï bien sombre et tortueux que les éditions Taifu Comics vous invitent à découvrir.

Résumé :

Le jeu des castes. Un jeu de cartes décidant de la hiérarchie des élèves de chaque classe. Azusa est le « roi », il gouverne de façon absolue, jusqu’au jour où il est trahi par un de ses camarades et se retrouve déchu au rang de « cible », autrement dit souffre-douleur. C’est alors le début du cauchemar pour lui.

Source : Taifu Comics.

Avis :

« La hiérarchie du lycée était simplement basée sur un jeu de cartes. » (Azusa) – Tome 1

Caste Heaven nous plonge dans un contexte scolaire qui ne change pas tant des yaoï et des romances scolaires. Mais là où le yaoï s’éloigne des traditions, c’est clairement en raison de la hiérarchie qui est imposée dans cet étrange lycée. En effet, il est régi par un système de castes. Un jeu cynique mis en place par les élèves, sans que l’on sache par qui, afin de faire comprendre que dans la vie, il y aura toujours les « winners » et les « loosers ».

Caste Heaven

Caste Heaven – T.1 Caste heaven © Chise Ogawa by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo

C’est ainsi que fréquemment, les pouvoirs et les rangs changent. Le jeu permet de déterminer les grades des élèves. Apprend-t-on assez rapidement que le roi (ou la Reine) détient tous les pouvoirs. On retrouve ensuite d’autres catégories comme les courtisans ou les valets voire des catégories en marge comme le bouffon ou le geek. Mais s’il y a bien un rang que personne ne souhaite avoir, c’est celui de « la cible ». Avoir ce statut, cela revient à devenir le souffre-douleur et l’esclave de tout le monde (et quand je dis tout le monde, c’est vraiment tout le monde). Pour lui, aucun moyen de réellement s’échapper si ce n’est en jouant. Dans tous les cas, le roi possède tous les droits sur lui. Mais si le jeu permet à un élève d’accéder au rang de roi, il est donc bien évident qu’en jouant à nouveau, il peut aussi le perdre. Et c’est dans ce contexte que l’on va découvrir Azusa. Longtemps roi, il a cru pouvoir faire confiance à ceux qui lui obéissaient mais dans ce jeu, on comprend que c’est avant tout chacun pour soi. Abandonné, Azusa va redescendre au bas de l’échelle et la chute sera terrible pour celui qui soumettait tout le monde.

Caste Heaven

Caste Heaven – T.1 Caste heaven © Chise Ogawa by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo

Il est clair que la présentation même de l’école, du jeu, de ses règles ne fait pas dans la demi-mesure. Tout est bien expliqué révélant quelque chose de profondément pervers laissant sans doute place à une critique acerbe derrière. Le poids de la société semble déterminant et on sait que seul le résultat compte. Le système des castes est autant un moyen de mettre en exergue la loi du plus fort où écraser les autres apparaît comme mineur. C’est d’ailleurs un point bien mis en avant dans le titre : les personnages retournent leurs vestes très rapidement. Ils font peu de cas de leurs émotions dès qu’un nouveau personnage parvient à devenir roi. D’une manière assez dérangeante, l’égoïsme devient un moteur qui fascine d’une certaine façon. La mangaka utilise une certaine pertinence pour aborder la psychologie des personnages. On arrive parfois à comprendre certaines motivations là où d’autres pourront clairement choquer.

