Let’s get married! T.1 : Dites oui au mariage!

lets-get-married-1-kaze

Let’s get married! – Tome 1 Totsuzen desu ga, ashita kekkon shimazu © 2014 Izumi Miyazono/SHOGAKUKAN

Let’s get Married!, un josei qui est arrivé chez nous en mars 2016 chez Kazé. On sait que l’éditeur nous a habitués à des josei souvent pétillants comme Happy Marriage !? ou encore Heartbroken Chocolatier notamment. Aussi, c’est avec intérêt que je me suis penchée sur ce nouveau titre et j’ai plutôt apprécié ma lecture dans l’ensemble. Le titre se lit bien et sous ses aspects parfois comiques, il y a des interrogations très justes dans lesquelles toutes les jeunes femmes peuvent aisément se reconnaître.

Résumé :

Asuka Takanashi est une jeune employée de banque de 24 ans, vive et travailleuse qui rêve de se marier et de devenir mère au foyer. Toutefois, derrière ce “cliché” se cache un touchant désir de recréer le même havre de paix de son enfance et de construire un foyer pour sa famille. Mais ce rêve s’écroule lorsque son petit ami rompt avec elle. Elle trouve alors réconfort en la personne de Ryû Nanami, beau présentateur de la chaîne PTV, fraîchement revenu des États-Unis, qui lui remonte le moral et l’encourage dans sa recherche d’un mari. Seulement, Asuka va peu à peu être attirée par lui malgré leur évidente incompatibilité : Ryû Nanami sort d’une relation adultère avec une actrice, enchaîne les aventures sans lendemain et est absolument contre le mariage !

Source : Kazé.

Avis :

ob_6bbbb6_married-1

Let’s get married! – Tome 1 Totsuzen desu ga, ashita kekkon shimazu © 2014 Izumi Miyazono/SHOGAKUKAN

Le mariage est considéré comme le plus beau jour de sa vie… Mais il faut être aussi certain d’avoir trouvé la bonne personne. Si beaucoup de personnes se marient aujourd’hui, on oublie que beaucoup divorcent également. Cela explique peut-être pourquoi passer devant le maire reste encore difficile pour certains. Pour autant, les cultures sont différentes et c’est justement ce qui est intéressant dans ce titre car on voit combien au Japon règne une certaine pression sociale. On sait très bien qu’une femme qui n’est pas mariée à l’approche ou après ses 30 ans est assez mal vue dans le pays. C’est notamment une thématique qui était abordée dans Mariage : Mode d’emploi paru chez Soleil Manga. Et le plus souvent, une fois mariées, les femmes arrêtent leur activité professionnelle. Un modèle désuet ? Honnêtement, je ne sais pas trop car à présent, l’inverse tend à prendre le pas au Japon. C’est donc toute cette pensée qui est présente dans Let’s Get Married!.

news-lets-get-married

Let’s get married! – Tome 1 Totsuzen desu ga, ashita kekkon shimazu © 2014 Izumi Miyazono/SHOGAKUKAN

On y suit notamment le parcours de la pétillante Asuka, 24 ans, en couple et qui se languit d’une demande en mariage de son petit-ami. Sauf que sans crier gare, ce dernier décide de rompre après cinq ans de relation. Autant dire qu’il s’agit d’une cruelle désillusion pour la jeune femme. Mais ce n’est pas pour autant que cela va modifier sa perception de voir les choses. En effet, Asuka tient au mariage et elle aime ce qu’il véhicule comme idée : celle d’un foyer chaleureux, avec des enfants, entretenu par la femme comme sa mère l’a toujours fait. Sauf que le hic (pour le dire ainsi), c’est de trouver cet homme : celui qui voudra réellement s’engager et Asuka est bien consciente que ce type ne court guère les rues préférant largement profiter tant que cela est possible. Tout comme certains sont favorables au mariage et au fait que leurs femmes continuent de travailler après celui-ci.

C’est donc avec cette idée quelque peu idyllique d’Asuka que la mangaka va la confronter à Ryû Nanami. Il apparaît très vite comme l’opposé d’Asuka : jeune homme très prometteur et sérieux dans le milieu de la télévision, il n’en est pas de même dans sa vie personnelle puisqu’il a plutôt tendance à enchaîner les conquêtes. Il apparaît notamment assez réfractaire au mariage, chose qui est amplifiée par sa production qui joue sur son célibat.

ob_e31c1a_married

Let’s get married! – Tome 1 Totsuzen desu ga, ashita kekkon shimazu © 2014 Izumi Miyazono/SHOGAKUKAN

