The Moon that embraces the Sun : La lune et le soleil peuvent-ils coexister?

RoVRnHcLr9yLX0X6MlWYi-7s7NE

The Moon that embraces the Sun

Avant, je ne regardais pas de dramas. Cela ne m’intéressait pas réellement puis j’avais déjà tant à faire avec mes mangas que rajouter des dramas, c’était la folie assurée (finalement, c’est le cas!). Mais voilà, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et pour mon plus grand bonheur, je n’ai pas été imbécile et j’ai décidé de me lancer dans les dramas. The Moon that embraces the Sun fait partie d’un des tout premiers dramas que j’ai pu voir et c’est peut-être celui qui a déclenché en moi ma passion pour ce genre car aujourd’hui, je ne regrette pas de m’être plongée dedans. C’est donc un de mes premiers coups de coeur que je vous invite à suivre à travers cet article.

Résumé :

Le soleil représente le destin d’un roi. La lune représente celui d’une reine. Selon la reine douairière, deux soleils ne peuvent coexister, tout comme deux lunes ne peuvent exister.

Shamane puissante, Ah Ri a assisté au meurtre du frère du Roi. Celui dont elle souhaitait qu’il accède au trône. Repérée, la jeune femme, blessée, est pourchassée par ses assaillants. Elle parvient toutefois à fuir et trouve refuge grâce à une femme noble qui se rendait en ville et qui la cache. Pour la remercier, Ah Ri promet qu’elle veillera sur l’enfant que porte la jeune femme, même après sa mort. Quelques mois plus tard, elle donne naissance à Yeon Woo.

La jeune Yeon Woo, à présent âgée de 13 ans, se rend à la cour afin d’assister à la remise de prix de son frère aîné. Elle est séduite par le vol d’un papillon, et décide de délaisser les festivités afin de le suivre. C’est là qu’elle fait la connaissance (sans le savoir dans un premier temps) du prince héritier Lee Hwon, qu’elle prend pour un voleur. Les deux jeunes gens passent un moment agréable ensemble avant de se quitter. Mais parviendront-ils à se revoir un jour ?

Source : Nautiljon + Heyden

Pour débuter…

Pour parler de ce drama, il convient de segmenter les différents aspects tant ce drama s’avère riche à tout point de vue. Pour moi, qui était encore novice dans le milieu drama, c’était tout simplement un des meilleurs dramas qu’il m’avait été donné de voir. Réellement, je pense que je manquerais d’adjectifs et superlatifs pour décrire les diverses émotions procurées par ce drama. Sans compter que le jeu des acteurs s’avère des plus talentueux. J’ai été séduite de bout en bout : j’ai pleuré, j’ai ri, j’ai eu de gros moments de frayeurs, j’ai été choquée, bref, une panoplie de sentiments en somme…

Un cadre à couper le souffle!

Je commencerai dans un premier temps par parler du cadre plus qu’esthétique. Ici, c’est un véritable spectacle qui nous est offert : la mise en scène, les décors, les costumes sont terriblement soignés. On sent que tous les détails ont été pensés et repensés, de façon à nous donner l’impression qu’on est à la cour et que nous aussi, on évolue à travers elle, si tant est que ce soit possible. On ne peut qu’apprécier la richesse des costumes d’époque, d’une grande beauté ou cette façon également d’ancrer le peuple, en donnant des costumes beaucoup moins élaborés, mais pour montrer sans doute le clivage entre la monarchie et les rangs beaucoup moins élevés.

Des aspects sociaux bien marqués…

C’est d’ailleurs un des aspects qui interpelle. L’histoire se déroule dans un contexte historique bien marqué et qui forcément, implique des codes : la monarchie. On retrouve donc une forte séparation d’un point de vue social. Les plus pauvres sont dévoués au Roi, et n’attendent guère de récompenses de sa part. On voit que le Roi est tout puissant comme le veut souvent la monarchie. Ces statuts sont bien évidemment marqués par les vêtements : le roi possède des étoffes souvent de soie, et assez raffinées, là où le bas peuple a des vêtements beaucoup moins élaborés dira-t-on. En outre, si une personne « normale » a le malheur de toucher le roi, elle est fortement réprimandée, cela peut même aller jusqu’à la mort. On voit qu’il y a des conditions assez extrêmes parfois, mais auxquelles se plient toute personne d’un rang moindre. De manière générale, j’ai trouvé qu’on repérait plutôt bien ces distinctions et il est aisé de voir les statuts des personnages.

482314

The Moon that embraces The Sun

Une intrigue politique captivante!

