10 Dance T.1 : La virtuosité au service des émotions.

10-dance-idp-1

10 Dance – Tome 1

10 Dance fait partie des premiers titres yaoï à avoir intégré la collection « Hana » de l’éditeur Boy’s Love IDP. Et c’est aussi une très bonne surprise que ce premier volume. Avec un thème inédit, rentrez dans la danse en compagnie des deux Shinya!

Résumé :

Shinya Suzuki et Shinya Sugiki sont respectivement champions de danse latino-américaine et de danse standard. À l’initiative de Sugiki, ils s’enseignent mutuellement leurs spécialités pour tenter le « 10 Danses », compétition durant laquelle les athlètes s’affrontent sur 10 styles différents. Tout oppose ces deux danseurs de caractère et de nature foncièrement différents et dont le seul point commun est la ressemblance de leurs noms.

Mais leurs conflits permanents ne cachent-ils pas autre chose ?!

Source : Boy’s Love IDP.

Avis :

Voilà une très bonne surprise que ce yaoï. Je n’en attendais pas tant mais je trouvais le thème assez intrigant car totalement inédit dans le monde du boy’s love et finalement, j’en suis ressortie enthousiasmée. Autant dire que pour IDP, 10 Dance est sans doute une très bonne pioche amorçant un virage intéressant dans cet univers.

Première chose qui m’a séduite tout de suite, c’est sans aucun doute la couverture de ce titre. Celle-ci capte l’attention avec ces deux hommes dansant de manière virtuose et sans tomber dans le stéréotype uke/seme bien distinctif. Il y a quelque chose qui attire tout de suite l’œil et c’est pour cela que j’ai eu envie de me pencher dessus. J’ajoute que le côté « doré » des lettres donne encore plus envie de se plonger dans cette histoire.

Je ne reviens pas sur ce synopsis mais je tiens quand même à préciser quelques points. C’est parce que Sugiki a l’idée un peu farfelue de tenter ces « 10 danses » que Suzuki va se laisser embarquer bien malgré lui mais il n’avait pas forcément l’intention de tenter quoi que ce soit. Par ailleurs, on ne sait pas encore réellement quel est son objectif réel. Ce que je veux dire, c’est que hormis le fait qu’il souhaite montrer qu’un danseur standard peut aussi danser des danses latines et vice-versa, j’ai souvent eu l’impression qu’il y avait un autre objectif dissimulé. Peut-être que je me trompe ou peut-être que la suite du titre nous le dira.

Enfin, 10 Dance évolue donc dans le milieu des danses de salon et latines. C’est quelque chose qui ne manque pas de surprendre car je ne me souviens pas avoir lu de titres abordant tout simplement la danse dans les yaoï. Mais plus loin, il ne faut pas croire que l’univers sert simplement de prétexte. Certes, on se doute bien que la danse servira à développer les relations entre les personnages mais la mangaka, de manière très pointue, montre qu’elle s’y connaît aussi. En effet, les informations sont pertinentes et la mangaka ne nous laisse jamais dans le flou expliquant aussi bien certains mouvements, certaines danses ou certains termes qui pourront sembler ardus pour des néophytes. On arrive très facilement à se laisser porter par l’ambiance et à se prendre au jeu d’une certaine façon voire à ressentir un engouement devant les danses très sexy/endiablés des couples. Par ailleurs, Satou Inoue ne s’arrête pas là : elle cherche à rendre les choses encore plus réalistes en montrant combien ce monde est presque impitoyable d’une certaine manière. On découvre un peu l’envers du décor notamment lors des compétitions, les ragots que cela peut engendre et les jalousies que cela peut attiser. J’ai vraiment aimé me plonger là-dedans car cela participe à la richesse du titre. Les informations sont denses mais jamais confuses.  Et autant dire que si on ne connaît rien du milieu, on a presque la sensation qu’elle prend plaisir à nous instruire et cela est tout bonnement passionnant.

