ReLIFE : Tabula Rasa?!

ReLife

ReLife © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

ReLife est l’anime qui a beaucoup fait parler de lui l’an dernier. Il faut dire qu’il avait bénéficié d’une belle promotion avec l’arrivée du manga aux éditions Ki-Oon. Mais surtout, ce titre connaît un beau succès au Japon. Une adaptation anime semblait donc presque évidente. C’est donc sur la plateforme Crunchyroll qu’on a pu découvrir cet anime qui est une bonne surprise. Chose assez surprenante d’ailleurs, c’est que l’anime a été diffusé en une seule journée…

Résumé :

Arata Kaizaki (27 ans) a démissionné de son premier travail après seulement trois mois. Depuis, c’est la croix et la bannière pour retrouver un emploi, d’autant plus qu’il a trop honte pour avouer la vérité à ses amis, qui le prennent toujours pour un salarié modèle. C’est alors que surgit dans sa vie le mystérieux Ryô Yoake, employé des laboratoires ReLIFE. Il lui propose de participer à une expérience de réinsertion sociale pour jeunes chômeurs, qui passe par… une année de retour au lycée ! Grâce à une étrange gélule, Arata redevient un élève de 17 ans…

Source : Crunchyroll.

Un pitch intéressant

ReLife est un anime qui a su me plaire assez rapidement. Il faut dire que j’avais déjà été enthousiasmée par ma lecture du premier volume puis je savais que le titre bénéficiait d’un certain succès au Japon. J’avais réellement envie de me plonger dans cet anime qui s’il est vrai qu’il s’avère divertissant offre aussi une large réflexion sur la pression sociale que l’on peut subir de manière générale.

ReLife

ReLife © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Il faut dire que la trame narrative est assez intéressante bien que générale. Mais c’est sans doute pour cela que tout le monde peut s’identifier aussi bien au héros adulte qu’adolescent. Qui n’a jamais eu envie de faire table rase de son passé pour repartir sur de nouvelles bases ? Ce postulat de départ, c’est celui que l’on découvre avec Arata Kaizaki, 27 ans venant de démissionner de son poste après seulement trois mois. A partir de cet évènement remettant en question le personnage, on va alors assister à une rencontre étrange qui va permettre à l’anime (comme au manga) d’offrir deux perspectives différentes de mon point de vue : une fois qu’Arata redevient un lycéen, il est capable d’avoir un regard propre aux troubles adolescents (les histoires d’amitié, d’amour, de jalousie, de rivalité, de quête identitaire, etc…) mais il est aussi capable de porter un regard adulte sur ce qu’il observe et qu’il met en lien avec l’entrée dans la vie active. Finalement, ces deux points de vue se conjuguent assez bien dans l’anime à l’instar du manga.

ReLife

ReLife – An, Arata & Chizuru © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Durant les treize épisodes de l’anime, on a donc quelques réflexions autour de la pression sociale qui est présente au Japon ne serait-ce que dans le fonctionnement des entreprises. On peut penser que l’anime a voulu garder la dimension un peu morale du manga et tant mieux. Néanmoins, l’anime reste sur un ton assez léger, ce qui se perçoit fréquemment grâce aux expressions faciales de nos personnages. En cela, on reste dans un aspect très « tranche-de-vie » où on va s’attacher au quotidien et aux relations entre les différents personnages.

ReLife

ReLife – Arata, Ôga & Rena © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Une jolie galerie de personnages

D’ailleurs, je pense que comme dans le manga, les personnages sont un point fort de l’anime. Tout repose sur leurs interactions de manière générale d’autant plus que Ryô (celui qui surveille Arata) est constamment là pour observer Arata et son rapport avec les autres. Finalement, Arata se rend compte que plus loin que la perspective d’avoir un travail à l’issue de cette expérience, ce qui est plus prédominant, c’est la façon dont il s’intègre dans un noyau social.