On ne peut pas dire que ce titre est révolutionnaire de par l’idée exploitée mais la mangaka sait parfaitement jouer sur les contrastes et c’est avec habileté et drôlerie qu’elle s’y prend cherchant à les pousser l’un vers l’autre là où ils ressemblent davantage à deux aimants se repoussant sans cesse. C’est un classique mais cela fonctionne. Étrangement, si Asuka et Ryû sont totalement opposés sur leur conception du mariage, ils éprouvent une certaine admiration pour ce que fait l’autre. Ils se sentent attirés l’un par l’autre mais aucun ne veut céder sur sa position. Et c’est sans doute là que se situe l’enjeu du titre : vont-ils parvenir à un terrain d’entente ou bien l’un va finir par céder ? Pour l’instant, il est un peu tôt pour le dire mais force est de constater que les points de vue des deux se défendent assez bien. Asuka pense au mariage, mais quand on y réfléchit, cela est quelque peu compréhensible. N’oublions pas que le mariage apparaît fréquemment comme un aboutissement véhiculé depuis qu’on est petite fille, ce qui est le cas de cette dernière. Elle pense que sa vocation réside dans le mariage. Mais assez paradoxalement, cela ne l’empêche aucunement d’aimer son travail et de le faire avec passion. En somme, Asuka est le type de la femme active qui s’épanouit réellement dans son métier mais qui se sent malgré tout incomplète si elle ne se marie pas. Elle n’arrive pas à concevoir une relation sans cette finalité. Du côté de Ryû, il s’avère assez direct et campe sur ses convictions. Oui, les personnages ne paraissent pas être sur la même longueur et pourtant, on dit bien que les opposés s’attirent.

« Le mariage nous prive juste de notre liberté. » (Ryû) – Tome 1.

Ce qui s’avère plutôt pertinent dans son ensemble, c’est le fait que rien n’est vraiment édulcoré. Les personnages se parlent franchement et on les en remercie presque car cela concourt à donner un certain réalisme. Le parti-pris de la mangaka n’est pas tranché. Bien au contraire, cela lui permet d’élargir sa réflexion autour du mariage où le lecteur doit être le seul à savoir si le mariage est un aboutissement ou pas. On a donc l’impression que le mariage conditionne la pensée d’Asuka alors que chez Ryû, c’est davantage quelque chose qui le conditionne mais dans un sens d’emprisonnement. De cette façon, on voit un fossé générationnel entre deux personnages de la même génération. Cette antithèse m’a semblé intéressante car on ne peut pas dire que les deux ressentent un poids de la société, bien au contraire, mais ils ont envie de s’assouvir comme ils le souhaitent. Le tout sera de voir comment ils vont évoluer car mine de rien, si certains mots de Ryû font réfléchir Asuka, la réciproque est pareille et déjà, on note que les perceptions commencent à évoluer sans être totalement radicales pour autant. Il faut dire qu’on remarque assez vite que les deux personnages s’apprécient plus que ce qu’ils ne souhaitent croire.

« Marié ou non… Quand on tombe amoureux, on tombe amoureux! » (Asuka) – Tome 1.

Mais à côté du couple principal, la mangaka évoque aussi deux autres personnages : Rio et Ono, deux amis d’Asuka et Ryû. Si la première s’avère être le pendant féminin de Ryû, le second serait plutôt le pendant masculin d’Asuka. Ainsi, eux aussi vont se retrouver dans une position où l’un souhaite se marier mais l’autre non. Mais à l’inverse du « couple » principal, les choses vont plutôt rapidement entre eux et la mangaka ne prend pas réellement le temps de questionner ce couple ; ce qui s’avère plutôt dommage. A moins qu’elle prenne le temps de développer cette histoire annexe par la suite.

Et c’est peut-être ce que l’on pourrait reprocher à ce titre : une certaine précipitation sur des détails. J’ai parfois pensé qu’Asuka se ravisait trop rapidement sur ses propres convictions ou bien encore qu’elle ne cherchait pas tant à creuser le personnage de Ryû. C’est peut-être un point qui pourrait s’étendre sur l’ensemble des personnages : un manque d’approfondissement. A mon sens, on va parfois trop vite à l’essentiel là où j’aurais préféré que les choses soient étayées. J’ai notamment regretté que ce petit jeu du chat et de la souris ne perdure pas plus longtemps car dès la fin du tome, le couple choisit de se mettre ensemble. Alors certes, on se doute que le réel intérêt est de voir comment ils vont peut-être porter un regard différent sur leurs opinions une fois ensemble mais c’est toutefois dommage qu’on n’ait pas joué davantage sur cet aspect. Mais on peut penser que même ensemble, cela n’enlèvera rien au piquant entre les deux.

« Dans ce cas, je vais tout faire pour changer ta façon de penser. Ta façon de penser à toi, Asuka! » (Ryû) – Tome 1.

Les dessins d’Izumi Miyazono ne sont pas déplaisants globalement mais je ne trouve pas qu’ils dénotent par rapport à ce que l’on peut voir dans les shôjo/josei généralement. De ce fait, ils m’ont semblé plutôt classiques bien qu’ils fonctionnent et s’avèrent relativement expressifs.

En conclusion, ce premier volume s’avère être une lecture divertissante et pleine de dynamisme avec quelques interrogations judicieuses sur la place du mariage. J’aurais apprécié que cette légère excentricité perdure plus longtemps chez le couple principal. J’espère à présent que le tome 2 débouchera sur un approfondissement plus marqué des personnages.

Informations :

Titre VO : 也许很突然、明天我要结婚了
Titre traduit : Totsuzen Desu ga, Ashita Kekkon Shimasu
Genres : josei, romance, tranche-de-vie
Nombre de tomes VF/VO : 3/5 (En cours)
Auteur : MIYAZONO Izumi
Édition VF : Kazé
Prix : 6,79€

2 réflexions sur “Let’s get married! T.1 : Dites oui au mariage!

  1. Manga Suki dit :

    Coucou !

    Il me tente un peu ce manga. Les visions confrontées doivent effectivement être intéressantes. Après, ça n’est franchement pas dans mes priorités, je préférerais finir Happy Marriage avant.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s