Ugly Princess T.1 : Courage, Meguro!

ugly-princess-1-collector-akata

Ugly Princess T.1 – édition collector ©Éditions Akata

Natsumi Aida est de retour en France !! Après Switch Girl qui avait conquis un grand nombre de lectrices (et peut-être lecteurs) de par son thème décalé et même si le titre avait été une petite déception pour moi sur la fin, la mangaka est enfin de retour avec un nouveau shôjo qui devrait, là encore, faire mouche. Et ce sont les éditions Akata qui nous proposent de faire connaissance avec la très complexée Meguro.

Résumé :

Mito Meguro est en dernière année de collège. Mais son quotidien n’est pas tout rose… À cause de son physique peu flatteur, elle est la risée de tous. Surtout depuis que quelqu’un a découvert qu’elle était amoureuse d’Umeda, un des beaux gosses de sa classe. Depuis ce jour, son quotidien est un enfer. Heureusement qu’elle peut compter sur Maru et Haru, ses deux amies geeks qui aiment se plonger dans les jeux vidéo et les mangas tout autant qu’elle. Un jour, toutefois, Mito va décider de se prendre en main, et de refuser cette fatalité ! Car depuis que Kunimatsu lui a adressé la parole, elle ne peut s’empêcher d’espérer à nouveau, d’avoir une vie meilleure, de peut-être connaître l’amour, ou tout simplement d’être heureuse. La route pour s’accepter soi-même, se débarrasser de ses complexes et trouver le bonheur sera longue et remplie d’épreuves… Mais jamais cette « anti-héroïne », loin des clichés, ne baissera les bras !

Source : Akata.

Avis :

Ce premier volume a été une très bonne surprise. Je ne vais pas mentir : j’avais quelques petites appréhensions en sachant que la fin de Switch Girl !! m’avait un peu déçue. Néanmoins, la mangaka a réussi à parfaitement les balayer et j’ai vraiment pris plaisir à découvrir les nombreux tracas de la pauvre Meguro.

uglyprincess1

Ugly Princess – Tome 1 ©KENGAI PRINCESS © 2014 by Natsumi Aida/SHUEISHA Inc.

Le début du manga se veut très basique avec une présentation très traditionnelle mais qui me paraît nécessaire pour mieux comprendre les tourments de Meguro. Ainsi, découvre-t-on une adolescente en dernière année de collège et qui, depuis toujours, souffre d’un physique disons… ingrat. La jeune fille ne manque pas d’ailleurs de faire la liste de tous ses « problèmes » : des cheveux qui ne font que rebiquer, des problèmes de peau, des pieds trop gros, un bassin trop large et j’en passe. Pourtant, elle le prouve : elle n’est pas spécialement grosse mais ses joues bouffies font penser le contraire aux gens. La demoiselle a très vite compris qu’elle ne pourrait jamais rentrer dans ce que l’on appelle les canons de beauté. De même, elle sait qu’elle n’est pas du genre à attirer les regards. Aussi, subit-elle : les moqueries de ses camarades depuis plus jeune, une tendance à ne pas s’imposer et une fuite qu’elle assume totalement à travers des jeux de drague virtuels où elle a tout le loisir de fantasmer sur le beau Seiya.

Voici donc le quotidien de cette jeune fille qui a appris à s’effacer au lieu de s’imposer car elle sait que dans cette société, ce sont malheureusement les apparences qui priment. Mais voilà, un évènement qui peut sembler anodin pour beaucoup va totalement révolutionner la façon de voir de notre héroïne : Kunimatsu, beau et honnête va… lui adresser la parole. Notre Meguro va très vite tomber sous le charme de ce camarade mais surtout, il va être le déclic et Meguro va alors prendre une décision : surmonter ses complexes afin d’aborder également celui qu’elle aime. Une mission qui va s’avérer bien délicate dans la mesure où les rivales sont présentes et Meguro pêche par son manque de confiance.

« Je veux avoir confiance en moi! Si je suis moche, je veux qu’on m’aime! Je veux connaître ce sentiment d’être aimée en retour!! Qu’on me voie en tant que femme! » – Tome 1.

