Cinq bonnes raisons de licencier Nanoka no Kare!

Nanoka no Kare - Tome 1

Nanoka no Kare – Tome 1 © by TÔMORI Miyoshi / Shûeisha

Terminé en 14 volumes (sortie du dernier volume le 25 septembre au Japon), Nanoka no Kare s’avère être une bonne surprise. Et pourtant, aucun éditeur français à l’horizon pour publier ce titre plein de charme et de surprises… Alors, donnons cinq bonnes raisons pour publier Nanoka no Kare en France.

Résumé :

Nanoka est une lycéenne qui a du mal à aborder la notion d’amour. Il faut dire qu’au collège, la jeune fille a vécu une expérience assez douloureuse qui l’a amenée à être assez méfiante vis-à-vis des garçons. Maintenant qu’elle est au lycée, elle se rend compte qu’il y a un décalage entre ses amies et elle lorsqu’il est question d’amour. La jeune fille, timide et réservée peine à se remettre de sa désillusion. Pourtant, alors qu’elle se promène, elle décide subitement de déclarer ses sentiments à un garçon qu’elle n’avait jamais vu auparavant.

Source : Heyden.

1) Un récit cliché ?

Quand on découvre le synopsis de Nanoka no Kare, on se dit : « que c’est classique ! » Et c’est vrai, il y a un côté très classique dans cette intrigue. Mais c’est assez trompeur en réalité car ne serait-ce que la dernière page du premier chapitre donne une dimension totalement surprenante au titre et interpelle le lecteur : quelle direction va finalement prendre le titre ? J’ai été très agréablement surprise par le revirement du manga nous démontrant clairement que ce shôjo est loin de se cantonner à des clichés. Et la suite ne tend qu’à le prouver globalement.

Nanoka no Kare

Nanoka no Kare © by TÔMORI Miyoshi / Shûeisha

2) Une héroïne blessée.

Nanoka no Kare a la particularité de débuter quand l’action est déjà commencée. Ce que l’on appelle plus communément dans les récits, les débuts « in medias res ». Et c’est une bonne chose.  Cela change des introductions sommaires des premiers volumes. Ici, on ne découvre pas les personnages au départ, on les découvre au fur et à mesure de l’action. L’héroïne en premier lieu. Assez réservée de prime abord, elle va quand même faire quelque chose d’assez inattendu au début de l’intrigue (mais je vous laisse le soin de le voir). Et finalement, cela va révéler quelque chose de plus fort chez elle. Nanoka cherche avant tout à se dépasser pour dépasser sa blessure. Une blessure sourde et qui nous permet de comprendre ses agissements de manière générale. Elle se donne alors une contenance pour mieux être acceptée des autres. Mais sa rencontre avec Hayata et Takato va profondément la bouleverser.

3) Une rivalité intense !

Bon, Nanoka no Kare offre quand même des grands classiques comme la fameuse rivalité entre Hayata et Takato. Et honnêtement, elle tient ses promesses globalement. Je ne vais pas trop rentrer dans les détails car ce serait révéler l’intrigue mais disons que les deux garçons ont une bonne raison de vouloir être avec Nanoka. Pour ma part, j’ai apprécié Hayata parce que sur bien des points, je trouve qu’il est similaire à Nanoka. Mais Takato est aussi touchant même dans son caractère plus agressif. Je peux difficilement expliquer pourquoi car il faut lire et je ne veux pas spoiler mais le beau brun ténébreux et le beau blond sombre complètent assez astucieusement le tableau. Bref, dilemme, dilemme…

Nanoka no Kare

Nanoka no Kare © by TÔMORI Miyoshi / Shûeisha

4)  Un dessin très agréable.

Si le trait vous dit quelque chose, c’est parce qu’il est signé Miyoshi Tômori. La mangaka s’est fait connaître en France avec le shôjo Akuma to love song paru aux éditions Kana. Et j’aime particulièrement comment elle retranscrit les émois de ses personnages. Son trait s’améliore d’ailleurs au fur et à mesure. Je l’ai trouvé de plus en plus précis. Indéniablement, il apporte beaucoup au titre. Ici, elle n’est d’ailleurs en charge que du dessin puisque c’est Saro Tekkotsu qui la seconde au scénario.

Nanoka no Kare

Nanoka no Kare © by TÔMORI Miyoshi / Shûeisha

5) Il est terminé au Japon !!!!!

Honnêtement, c’est un argument qui se tient. Souvent, on a peur de se lancer quand un titre en est à son début et donc pas terminé mais ici, Nanoka no Kare est terminé. Cela devrait davantage inciter les éditeurs à y jeter un œil mais toujours pas d’annonce à l’horizon. Ce serait réellement dommage de passer à côté de ce titre qui gagne en intérêt au fur et à mesure des chapitres !

Nanoka no Kare - Tome 13

Nanoka no Kare – Tome 13 © by TÔMORI Miyoshi / Shûeisha

Informations :

Titre VO : 菜の花の彼―ナノカノカレ―
Titre traduit : Nanoka no Kare
Genres : shôjo, romance, tranche-de-vie, school life, drame
Nombre de tomes VO  : 14 (Terminé)
Auteurs : TÔMORI Miyoshi (dessins) | TEKKOTSU Saro (scénario)
Édition VO : Shûeisha
Magazine de prépublication : Margaret

2 réflexions sur “Cinq bonnes raisons de licencier Nanoka no Kare!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s