ReLife

ReLife – Rena, An, Arata & Ôga © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Cela va donc passer par une galerie de personnages qui est assez dynamique et amusante globalement. On s’amusera du flegme de Chizuru qui peut faire parfois penser à une « inadaptée » sociale ou de la relation entre Rena et Ôga. Tout comme la sournoise An qui finalement se révèle être perspicace dans l’analyse de ces relations. Bien entendu, on pourra regretter que l’anime n’approfondisse pas davantage tout cela et pour moi, on reste quelque peu en surface compte tenu du potentiel du manga. Mais j’ai eu l’impression que l’anime servait surtout à mettre en exergue les thématiques pour nous donner ensuite lieu d’y réfléchir en continuant avec le manga.

ReLife

Relife – An & Arata © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Un « héros » en formation

Il reste que le personnage d’Arata apparaît donc comme celui dont l’évolution est la plus significative. On peut avoir cette sensation qu’il est en plein apprentissage mais pas plus du type « expérience de la vie ». En cela, revenir sur ses années lycée, c’est peut-être revenir sur le futur adulte qu’il sera d’autant que l’adolescence est souvent une période charnière. Ainsi, oui, il redécouvre des choses simples qu’il avait pu oublier quand il était adolescent mais derrière il est un fin observateur notamment concernant ses camarades de classe. Il aide à plusieurs reprises Chizuru même si cette dernière a parfois du mal à le percevoir. Il se remet en question quant à ses capacités voire à ses envies réalisant le poids qui a constamment pesé sur lui. Le noyau amical qui se forme autour de lui est aussi un élément qui lui permettra de prendre du recul sur l’adulte qu’il est. Puis, on se doute que la petite pointe de romance avec Chizuru (même si on n’en est pas non plus à un déballage des sentiments puisque c’est davantage de l’implicite) joue parfois sur ses réactions.

ReLife

ReLife – Arata & Chizuru © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Un côté intrigant

Toutefois, l’anime n’oublie pas de jouer sur quelques mystères même si les indices sont donnés si vite que l’on arrive à déduire que tout n’est pas dit. Quelles sont les motivations de la société où travaille Ryô par exemple ? Le personnage lui-même semble s’amuser de ce mutisme. Par ailleurs, on d’autres petites surprises que je ne révélerai pas mais qui donnent lieu à des questionnements.

Mais des petites faiblesses…

Néanmoins, quelques points montrent des faiblesses dans l’anime : dans un premier temps, on voit peut-être moins les doutes d’Arata quand il avale la pilule. Le manga me donnait la sensation qu’il prenait davantage de temps avant de se lancer. On entre plus rapidement dans le vif du sujet ici. Ensuite, l’animation manque un peu de relief. J’ai trouvé que les décors étaient parfois pauvres. Et je dois dire que je n’ai pas toujours trouvé les thèmes musicaux cohérents avec les moments présentés. Alors oui, on se doute qu’en treize épisodes, il est difficile de raconter plusieurs chapitres du manga mais je me suis rendu compte que cela donnait un rythme un peu besogneux parfois à l’anime.

Heureusement, comme je l’ai dit plus haut, l’anime offre de bons moments d’amusement. Les personnages apportent beaucoup et on rigole des situations souvent loufoques dans lesquelles se retrouve Arata. L’humour fonctionne très bien et les décalages sont bien amenés.

ReLife

Le sourire de Chizuru?! – ReLife © YayoiSo/comico/ReLIFE Laboratory All Rights Reserved Under License to CRUNCHYROLL, INC. Produced by TMS ENTERTAINMENT CO., LT

Entrain de la musique!

L’opening se veut à l’image de l’anime : plein d’entrain. J’ai plutôt apprécié. L’opening joue sur une petite touche nostalgique à mon sens qui s’avère loin d’être désagréable.

ReLife est, en conclusion, un anime qui se regarde avec énormément de plaisir. On s’attache aux personnages et on reste assez intrigués par ce qui se déroule. Même s’il y a quelques points un peu bancals, l’anime est une surprise rafraîchissante et on peut peut-être espérer une saison 2.

Informations :

Titre VO : リライフ
Titre traduit : ReLife
Année : 2016
Studio : TMS Entertainment
Genres : shônen, comédie, science-fiction, social, romance
Réalisateur : KOSAKA Tomo
Nombre d’épisodes : 13
Éditeur VF : Crunchyroll
Durée : 23 mins env.

2 réflexions sur “ReLIFE : Tabula Rasa?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s