« Et moi, je suis bien sûr du côté de ceux qui exploitent les imbéciles. » (Azusa) – Tome 1

D’autant que s’il y a des rivalités entre les élèves, celle entre Azusa et Karino tient toutes ses promesses. Ne vous attendez pas à une romance douce entre les deux jeunes hommes. Bien au contraire, tout n’est que torture et abus. En cela, je ne peux pas dire que ce yaoï soit à mettre entre toutes les mains (si vous êtes trop sensible ou novice, ce n’est sans doute pas la meilleure façon d’aborder le genre). La violence, le viol, les rapports de soumission sont présents. Pourtant, malgré la dureté du titre, il y a quelque chose d’assez intéressant entre les deux jeunes hommes. C’est étrange à dire mais on se sent intrigués par le rapport dominant/dominé où on ne sait pas réellement qui domine l’autre dans le fond. Azusa est loin d’être une « cible » inoffensive. On le voit se battre et ne pas se laisser faire. En cela, il change des précédentes cibles et montre une facette assez inattendue. Lui qui était le roi et qui soumettait tout le monde ne se soumet aucunement au nouveau roi. Plus loin, son nouveau statut est aussi l’occasion pour lui de se remettre en question. Mais n’est-ce pas aussi une remise en question des règles ? Lui qui était si prompt à les appliquer ne se dédouane-t-il pas parce qu’il est à présent une cible ? De manière voilée, il y a une réflexion là-dessus et on peut ressentir un malaise vis-à-vis de la réaction d’Azusa. Et il faut dire que le chemin sera sans doute compliqué pour lui tant il a été habitué à régner et manipuler. Aussi, voir Karino le « dominer » va offrir quelques scènes de grande luxure dirons-nous mais Azusa n’a pas tant le choix : avec Karino, nouveau leader, il prend le risque de voir toute l’école lui tomber dessus s’il ne se soumet pas. En cela, Karino s’avère assez astucieux étouffant tant Azusa que ce dernier ne pense que par lui. Il paraît quelque part difficile de voir une romance s’installer entre les deux mais j’ai envie de dire que ces points se perçoivent de manière implicite. Si Azusa décide de céder son corps, il n’en est pas question pour son cœur. Il ne souhaite pas donner le luxe à Karino de le posséder. Mais du côté de Karino, s’il est vrai qu’il prend plaisir à faire d’Azusa son objet, il y a quelques troubles chez lui. On a clairement l’impression que ce n’est pas son seul dessein et même, on peut voir que les personnages a des sentiments complexes à son égard. Le bourreau nourrirait-il des sentiments amoureux pour sa victime ? C’est l’impression qui en ressort. Mais comme je l’ai dit, il est encore assez difficile de voir comment l’amour pourrait s’immiscer entre eux à moins que le jeu des castes prenne une autre direction.

Caste Heaven

Caste Heaven – T.1 Caste heaven © Chise Ogawa by Libre Publishing Co.,Ltd.Tokyo

Malgré tous ces points assez négatifs mais de par le contexte et le jeu mis en place, Caste Heaven suscite les questionnements. On comprend parfaitement que Chise Ogawa dénonce également l’ijime dans ce qu’il a de plus terrible : pression, moqueries des camarades et brutalisation de ces derniers, importance des rangs pour ne pas être un moins que rien… Des passages lourds mais reflétant une réalité encore présente au Japon.

Le graphisme de la mangaka est assez fin de manière générale. L’expressivité m’a semblé paradoxale dans le sens où fréquemment on a l’impression que le regard des personnages est vide mais c’est peut-être justement une volonté de la mangaka. Les scènes explicites s’avèrent assez crues globalement (d’où ma recommandation ci-dessus). J’ai plutôt apprécié les pages en couleur du début. La petite histoire bonus apporte réellement quelque chose pour la compréhension de l’intrigue principale. Du côté de l’édition, elle est de bonne facture.

Pour terminer, Caste Heaven est un titre vraiment très cru et malsain dans l’absolu mais il possède des qualités certaines. Si les scènes peuvent réellement être difficiles, il n’en demeure pas moins que Chise Ogawe parvient à frapper son auditoire de bien des manières.

Informations :

Titre VO : カーストヘヴン
Titre traduit : Caste Heaven
Genres : yaoï, gay-lesbien, romance, drame, social
Nombre de tomes VF/VO : 2/3 (en cours)
Auteur : OGAWA Chise
Édition VF : Taifu Comics
Prix : 8,99€

Extrait en ligne : Caste Heaven T.1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s