Plastic Memories : la mémoire des sentiments…

Plastic Memories - Anime

Plastic Memories © MAGES / Project PM

Plastic Memories était l’une des très bonnes surprises du printemps 2015 et disponible sur Crunchyroll. Et pourtant, je n’avais même pas prévu de regarder l’anime au départ. Je ne me sentais pas forcément attirée puis j’ai quand même tenté le coup avec le premier épisode qui m’a très vite happée. Et en progressant, l’anime a su déployer tout son potentiel pour s’avérer être une petite pépite à la fois amusante et surtout très touchante.

Résumé :

Nous sommes dans un futur proche. Après avoir raté ses examens, Tsukasa Mizugaki, 18 ans, trouve un poste dans la prestigieuse SAI Corporation, grâce aux relations de son père. Cette société est spécialisée dans la production de Giftia, des androïdes très perfectionnés ayant des réactions proches des émotions humaines. Le travail de Tsukasa n’est cependant pas très gratifiant, puisqu’il consiste à récupérer les modèles arrivant en fin de vie.

Source : Crunchyroll.

Une intrigue qui peut être d’actualité.

Dans un premier temps, on va suivre la société SA Corp à l’origine des Giftia, ces androïdes dotés d’émotions. Cela va passer par l’intermédiaire de Tsukasa, nouveau arrivant dans la société et qui va se voir affecter comme partenaire Isla. Le jeune homme vient de sortir du lycée et débute ainsi son premier emploi mais il est loin de se douter que ses diverses missions vont parfois l’amener à être face à des situations compliquées voire tragiques.

Plastic Memories

Plastic Memories © MAGES / Project PM

Et c’est justement tout ce pan qu’on est loin de soupçonner quand on regarde Plastic Memories. En effet, l’anime laisse une large part à l’émotion et surtout aux relations qui se sont créées entre le Giftia et son propriétaire. Des relations qui apparaissent très souvent comme étant filiales. Les récupérations que l’on peut suivre au fur et à mesure de la progression donnent une image souvent positive du lien qui est né entre ces êtres que rien n’est supposé réunir à l’origine. Même si l’anime n’en fait pas l’apologie, on comprend assez aisément qu’il pose des questions un peu éthiques en dotant notamment des androïdes de sentiments humains. C’est un thème dont il a déjà été question dans quelques animes ou dans certains films. Mais loin de laisser un jugement apparaître, Plastic Memories laisse libre vous à notre propre jugement. Et c’est d’ailleurs, quelque chose que j’ai plutôt apprécié. A aucun moment, il n’y a une position clairement établie. On se borne à nous montrer des tranches-de-vie où on constate à quel point une relation peut être forte, peu importe de quoi est constitué l’être. On se laisse facilement toucher par les différentes histoires tant on voit l’importance que le Giftia peut avoir pour une personne. En outre, à aucun moment, on ne va voir les Giftia dépeints comme tels. Ils sont réellement intégrés et sont vus comme ayant une identité propre. Cette dimension donne un caractère encore plus humain à l’anime. On le perçoit notamment à travers le regard de Tsukasa qui se rend compte combien il est souvent difficile pour les propriétaires de rendre leurs giftia après tant d’années passées en leur compagnie.

Plastic Memories

Plastic Memories – Constance & kazuki © MAGES / Project PM

Pourtant, même si l’anime nous laisse libre de nous faire notre propre avis, il reste qu’on nous fait rapidement comprendre que les giftia peuvent aussi représenter un danger. Sans rentrer totalement dans les détails, la durée de vie d’un giftia est également son épée de Damoclès. Si ce délai est dépassé, le giftia peut alors s’avérer très dangereux envers les autres comme envers lui-même. On voit d’ailleurs quelques cas tout comme on apprendra que certains membres de la société ont aussi été confrontés personnellement à ce cas de figure. Mais loin de réellement faire peur, on sent davantage la charge émotionnelle qui s’en dégage. J’ai été plus peinée que terrifiée pour ma part.

Plastic Memories

Plastic Memories – Isla & Tsukasa © MAGES / Project PM

Des personnages que l’on ne peut qu’apprécier.

