En scène! T.1 : Capturer la grâce!

En scène! - T.1

En scène! – KENRANTARU GRAND SCENE © 2014 Cuvie (AKITASHOTEN JAPAN)

Voilà un titre qui me titillait depuis que j’avais pu lire certains chapitres bien avant sa parution en France. Et ce sont les éditions Kurokawa qui nous propose de découvrir En scène ! Un titre avec un thème très peu vu dans les mangas en France (le seul que je vois est Subaru, dans vers les étoiles en y réfléchissant) : la danse et plus précisément la danse classique. Ce premier volume sert parfaitement de mise en bouche promettant de s’étoffer au fur et à mesure des tomes.

Résumé :

La vie de la petite Kanade Ariya bascule le jour où elle assiste au spectacle de danse de sa voisine Lisa. Fascinée par la grâce de la jeune fille, Kanade n’a plus qu’un rêve en tête : devenir ballerine ! Mais la danse est une école difficile, surtout quand on n’a pas de prédispositions particulières. Cependant, malgré les obstacles et les déceptions, Kanade s’accroche. Et elle découvre vite que même les plus douées sont confrontées à l’échec…

Source : Kurokawa.

Avis :

Voilà une très bonne surprise que ce premier tome d’En scène! de Cuvie. Un tome d’introduction suffisamment convaincant pour donner envie de poursuivre.

En scène!

En scène! – T.1 KENRANTARU GRAND SCENE © 2014 Cuvie (AKITASHOTEN JAPAN)

Dans un premier temps, tout part d’une fascination : Kanade est une petite fille qui va se retrouver totalement subjuguée par la prestation de sa voisine, Lisa. C’est ainsi que sa vocation semble faite : elle sera ballerine. Si ses parents émettent quelques doutes sur cette envie, ils décident finalement de concéder en espérant qu’il ne s’agira pas d’une nouvelle lubie de leur pétillante fille. C’est ainsi que la demoiselle va évoluer au sein de l’école de danse de la directrice Takimoto : une personne à la fois bienveillante mais également juste. Mais elle y retrouvera également Lisa et la très rigoureuse Shoko. Mais la progression de Kanade ne se fera pas sans heurts et elle va également découvrir l’exigence de cette discipline entre petites victoires et déceptions.

« Tu sais… C’est pas marrant… » – (Kanade quand elle débute) Tome 1.

Que dire de cette introduction ? Elle est très bien réussie en ce qui me concerne. Le thème apparaît comme novateur et en cela, il donne très largement envie de se pencher sur le titre. Je ne dirais pas qu’il y a quelque chose d’exceptionnel dans la façon de narrer, c’est même relativement classique ; mais la mangaka sait parfaitement s’y prendre pour introduire l’intrigue, les personnages et la progression logique (ou peut-être pas tant) de l’histoire. Et dès le départ, on sent que la mangaka n’a pas fini de nous montrer cette discipline sous divers aspects.

En scène!

En scène! – T.1 KENRANTARU GRAND SCENE © 2014 Cuvie (AKITASHOTEN JAPAN)

Dans tous les cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans ce premier volume. Il faut dire que la personnalité de Kanade y est pour beaucoup. Peut-être qu’elle en exaspérera certains mais pour ma part, son dynamisme et son envie de progresser tout en tirant parti des choses qu’on lui « impose » donne un vrai coup de fouet à la narration. J’ai été séduite par sa progression alors que dans ce volume, elle est encore toute jeune. C’est le type du personnage « en apprentissage ». Kanade ne paraît posséder aucune prédisposition pour la danse et elle-même est très sévère quant à sa danse se trouvant « moche » là où la fluidité de Lisa l’éblouit. La directrice Takimoto bien qu’appréciant son dynamisme est aussi perplexe quant à ses bases et à sa musculature. Pourtant, petit à petit, les qualités de Kana vont poindre et à force d’acharnement, on constate que son envie transcende ses défauts en quelque sorte. Mais surtout, même pour son âge, j’ai trouvé que Kana arrivait au fur et à mesure à prendre du recul sur sa danse. On sent son empressement d’avoir les fameuses pointes mais derrière, quand on lui fait comprendre à maintes et maintes reprises que c’est encore trop tôt pour elle ; au lieu de bouder, elle va alors réfléchir à la meilleure manière de sublimer le personnage de Cupidon qu’elle doit interpréter.

