Au-delà de l’apparence T.1 : Impossible de mentir…

Au-Delà de l'apparence

Au-Delà de l’apparence – Tome 1 Sekirara ni kiss © Fumie Akuta / Kodansha Ltd.

En juillet, un nouveau shôjo est paru aux éditions Kana : Au-delà de l’apparence de Fumie Akuta. Publié au Japon dans le magazine Dessert des éditions Kôdansha, la série compte actuellement cinq tomes. Un titre où l’héroïne se contraint à porter un masque pour pouvoir être mieux acceptée de tout le monde. Ce premier volume introducteur s’avère relativement agréable à la lecture même s’il n’est pas exempt de défauts.

Résumé :

Chitose s’est façonné un masque derrière lequel elle a pris l’habitude de se cacher pour être appréciée de tous. Mais sa vie va complètement changer le jour où Itsuki, un bel inconnu, lui vient en aide.

Fascinée par son regard, elle décide de le suivre et se retrouve devant les portes d’une école d’art. Armée de son plus beau sourire, Chitose demande à son sauveur de lui faire visiter les lieux, mais ce dernier voit clair dans son jeu : impossible de lui mentir !

Source : Kana.

Avis :

« J’ai alors eu une révélation : si je devenais comme elle, personne ne me détesterait… » (Chitose) – Tome 1

Première chose que l’on note très vite quand on voit Au-delà de l’apparence, ce sont ses jolies couvertures. Difficile de ne pas apprécier le coup de crayon. Les couvertures s’avèrent donc très élégantes et semblent annoncer une romance compliquée. Et on peut dire que c’est le cas sans l’être totalement. En effet, le synopsis est plutôt original mais je dois dire que je n’ai pas été foncièrement été emballée par le déroulé de l’histoire. Pourtant, il y a une bonne matière mais l’intrigue, amoureuse du moins, est pour le moment assez classique.

« Je n’ai plus rien de répugnant. » (Chitose) – Tome 1

Le thème du masque a déjà été utilisé à de nombreuses reprises que ce soit dans des shôjo, shônen ou seinen. En cela, ce n’est pas novateur. Chitose a érigé une barrière : ce masque qu’elle affectionne tant et qui finalement l’empêche de craquer et de montrer qui elle est réellement. Aussi, on va voir à plusieurs reprises le décalage entre ses pensées et ce qu’elle montre devant les autres. Ce procédé, bien que pas révolutionnaire, fonctionne assez bien dans le titre. Mais là où le bât blesse sans doute un peu, c’est qu’on ne rentre pas assez dans la profondeur à mon sens. Oui, Chitose se cache mais quel en est la vraie raison ? Ce n’est jamais réellement dévoilé. On voit simplement plusieurs situations où l’héroïne arbore son masque. On comprend qu’elle a des failles, on comprend également qu’elle aimerait être différente mais on ne sait aucunement d’où vient ce mal-être. Oui, elle a été blessée plus jeune mais pour autant je trouve qu’il manque un réel « background » à Chitose pour l’instant. Et c’est quelque peu dommage qu’on n’ait pas encore d’idées dans ce premier volume car quelque part, on n’arrive pas entièrement à avoir de l’empathie pour Chitose d’autant que ses réactions pourront parfois sembler excessives. J’espère donc que la mangaka parviendra à structurer davantage cet aspect car le titre possède de bonnes qualités. En outre, il reste quand même intéressant de savoir comment Chitose va se défaire de toutes ces faiblesses..

Au-delà de l'apparence

Au-delà de l’apparence T.1 Sekirara ni kiss © Fumie Akuta / Kodansha Ltd.

