Tokyo Magnitude 8.0 : La perte dans le chaos…

13776l

Tokyo Magnitude 8.0

Il y a des animes comme ça qui marquent parce qu’ils nous prennent là où on ne le pensait pas… C’est notamment le cas de Tokyo Magnitude 8.0, un anime que j’avais décidé de regarder comme cela sans en attendre beaucoup. Rarement un animé ne m’avait fait autant pleurer depuis Full Moon. Quelle erreur d’avoir sous-estimé ce titre car c’est pour moi un anime qu’il faut réellement voir et qui nous fait comprendre combien on est peu de choses face à la nature…

Résumé :

L’histoire est centrée sur Mirai, une écolière qui se rend sur l’île artificielle d’Odaiba pour voir un une exposition de robots avec son frère Yutaka au début des vacances d’été.
De puissants tremblements survinrent alors et firent écrouler la fameuse tour de Tokyo ainsi que le Rainbow bridge…le paysage Tokyoïte changea en un instant.
Avec l’aide d’une femme du nom de Mari qu’ils rencontrèrent à Odaiba, Mirai et Yutaka s’efforcent maintenant de rentrer chez eux à l’ouest de Tokyo.

Source : Manga-Sanctuary.

De l’intérêt du réalisme…

Tout d’abord, il faut noter que l’anime ne prend pas les mêmes personnages que le manga, mais l’histoire est sensiblement la même. Ici, nous suivons Mirai Okazawa, une jeune collégienne de 11 ans avec son frère Yuuki. Les tremblements de terre font partie au Japon des plus grandes catastrophes que le pays peut connaître. Ici, ce sera encore plus intense puisque la magnitude de 8.0 est la plus élevée jamais connue. Et dés le début de l’anime, on est déjà avertis sur le fait que l’anime se veut avant tout réaliste et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il tient son pari. Il y a comme dans le manga, un vrai souci d’informations pour ne pas minimiser les faits. Cela se révèle réellement captivant. Les effondrements, les séismes sont assez saisissants de réalisme, il faut aussi noter le travail impressionnant fait sur la lumière et l’ombre. Cela contribue grandement à l’effroi qui s’empare des victimes.

tokyo-12

Tokyo Magnitude 8.0

Une réalisation juste et pertinente.

En outre, il faut aussi souligner la justesse de la réalisation : les plans de la caméra s’adaptent au niveau des enfants pour mieux tenir compte de leurs regards. C’est donc à travers eux que l’on voit l’ampleur des destructions, la détresse des victimes, les diverses conséquences que le séisme a engendré sur les infrastructures et les paysages. Il y a vraiment une grande densité humaine dans la façon dont c’est montré. On ne peut qu’être meurtris en voyant une telle affliction. Néanmoins, même si le drame est très intense, on a tout de même choisi de ne pas donner dans le pathos, ce qui là encore, contribue à la justesse de la réalisation : on montre les faits tels qu’ils sont. Et c’est pour cette raison qu’on est d’autant plus touchés par les drames que les familles peuvent vivre.

tokyo010

Tokyo Magnitude 8.0

Un noyau social abordé à travers les enfants.

Pour en venir aux enfants, il faut d’abord noter que le personnage de Mirai au début semble blasée : elle ne supporte pas les tensions au sein de sa famille et surtout, elle semble réellement perdue. Elle voit les choses de manière pessimiste comme si tout était voué inéluctablement au « chaos » en quelque sorte. Pourtant, son évolution va se révéler vraiment magnifique. Le personnage grandit réellement en l’espace de quelques jours, elle se révèle forte, déterminée, et est beaucoup plus sensible qu’il n’y paraît : elle cherche à protéger son frère et à ne pas révéler ses propres faiblesses. Son frère Yuuki est un modèle d’optimisme, toujours confiant, et souriant, il apporte une vraie bouffée d’air frais avec Mari. Cette dernière s’est promise de ramener les enfants à leur foyer après avoir aidé Mirai à secourir Yuuki qui était enfoui sous les décombres. Elle-même vit avec sa mère et sa fille et bien qu’elle soit très inquiète pour elles, elle choisit cependant de conduire les enfants coûte que coûte. Une vraie relation se noue entre ces trois personnages qui se soutiennent mutuellement. Et si Mirai au début a du mal à accepter que Mari la considère comme une enfant, une profonde tendresse naît entre elles par la suite.