Il faut savoir que l’histoire commence de manière assez tragique dans un premier temps. En effet, bien avant les évènements que vont vivre Hwon et Yeon Woo, on prend le temps de contextualiser et on découvre des enjeux bien sombres. Par la suite, on retrouve nos deux héros adolescents où la tragédie se met en place, avant que l’histoire ne se poursuivre huit ans plus tard. Un point qui ne manque pas d’intérêt est sans contexte la part de la politique dans l’intrigue. Ici, elle a une très grande place. Le régime ne fait pas forcément que des sympathisants, et ce sont ces antagonistes qui vont amener les nombreux complots politiques qui vont se nouer afin d’éviter le « pire » soi-disant. Car c’est quelque chose qui revient fréquemment, on voit que certains personnages craignent toujours quelques prophéties et consorts. Et pour beaucoup, Yeon Woo va représenter la cible à abattre d’autant qu’on lui a prédit un grand destin.

Ce terme « destin » n’est pas un mot à prendre à la légère dans le récit. Jamais on ne sentira autant que le destin joue un rôle fondamental dans la romance entre nos deux personnages, mais aussi du point de vue des intrigues politiques. Car les complots fomentés par la reine douairière ne manquent pas pour atteindre Yeon Woo. Pourtant, tout, dés le début semble prouver que Hwon et Yeon Woo étaient prédestinés à se rencontre. Ne serait-ce que le début, on se doute bien que la rencontre, même si elle est le fruit d’un hasard, n’est pas, si fortuite que cela. J’ai envie de dire que si c’était le cas, il n’y aurait plus réellement d’intrigue. Cette rencontre est attendue, en somme, mais amenée de façon à penser que c’est vraiment le fil du destin qui est la cause de cette rencontre. De même que tout au long des vingt épisodes, on sent que leurs retrouvailles n’est qu’une question de temps. Temps pour déjouer tous les opposants, pour enquêter et comprendre la vérité cachée depuis huit ans. En outre, ce n’est pas pour rien que la légende des deux soleils et des deux lunes n’est pas présentée, là encore, de manière anodine. Si on suit bien le récit, on comprend bien vite qu’ils désignent les personnages. En effet, Yeon Woo est certes, choisie pour être la dame de compagnie de la jeune sœur du roi : la princesse Min Hwa, mais elle est loin d’être seule puisque Yun Bo Gyeong est aussi choisie pour être la demoiselle de compagnie. On comprend très vite qu’une espèce de rivalité va naître, même si Yeon Woo est très loin de tout cela. Par ailleurs, on découvre que le prince héritier a un demi-frère : le prince Yang Myeong Gun, fruit d’une relation entre son père et une concubine. Si vous avez suivi, vous avez compris que pour éviter tout risque d’implosion, on ne peut pas garder deux soleils et deux lunes, d’où les sombres desseins de la reine douairière. Cette dernière s’avère assez antipathique du début à la fin : elle manipule les fils dans l’ombre, sans jamais éprouver réellement de réels scrupules. Et d’ailleurs, c’est une des constantes du drama. Les personnages antipathiques et opposants le restent de bout en bout. Ils ne cherchent pas une quelconque rédemption. Et pour dire vrai, on éprouve aussi de la satisfaction de voir que leurs crimes ne restent pas impunis, après tant de manœuvres. En dépit de la force implacable du destin, celui-ci est aussi renforcé par la forte présence de la magie. Au départ, j’avais eu quelques appréhensions quant à l’utilisation du fantastique/surnaturel (un peu peur que cela soit superflu). Mais en fait, elle est parfaitement bien employée et représentée par les shamanes. Ce sont elles qui représentent la part fantastique du drama et l’une d’elle, Shinmu aura une très grande implication dans le destin de Yeon Woo.