Plastic Memories, c’est aussi une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Et même si on peut, parfois, avoir l’impression que l’anime touche à la comédie ; on remarque qu’il y a plusieurs aspects qui donnent une tonalité plus dramatique à l’ensemble. Ne serait-ce qu’à travers les histoires personnelles de Michiru, Isla ou Kazuki. Les personnalités sont bien plus travaillées qu’on peut le penser. Et très franchement, j’étais très loin de m’en douter mais cela a été une agréable surprise. Kazuki traîne un passé compliqué lié à Isla qui, de son côté, semble porter une chape de plomb sur ses épaules.

Plastic Memories

Plastic Memories – Isla © MAGES / Project PM

Quant à Michiru, elle a vécu personnellement les effets d’un giftia dont le temps est dépassé. Néanmoins, je crois que le cas le plus complexe reste celui d’Isla. En effet, pendant une bonne partie de l’anime, on a l’impression qu’elle cherche volontairement à être distante (notamment avec Tsukasa) mais plus on progresse, plus on découvre qu’Isla est assez sensible aux autres comme à ce qui l’attend. Et c’est sans doute pour préserver les autres que pendant un certain temps, elle choisira de ne pas être trop proche de Tsukasa.

Une romance peu conventionnelle mais si touchante.

Cependant, l’anime va choisir de prendre une direction inattendue mais également très plaisante. Le personnage de Tsukasa est notamment celui qui va permettre à la situation de se désamorcer. Son envie de découvrir davantage Isla va finir par se muer en sentiments amoureux à son égard. Dès lors, il n’aura de cesse de chercher à lui véhiculer ses sentiments et ce, même s’il est conscient que la finalité ne sera pas forcément celle qu’il aimerait. Je crois que c’est la partie que j’ai la plus appréciée dans l’anime. Alors oui, cela passe par quelques moments assez cocasses voire très drôles, mais surtout, il y a une belle harmonie qui se dégage car tous les autres employés de SA Corp vont aussi mettre leur grain de sel pour bousculer les choses. D’autant que Tsukasa aura fort à faire avec une Isla qui s’avérera souvent… Déconcertante.

Plastic Memories

Plastic Memories – Isla & Tsukasa © MAGES / Project PM

Mais on ne peut s’empêcher de s’émouvoir, d’être attendris devant cette romance qui tâtonne, se cherche et qui évolue maladroitement en raison des caractères des deux intéressés. Je ne vais pas trop entrer dans cette romance si vous souhaitez la découvrir mais tout ce que je peux, c’est qu’on peut difficilement rester insensibles. Je ne pensais pas verser des larmes pour cet anime mais il y est parvenu. Il se montre d’une telle justesse qu’on fond littéralement devant la force des sentiments qui se « diffusent » tout le long. Et même si je pense que l’anime aurait pu aller plus loin sur certains points, je vois difficilement quelle autre finalité il aurait pu proposer car quand on le termine, on se dit que c’était logique quelque part. Mais cela n’ôte rien au charme et à la sympathie que l’on éprouve pour les personnages et surtout le couple phare.

Plastic Memories

Plastic Memories – Isla & Tsukasa

Un graphisme et une OST réussis!

Du côté de l’animation, j’ai été assez séduite. J’ai beaucoup apprécié les couleurs, la luminosité générale et les traits des personnages. Il y a un côté très plaisant qui s’en dégage. L’ensemble m’a paru bien harmonieux. Les quelques passages plus intenses sont assez bien menés.

J’ajoute que j’ai eu un petit coup de cœur pour l’opening mais surtout pour l’ending. On ressent une vraie douceur et cela colle bien à l’ambiance générale.

Plastic Memories a été un vrai coup de cœur en 2015. Je le recommande fortement, si vous ne l’avez toujours pas vu, car il possède de réelles qualités et je suis bien contente de l’avoir découvert.

Informations :

Titre VO : プラスティック・メモリーズ
Titre traduit : Plastic Memories
Année : 2015
Studio : Dogakobo
Genres : shônen, romance, science-fiction, tranche-de-vie, drame
Réalisateur : FUJIWARA Yoshiyuki
Nombre d’épisodes : 13
Éditeur VF : Crunchyroll
Durée : 23 mins env.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s