tokyo_10

Tokyo Magnitude 8.0

Un anime subtil…

La narration est vraiment tout ce qu’il y a de plus fluide, ici, pas de chichis, pas de discours super complexes, on se veut au plus près des enfants et de Mari. On marche presque en même temps qu’eux, et on voit en même temps qu’eux. Cette narration est vraiment efficace : un jour peut correspondre à plusieurs épisodes et c’est aussi grâce à cela que l’animé est encore plus réaliste. Par ailleurs, on voit les doutes de tous les personnages, les espoirs qui naissent et qui peuvent vite être anéanties, les larmes de détresse, la fatigue, la faim, le manque de soin. On passe par tous ces moments pénibles qui sont retranscrits avec une grande pudeur. Il y a indéniablement un aspect très humain dans cet animé. Et même s’il souffre d’une certaine lenteur, cela se justifie par la catastrophe qu’ils vivent.

Là où l’animé se révèle vraiment d’une grande subtilité, c’est dans la manière dont les scénaristes ont inséré le terrible drame que va vivre Mirai (et qui m’a tellement fait pleurer que j’ai quasiment utilisé tous mes mouchoirs). À partir de l’épisode 9, Yuuki est victime d’un malaise, le personnage avait reçu une pierre sur la tête, mais pour autant cela ne portait pas à conséquence. Emmené à l’hôpital, un ingénieux dispositif se met en place : on est transportés dans les rêves de Mirai qui imagine le pire concernant son frère, mais elle finit par se réveiller et on revient à la réalité. Pourtant, il n’en est absolument rien, quand on arrive à l’épisode 10, certains éléments permettent de faire comprendre que quelque chose de grave s’est passé, mais étant donné que Yuuki est toujours vivant, on ne parvient pas à comprendre de quoi il s’agit réellement. Il faut la fin de cet épisode et la révélation de Yuuki pour comprendre que Mirai vivait un cauchemar éveillé. Cette révélation prend vraiment au dépourvu : on ne s’y attend pas et c’est une véritable massue qui tombe sur nos têtes. Très sincèrement, je pense que personne ne peut rester insensible devant cette révélation : c’est si habilement fait qu’on ne peut que pleurer. L’idée est réellement excellente et tragique. La relation entre le frère et la sœur n’en est que plus forte. Je crois que l’auteur a véritablement voulu insister sur ce point et pour cause : au fur et à mesure que l’on suit les péripéties de Mirai, on voit que le personnage devient plus optimiste et cela, simplement parce que son frère était à ses côtés. C’est grâce à lui qu’elle s’en sort au final, qu’elle retrouve son foyer et que la famille se retrouve. C’est bouleversant et je ne mesure absolument pas mes propos : cet anime est vraiment fort émotionnellement et je suis sûre que si vous le regardez, vous ne pourrez qu’être bouleversés. La musique est si mélancolique par ailleurs qu’elle nous touche totalement.

grohot10

Tokyo Magnitude 8.0

… Et d’une grande humanité!

En nous immergeant au sein même de la catastrophe et avec un aspect qui se veut vraiment pédagogique à l’instar du manga, Tokyo magnitude 8.0 est un animé empreint de pudeur et où le mot « humain » revêt une signification vraiment particulière. Beaucoup pourront penser que le rythme lent est une entrave à l’anime, mais pas du tout, je crois que ce rythme permet vraiment de saisir la réalité des choses et réellement, je tire mon chapeau aux scénaristes. La série traite d’un thème sérieux et douloureux avec une sensibilité qui n’est pas exacerbée pour autant.

Des graphismes simples et une OST sensible.

Au niveau des graphismes, ils sont plutôt simples, mais pour ma part, je les ai beaucoup appréciés. Au niveau des jambes, cela peut sembler disproportionnés, mais réellement, l’histoire m’a tellement touchée que je ne faisais même plus attention après. Quant à l’OST, c’est un vrai plaisir. On a parfois quelques moments propices à la jovialité et d’autres d’une infinie tristesse. La dernière musique (vers la fin de l’anime) est, à cet égard, bouleversante.

En conclusion, je ne saurais que vous recommander cet animé. C’est fort, intense, poignant, sensible, et traité avec intelligence. Cet anime, j’en suis sûre, saura vous émouvoir comme il l’a fait avec moi.

Informations :

Titre VO :東京マグニチュード8.0
Titre original : Tokyo Magnitude 8.0
Année : 2009
Studio : Kinema Citrus/Bones
Genres : drame, social, tranche-de-vie
Réalisateur : Tachibana Masaki
Nombre d’épisodes : 11
Éditeur VF : édité anciennement par Wakanim
Durée : 24 mins

2 réflexions sur “Tokyo Magnitude 8.0 : La perte dans le chaos…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s