« La connexion se fait du ventre aux genoux… » – Tome 1

Bien sûr, l’autre force du titre, c’est incontestablement ses deux danseurs : les deux Shinya. Autant dire qu’entre eux, c’est un peu la rencontre de l’eau et du feu en quelque sorte. Ils ne se ressemblent en rien si ce n’est qu’ils sont unis par la même passion pour la danse. Aussi, on s’étonne au départ que Sugiki ait choisi Suzuki pour tenter ce pari fou. Mais j’ai dans l’idée que cela n’était pas du tout anodin. On sait bien que les deux sont des AS dans leur catégorie respective mais je pense que la mangaka n’a pas encore tout révélé des intentions. Il reste que l’apprentissage entre les deux sera très compliqué. Ne vous y trompez pas : si les deux hommes sont ensemble sur la couverture, c’est avec leurs partenaires féminines qu’ils dansent (pour le moment ?!). On n’est donc pas encore réellement dans une relation charnelle, amoureuse ou autre affichée mais les deux hommes apprenant ensemble, on va donc souvent les voir danser ensemble également ; l’un choisissant de faire alors la femme. Cela donne lieu à des moments aussi bien amusants que cocasses. Les réflexions toujours un peu déplacées de Suzuki ou l’intransigeance de Sugiki font mouche. On a l’impression que les deux personnages aux très forts tempéraments s’amusent (inconsciemment) à un jeu du chat et la souris, ce qui génère une tension quasiment sexuelle entre eux. Mais rien ne se passe pour autant… Et c’est peut-être le génie du titre : susciter une attente qui n’est pas comblée (pour l’instant ?!). Effectivement, la mangaka semble privilégier un scénario bien construit que des scènes torrides qui arriveraient dès le premier chapitre. Non, elle prend le temps de bien construire les différentes étapes de l’apprentissage, de montrer comment les deux personnages s’apprivoisent et de développer leurs backgrounds. De ce fait, les choses se font lentement mais c’est ce qui est super en réalité car on comprend ainsi que l’histoire sera plus profonde que ce que l’on pourrait penser. Il aurait été assez facile de prendre un raccourci en pensant que l’univers de la danse pouvait être superficiel. Mais on voit l’ardeur que mettent les personnages masculins comme leurs partenaires féminines pour parvenir à leurs fins. J’ai hâte de voir l’aboutissement de tout cela car je pense que cela pourrait amener de grands moments.

n010_dance_ch006_p015

10 Dance – Tome 1

Ajoutons qu’on appréciera le travail fait sur les personnages. La mangaka choisit de construire de vraies histoires autour des deux Shinya. Si Suzuki paraît fantaisiste et blagueur, il est aussi un vrai professionnel ayant à cœur de bien faire comprendre la danse latine. Le moment où il enlève sa chemise pour montrer les mouvements de son torse est à la fois très sexy mais en même temps très pédagogique affirmant par la même occasion que la danse latine est aussi une histoire de sensations.

De plus, on découvre aussi ses origines, d’où lui vient cette passion mais aussi peut-être quelques pans de son passé qu’il se garde de révéler. On n’en sait pas encore beaucoup à ce sujet. Quant à Sugiki, c’est un bourreau de travail. On a souvent l’impression que tout doit être parfait et qu’il est rigide. Mais plus loin, il porte aussi le poids d’une mère trop présente et sévère, si bien qu’on le croit souvent insaisissable. J’ai dans l’idée que son association avec Suzuki devrait lui permettre de s’ouvrir un peu plus et de changer cette expression imperturbable qu’il affiche bien trop souvent. La romance semble encore assez loin pour l’instant mais on notera quand même des moments intenses de trouble entre les deux hommes. Il n’y a pas de penchant (je n’aime pas trop ce terme mais bon) affirmé : les deux ont des relations avec les femmes (bien que pour Sugiki, je ne sais pas si c’est dit de manière explicite). Ce que j’attends, c’est de voir comment les sentiments vont survenir. On remarque parfaitement qu’ils sont intrigués l’un par l’autre mais cela est aussi lié à leurs disciplines respectives qui sont opposées. La mangaka s’avère néanmoins assez subtile alors je pense que cela devrait être bien abordé.

A cela, il ne faut pas manquer de parler des touches humoristiques. Elles sont liées d’une part aux danses lors des apprentissages des deux hommes et leurs partenaires qui sont totalement gauches au départ mais aussi aux diverses piques de Suzuki qui prêtent à sourire voire à rire. Elles tombent toujours au bon moment quand l’atmosphère devient trop sérieuse.

« On dirait bien que nos zig***nettes se sont connectées elles aussi! » – Tome 1

D’un point de vue visuel, c’est un joli travail qui est présenté par Satou Inoue. Les courbes des personnages, les traits, la mise en scène des danses, tout est parfaitement bien pensé même si je m’attendais à un travail plus fourni sur les décors.

Voilà un titre qui ne manque ni de charme ni d’attrait. 10 Dance en plus d’être atypique de par son thème l’est également de par son approche. d’un point de vue plus personnel, m’étant mise à la danse latine, c’est fou ce que cela a pu également m’apporter au niveau des expressions corporelles. On retrouve quelques points abordés dans le titre d’ailleurs. Il mérite qu’on lui prête une réelle attention.

Informations :

Titre VO : テンダンス  
Titre VF : 10 Dance
Genres : romance, tranche-de-vie, gay-lesbien, danse
Nombre de tomes VF/VO : 2/3 (en cours)
Auteur : INOUE Satou
Édition VF : IDP – Boy’s Love
Prix : 7,95€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s