« Finalement, les chaussons offrent toutes sortes de possibilités… A moi d’en profiter! » – (Kanade) Tome 1.

On voit chez elle une application qui n’était pas présente au départ tant son excitation prenait le pas. Et cette bonne obstination sera payante car elle ne fait qu’irradier et tout le monde prend un indéniable plaisir à la regarder. On sent que la mangaka fait preuve également d’une grande bienveillance à l’égard de sa jeune héroïne.

En scène!

En scène! – T.1 (Kanade interprétant Cupidon) KENRANTARU GRAND SCENE © 2014 Cuvie (AKITASHOTEN JAPAN)

Toutefois, Cuvie n’en oublie pas de montrer les aspects plus difficiles de la disciplines. Si Kanade se sent en échec dans le fait de ne porter que des demi-pointes, les autres personnages ne sont pas en reste. Le monde de la danse est impitoyable et une erreur apparaît comme presque impardonnable. Cet univers strict, on le voit notamment avec le personnage de Lisa qui voit son rêve s’éloigner alors qu’elle réalise son erreur au même moment. Plus loin, on nous fait également comprendre que la dimension pécuniaire joue également un rôle. Les parents de Lisa en font mention tout comme les parents de Kanade même s’ils estiment qu’avec leurs deux métiers, ils peuvent assurer les choses. Mais on voit également la pression que s’infligent ces jeunes filles : si Lisa en est un exemple, Shoko est également celle dont les manifestations sont à la fois physiques et mentales. La mangaka n’en fait donc pas un monde qui ne fait que fasciner mais on sent qu’à l’instar de Kanade, elle s’applique à vouloir en dépeindre les conséquences plus néfastes.

« Pas étonnant que j’aie échoué et ce n’est pas ma chute qui en est la cause… Mais le fait que je n’aie pas vraiment dansé. » – (Lisa) Tome 1.

Un point qui m’a semblé intéressant, c’est l’intérêt porté aux détails. Dans ce volume, on constatera que très fréquemment, l’attention porte sur les corps des jeunes filles. Et s’il y a quelques petits problèmes de proportion (enfin, c’est mon ressenti), il reste qu’il y a un vrai souci du détail concernant les angles des pieds, des jambes ou encore des bras. Consciencieusement, Cuvie s’applique à trouver un juste équilibre. De ce fait, j’ai trouvé que l’arrière-plan était bien souvent vide. On ne voit des décors que lorsque cela s’impose si je puis dire. Sans compter que l’éclairage culturel s’avère également pertinent comme lorsque l’on parle des distinctions entre le roman original de Cervantes et l’adaptation en ballet.

Ce qui pourra surprendre est bien évidemment la catégorie du manga puisque les éditions Kurokawa l’ont classé parmi les shôjo alors que le magazine de prépublication Akita Shoten ne laisse pas vraiment de doutes sur le fait qu’il s’agisse d’un seinen. Néanmoins, à la lecture du titre, cette classification peut sembler judicieuse. Néanmoins, je pense que la sensibilité présente peut aussi bien être marquée dans la danse classique masculine. Après, il est vrai que pour l’instant, on se concentre davantage sur les figures féminines. Toutefois, le titre s’avère assez mûr pour toucher un large public et je pense que le public masculin peut même y trouver son compte si tant est qu’on apprécie la danse classique.

Du côté de l’édition, j’ai trouvé la jaquette vraiment bien mise en scène. Il faut dire que la grâce de la danseuse y est pour beaucoup et a le mérite d’attirer l’œil. Elle diffère pas mal de la jaquette japonaise d’ailleurs. La touche de vernis est agréable au toucher. La traduction se veut soignée et retranscrit plutôt bien les caractères des personnages.

En conclusion, ce premier volume offre une parfaite introduction promettant une progression intéressante. N’hésitez pas à vous pencher sur ce titre !

Informations :

Titre VO : 絢爛たるグランドセーヌ
Titre traduit : Kenran taru grande scene
Genres : seinen (collection shôjo de l’éditeur FR), sport, tranche-de-vie
Nombre de tomes VF/VO : 3/8 (En cours)
Auteur : CUVIE
Édition VF : Kurokawa
Prix : 7,65€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s