Ce qui fait qu’on accroche à Ugly Princess, c’est parce que dès le départ, on sent parfaitement que Meguro ne sera pas une héroïne comme une autre. Vous me direz : Nika n’était pas une héroïne comme les autres dans Switch Girl !! et je vous répondrai : certes. Mais, la particularité dans ce manga, c’est sans doute que Meguro incarne peut-être davantage les nombreux complexes qu’une jeune adolescente peut éprouver là où pour moi, Nika jouait sur un mode on/off que toutes les femmes doivent avoir généralement. Aussi, il est plutôt intéressant de partir sur ce postulat où l’héroïne n’est pas celle que l’on attend et ne rentre pas dans les critères attendus : une jeune fille généralement mignonne (ou si elle ne l’est pas au départ, c’est toujours en devenir…). Cela m’a un peu rappelé Telle que tu es  (chez Kana et dont j’espère vous parler prochainement) puisque Tsumugi est loin d’être un top model mais elle s’est rendue attachante aux yeux des garçons de par son affabilité et sa douceur. Néanmoins, la comparaison s’arrêtera là pour moi, car dans Ugly Princess, Meguro est très loin d’assumer ce qu’elle est. Et surtout, plus loin que ses simples complexes physiques, on remarquera surtout que Meguro est une jeune fille qui se sous-estime énormément. Le fait de chercher la fuite dans un univers virtuel peut avoir quelque chose de pathétique mais également de compréhensible : Meguro n’arrive pas à faire passer ses frustrations dans la réalité et cet univers est le seul moyen pour elle de s’imaginer comme elle le souhaite. On ressent donc une certaine empathie pour cette demoiselle dont les pensées sont parfois négatives (notamment à l’égard des jolies filles) mais qui n’en demeure pas moins criante de vérité (qui ne l’a pas fait honnêtement ?!). Et c’est sans doute pour cette raison que je l’ai beaucoup appréciée.

9782369741152_pg

Ugly Princess – Tome 1 ©KENGAI PRINCESS © 2014 by Natsumi Aida/SHUEISHA Inc.

Par la suite, on va davantage s’attacher au parcours de Meguro pour qu’elle aille enfin de l’avant et surtout qu’elle se rapproche du beau Kunimatsu. Mais là où la mangaka s’avère encore très crédible, c’est qu’elle ne montre pas qu’il suffit d’un rien pour que Meguro devienne une fille sûre d’elle et qui s’assume. Ce n’est pas du tout le cas et les avancées de cette dernière s’avèrent parfois des pas en arrière. On voit alors comment dire un simple « Bonjour » peut être une forme de supplice, comment les autres peuvent être un « enfer » (référence à Sartre si vous connaissez) et tout simplement que le quotidien est une lutte. Beaucoup d’éléments sont donc en défaveur de Meguro mais s’il y a une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est sa détermination à essayer. Et je pense que c’est ainsi que la mangaka crée un phénomène d’identification avec son héroïne. Pour faire simple, si Meguro perçoit tous ses défauts, le lecteur va davantage avoir tendance à voir ses efforts si bien qu’inconsciemment, elle révèle des qualités qu’elle est loin de soupçonner. De ce fait, on a hâte de voir l’étendu du parcours de Meguro.

Il reste que j’en attends un peu plus concernant les autres personnages notamment Kunimatsu. Si on arrive à percevoir très rapidement chez lui une bienveillance naturelle, on n’apprend pas encore énormément de choses le concernant. C’est un personnage qui paraît altruiste de nature mais surtout j’ai apprécié le fait que ce ne soit pas un beau gosse inaccessible. Il n’y a pas de surjeu de ce côté et c’est fortement agréable. On ne peut pas en dire autant de Masuki : jolie fille et elle le sait, on comprend très vite qu’on va aimer la détester et qu’elle va être la rivale n°1 de notre héroïne. Tout traduit en elle la fille « girly » qui n’a jamais eu à faire d’efforts et qui se montre « joliment » égoïste. Bref, cela promet des joutes intéressantes (l’épisode des grues était savoureux à cet égard). Enfin, les deux copines de Meguro sont assez sympathiques même si elles ne sont pas encore bien mises en avant à mon sens.

bande-annonce-ugly-princess-tome1

Ugly Princess – Tome 1 ©KENGAI PRINCESS © 2014 by Natsumi Aida/SHUEISHA Inc.

Le tout est ponctué par un humour assez délicieux. Pour le coup, là où je pouvais parfois reprocher certaines lourdeurs dans Switch Girl !! (surtout sur la fin), ici, la mangaka use plutôt bien de l’humour. Cela est également lié aux dessins qui ont tendance à tomber parfois dans des extrêmes mais pas de manière désobligeante pour autant. Les diverses expressions de Meguro sont autant de moments comiques mais parfois aussi justes.

L’édition d’Akata s’avère très bonne. J’avais opté pour la version collector avec son vernis sur la couverture qui donne un très bel effet. La traduction est soignée et on a presque l’impression de ressentir le plaisir du traducteur en fait. En sachant que c’est Bruno Pham qui en est à l’origine, cela peut mieux se comprendre.

En conclusion, ce premier volume d’Ugly Princess est une belle réussite. J’ai beaucoup aimé ma lecture et j’avais vraiment envie d’être aux côtés de Meguro pour l’aider car même s’il y a de l’humour, il demeure un fond sérieux dans cette série. Je pense que beaucoup de lecteurs pourraient facilement se reconnaître en cette anti-héroïne. A lire !

Informations :

Titre VO : 圏外プリンセス – Kengai Princess
Titre VF : Ugly Princess
Genres : romance, tranche-de-vie, school life, comédie
Nombre de tomes VF/VO  : 2/7 (en cours)
Auteur : AIDA Natsumi
Édition VF : Akata
Prix : 6,95€ | édition collector volume 1 : 7,95€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s