moon50

The Moon that embraces the Sun

Des personnages touchants…

Venons-en tout de même aux personnages qui sont pour le coup, très bien travaillés. En premier lieu, Yeon Woo. Le moins que l’on puisse dire lorsqu’on la voit pour la première fois, c’est qu’elle semble très éveillée. Et on a la confirmation. Loin d’être naïve, elle s’avère très vive d’esprit et surtout, elle est instruite. Je le dis, car cela est souligné dans le drama, l’instruction n’est pas réservée aux femmes à cette époque. Mais avec un frère professeur, la jeune fille a eu la chance de pouvoir accéder à l’éducation. En plus de ses qualités intellectuelles, elle se révèle être une jeune fille généreuse et très souvent soucieuse des autres. Que ce soit en Yeon Woo ou lorsqu’elle empruntait le nom de Wol, j’ai vraiment adoré ce personnage et sa force également. Car elle subit beaucoup et parfois ce qu’on lui inflige ne manque pas de nous émouvoir. Quant au prince héritier qui devient roi par la suite, c’est aussi un personnage que j’ai apprécié. Surtout son caractère. Si adolescent, il avait un petit côté boudeur et drôle, on voyait qu’il était encore mal préparé à sa tâche bien qu’on percevait qu’il avait des qualités indéniables ; adulte, il se révèle autre. Mais il faut savoir que cela est lié à un évènement qui va le marquer (il faut voir le drama pour comprendre ce changement^^). On a donc un jeune adulte plutôt froid et très sarcastique. On note également qu’il est loin d’être né de la dernière pluie : il comprend que des choses se trament dans son dos et ne manque pas parfois d’en jouer, quitte à jouer un double-jeu et de provoquer ses opposants (il leur balance parfois des piques mémorables!!). Au départ, les choses ne sont pas forcément aisées pour lui : un roi implique des pouvoirs qui impliquent eux-mêmes de grandes responsabilités, et dans sa tâche, il peut parfois se sentir seul. Mais il y a un noyau de personnages indéfectibles autour de lui qui vont l’aider et il prend de plus en plus d’assurance au fur et à mesure qu’il dénoue les nœuds. Il peut notamment compter sur Wun, un ami qui est devenu son garde du corps. Ce dernier se montre loyal du début à la fin et il lui est souvent d’un grand secours. Je ne m’étends que sur les deux héros, mais les autres personnages sont aussi très bien travaillés pour moi. Quant aux acteurs, leur jeu est une pure réussite. Je ne pensais pas que je ressentirais autant d’émotions, et pourtant, force m’est d’avouer que les palettes d’émotions qu’ils dépeignent sont très convaincantes. Je l’ai dit, mais j’ai pleuré notamment au début et à la fin, la détresse des parents par exemple ne peut manquer d’émouvoir. J’ai éprouvé tellement de peine, c’était un moment assez insoutenable. De même que le malheur qui s’abat sur Hwon et Yeon Woo arrache encore des larmes. Il est très difficile de rester de marbre devant autant d’épreuves. Bref, une pure réussite du point de vue du jeu.

481812

The Moon that embraces the Sun

Romance contrariée… Bien évidemment!!

Alors, pour vous convaincre encore plus, j’ai envie de dire que si vous aimez les romances contrariées, vous ne pourrez qu’aimer ce drama. On a droit à un carré amoureux somptueux où on éprouve parfois des sentiments contradictoires même envers ceux qui ne sont pas forcément tout roses dans l’histoire (je pense notamment Yun Bo Gyeong ou encore la princesse Min Hwa). Mais j’ajoute que c’est surtout parce que l’histoire est captivante et menée d’une main de maître qu’on accroche. De surcroît, le suspense est maintenu jusqu’à la fin du drama. Jusqu’au bout, on ne sait pas réellement qu’elle sera l’issue de tant de manœuvres. Il y a une vraie portée émotionnelle qui se dégage de ce drama. Portée qui est accentuée par une OST magnifique. J’ai adoré, les musiques sont d’une beauté indescriptible et très bien choisies. Elles collent magnifiquement bien aux divers moments du drama. Pour ma part, j’ai eu surtout des coups de cœur sur les morceaux instrumentaux.

Petites chipoteries…

Alors, mais c’est vraiment pour chipoter. Il y a des petits moments anachroniques. Ainsi, on s’étonne qu’à une époque où l’électricité n’existait sans doute pas, on a des « flammes électriques » dira-t-on. Bon, il faut vraiment chercher pour être pointilleux tout de même, car c’est un tout petit détail et on ne fait pas forcément attention. Puis l’intrigue est tellement entraînante que l’on oublie vite cela.

En guise de conclusion, que dire ? REGARDEZ ce drama ! Il est à voir à tout prix !

Informations :

Titre VO : 해를 품은 달
Titre : Haereul pumeun dal | The Sun and the Moon
Genre :  Romance, drame, historique, fantastique
Réalisateurs : Kim Do Hun, Lee Seong Jun
Année de sortie en Corée :  2012
Nombre d’épisodes : 20
Durée :  70min environ (1h10)
Acteurs : Han Ga In
Kim Su Hyeon
Jeong II Woo
Kim Min Seo
Song Jae Hee
Song Jae Hee
Song Jae Rim
Nam Bo Ra
Yeo Jin Goo
Kim Yoo Jung

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s