Là où le titre se démarque d’une très belle manière, c’est sans doute dans le rapport qu’il instaure avec l’art. A partir du moment où Chitose découvre la passion d’Itsuki, on entre dans une nouvelle thématique qui n’est pas si souvent abordée. D’ailleurs, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Moving Forward qui installe le même rapport. On peut facilement penser que la peinture aura un grand rôle dans le titre et c’est une très bonne chose. En effet, je pense que tout cela pourrait permettre aux personnages de s’ouvrir davantage. On a déjà quelques pistes qui s’orientent là-dessus puisque Chitose se rend compte qu’elle a peut-être négligé ses propres envies et ses propres talents en s’enfermant dans ce masque. Tout doucement, on arrive à voir que lorsqu’elle est manuelle, elle dévoile son réel « moi » en quelque sorte. Nul doute que tout cela devrait lui permettre de mieux panser ses plaies. Pour le moment, on ne sait pas encore ce que cela traduit chez Itsuki. Si ce dernier semble se plonger tout entier là-dedans, on a fréquemment la sensation qu’il ne se dévoile pas plus. Il est, certes, capable de voir le masque de Chitose mais on en vient à se demander si lui non plus n’en porte pas un. Rien ne filtre réellement dans ce tome si ce n’est qu’il avoue assez vite ne pas croire en l’amour. Le fait qu’il dise à Chitose qu’elle n’est qu’une coquille vide n’est-il pas une réflexion qui lui est propre ? Je me suis quelque peu interrogé sur ce point. Dans tous les cas, la façon dont il amène Chitose à être « elle » à travers l’art s’avère réellement intéressant. Le côté « école d’art » en marge de l’école plus « classique » donne un certain intérêt qui pourra rappeler Cat Street, Gokinjo voire Paradise Kiss.

De ce fait, vous aurez compris que la relation amoureuse est au point mort pour l’instant. On s’étonnera quand même de la rapidité avec laquelle Chitose s’éprend d’Itsuki. Mais dans la mesure où il lui annonce d’emblée ce qu’il en est, le chemin vers une romance épanouie semble bien compliquée.

« Je suis désolé mais je ne crois pas en l’amour. » (Itsuki) – Tome 1

Itsuki fait un peu figure de beau gosse mais qui n’en joue pas réellement. D’ailleurs, on a fréquemment l’impression qu’il est blasé ou bien qu’il en a marre qu’on s’arrête sur son apparence. Bien sûr, on comprend à l’instar de Chitose que lui aussi doit cacher bien des choses (une situation familiale compliquée ? Autre ?). A travers la peinture, on voit qu’il semble en quête d’authenticité. Finalement, la rencontre avec Chitose crée un décalage qui n’est pas si inintéressant car elle va sans doute leur permettre d’évoluer et de mieux appréhender les réalités. D’autant qu’Itsuki est loin d’être timoré : à travers son franc-parler, il fait rapidement comprendre à Chitose qu’elle ne peut pas être épanouie en étant qu’une façade. J’aime vraiment cet aspect chez Itsuki mais j’ai trouvé dommage que Chitose soit en totale admiration devant lui. On a l’impression qu’elle est béate à son contact. Alors oui, ce sont aussi dans ces moments où elle ne peut plus porter son masque mais la sensation que les choses tournent autour de lui une fois qu’elle le rencontre est vraiment très prédominante. Et je pense que la mangaka n’a pas assez tenté de rétablir un équilibre entre les deux. Pour ma part, je trouve ce début de relation bancal. J’espère donc que la suite du titre parviendra à une structure plus harmonieuse.

« Tu n’es rien d’autre qu’une coquille vide. » (Itsuki) – Tome 1

Autour de ces personnages gravitent les personnages secondaires qui se dévoilent sans totalement se dévoiler. Mais il est facile de deviner qu’ils vont former un noyau permettant à Chitose de mieux s’ouvrir. En premier lieu, Meguro qui pourrait bien dynamiser un peu cela puisqu’elle s’exprimer sans chichis avec Chitose. Les autres personnages : Tokumaru, Sakura et Ryôko ne sont pour l’instant qu’esquissés. Il n’y a qu’à espérer qu’on pourra les découvrir un peu plus par la suite.

Au-delà de l'apparence

Au-delà de l’apparence – T.1 Sekirara ni kiss © Fumie Akuta / Kodansha Ltd.

Les traits de Fumie Akuta sont réellement très plaisants et harmonieux. Il y a une certaine finesse dans les traits et l’expressivité m’a paru assez bien maîtrisée. Les cases manquent peut-être de profondeur mais l’ensemble est agréable.

Pour conclure, ce premier volume s’avère pour l’instant un peu classique concernant la romance notamment mais on apprécie la thématique qui sort de l’ordinaire et le rapport des personnages avec la peinture. Par ailleurs, si l’auteure parvient à mieux structurer sa trame narrative, elle pourrait offrir une série pleine de fraîcheur.

Informations :

Titre VO : セキララにキス
Titre original : Sekirara ni Kiss
Genres : Shôjo, romance, tranche-de-vie, art
Nombre de tomes VF/VO  : 2/5 (En cours)
Auteur : AKUTA Fumie
Édition VF : éditions Kana
Prix : 6,85€

Extrait en ligne : Au-delà de l’apparence T.1

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s